Revue de presse 25-03-2022 : crise alimentaire et accès à l’alimentation

Voici un panorama partiel de la crise alimentaire et des réactions des ONG face à la gestion des gouvernements complice du marché international. Dans notre localité, que peut-on faire pour limiter la perte de pouvoir alimentaire ? Voici une question qu’il est encore temps de se poser en vue de s’organiser.

International

Guerre en Ukraine : pourquoi une « crise alimentaire sans précédent »est redoutée dans 12 à 18 mois?

Midi libre – 25/03/2022 https://www.midilibre.fr/2022/03/25/guerre-en-ukraine-pourquoi-une-crise-alimentaire-sans-precedent-est-redoutee-dans-12-a-18-mois-10193484.php

« La question inquiète, puisque l’Ukraine et la Russie produisent à elles seules 29 % du blé qui circule sur le circuit international.  » […]

« Pour tenter de limiter les risques, la Commission européenne pourrait décider de suspendre une règle qui oblige les céréaliers européens à laisser en jachère 4% de leurs terres. Une mesure imposée pour éviter l’appauvrissement des sols et la surexploitation. Mais les écologistes alertent sur les conséquences d’une levée de cette réglementation. L’exploitation de ces terres laissées « au repos » pourrait entraîner un important déséquilibre de la biodiversité. « 

Vague de sécheresse au Maroc : Les petits exploitants dans le néant…

Maroc hebdo – 1er mars 2022 – https://www.maroc-hebdo.press.ma/secheresse-maroc-exploitants-neant

« Cette sécheresse semble être la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Ces agriculteurs sont confrontés, depuis plusieurs années, aux effets néfastes des changements climatiques. »

Ukraine et crise alimentaire : plutôt que “libérer notre potentiel agricole”, il faut garantir l’accès universel à la nourriture

Guillaume Compain, chargé de plaidoyer Sécurité Alimentaire chez Oxfam, explique : “ Ne nous y trompons pas : la cause majeure de cette crise alimentaire mondiale est l’accès à la nourriture, et non sa disponibilité. Au niveau mondial, nous produisons assez pour nourrir 1,5 fois l’humanité mais les habitants des pays à faible revenu ne peuvent pas payer le prix de produits tels que le pain qui, dans de nombreux pays, est fabriqué à partir de blé importé. La crise ukrainienne vient en effet se superposer à des crises déjà multiples : perturbations des chaînes d’approvisionnement suite à la pandémie, augmentation des catastrophes climatiques et des conflits régionaux.”

France

Pouvoir d’achat : les prix des produits alimentaires continuent de grimper

France info TV – 24-03-2022 https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/pouvoir-d-achat-les-prix-des-produits-alimentaires-continuent-de-grimper_5043019.html[…]

Des hausses de prix qui devraient continuer dans les prochains mois

« Selon Emmanuel Cannes, expert sur le sujet, les hausses de prix « devraient continuer dans les mois à venir, liées effectivement à l’application définitive des négociations commerciales et aux conséquences de la crise en Ukraine ». Les produits de premier prix flambent aussi : sur un an, les pâtes ont ainsi augmenté de 42%. La farine, le sucre et les légumes en conserve ont augmenté de 8% sur un an. Sur les 31 produits testés par le 20 Heures, 29 augmentent et seulement deux baissent. »

Macron a promis des chèques alimentaires (« bien manger »)… Qu’en penser ?

Sécurité sociale de l’alimentation – https://securite-sociale-alimentation.org/production/macron-a-promis-des-cheques-alimentaires-quen-penser/

NDLR : Toujours d’actualité

« Qui peut “bien manger”[…]avec un post-it de pauvre écrit sur son alimentation ? « […]
 » Ils ne sont de plus pas pertinents dans leur mise en œuvre : il existe peu d’AMAP ou de lieux de distribution d’alimentation biologiques dans les zones de vie qui concentrent les populations les plus défavorisées. Tout mène à croire que les personnes qui n’auront pas le choix de leur alimentation auront de grosses difficultés à utiliser ces bons »[…]
« Pour conclure, un système de “chèques alimentaires” peut avoir de l’intérêt, avec de nombreuses modifications qui répondent aux enjeux ci-dessus qu’à condition qu’ils soient une mesure transitoire vers la mise en place d’un droit à l’alimentation durable, par exemple par une sécurité sociale de l’alimentation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut