dans Non classé

Arras: Quand les mots servent à masquer la réalité

Voilà, le congrès d’Arras se termine. Je l’ai suivis à travers la presse les divers événement de ce congrès. Le bouquet final ça a été hier en début d’après midi quand François Bayrou a réaffirmé une énième fois sa volonté de créer un arc central de la gauche républicaine à la droite sociale… Au même est publié une note de Marc Vasseur annonçant l’alliance de démocrates de CAP21 avec europe écologie dès le premier tour. Je me suis retenu de rire…

On a un mouvement démocrate dans l’incapacité de se rassembler et pour masquer le problème on annonce la prétention de rassembler des forces extérieurs ? Non mais parfois, je me demande dans quel monde certains vivent.

J’attends d’avoir entre les mains le petit livre orange pour juger du programme.

En attendant, je suis bien heureux d’avoir démissionné de mes responsabilités et de ne pas participer à la division de l’opposition au nom des ambitions d’un seul homme.

Ecrire un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26 Commentaires

  1. « On a un mouvement démocrate dans l’incapacité de se rassembler et pour masquer le problème on annonce la prétention de rassembler des forces extérieurs ? Non mais parfois, je me demande dans quel monde certains vivent. »

    C’est parce que tu parles de rassemblement politique au sens organisationnel, evidemment non dénué de difficulté. Pour moi l’essentiel est dans le rassemblement politique au sens presque spirituel, tout au moins philosophique, préliminaire au rassemblement pluraliste.

    Profondément je pense que tu te trompes quand tu parles d’ambition d’un seul homme. L’incarnation d’une ambition collective, historique, est un concept qui a réussi en France , a plusieurs reprises , comme partout dans le monde . D’ailleurs dans toutes ces affaires je m’étonne que tu focalises sur les ambitions bien légitimes de Bayrou , en oubliant les ambitions d’autres personnalités, plus subtiles mais tout aussi fortes .

  2. Le couple Sarnez – Bayrou ne fonctionne pas et n’est pas la hauteur des ambitions portées. Le refus catégorique de faire la moindre concession est dangereux pour le rassemblement de l’opposition.

    http://www.lemonde.fr/politique/art

    Je considère les amibtions présidentielles de F. Bayrou dangereuse quand elles mettent en péril un groupement de personne venu pour des idées et un projet, non pas un homme providentiel.

    Tant que la gouvernance du MoDem n’aura pas changé, il n’y aura rien à espérer en terme de résultat électoral. C’est une évidence.

  3. Cher Antonin,
    Comment peux tu porter crédit à cet article de Sophie Landrin qui est d’une mauvaise foi affligeante. Interrogé sur un homme des personnalités qui ont quittés le modem pour garder leur poste ou en obtenir un ! Quelle crédibilité !

    Je te pose une question. Quel parti en France a été capable de rédiger un véritable projet d’avenir avec 18 commissions et 36 heures de discussion d’amendements ?

    Je pense que la critique outrancière et démesuré n’apporte pas au propos.
    Erwan

  4. Ce genre d’article n’a strictement aucun intéret sur le plan idéologique . C’est exactement le contraire de ce qui est important , Les ambitions dépassent largement les individus et selon moi les espoirs dépassent également les seuls résultats électoraux ( ceci dit sans nier leur importance ) .

  5. @Erwan
    @Tibo

    Etrange coincidence, les critiques portées par les EX-UDF sont les memes que celle des ex-MoDem… Il faut croire qu’il y a un fond de vérité à moins que tous ceux qui ne sont pas d’accord avec la gouvernance du parti disent n’importe quoi ?

  6. Antonin, ne penses-tu pas que l’article invoqué ici ne soit tellement négatif qu’il en devient forcément faux ?! La journaliste ne fait parler que des déçus, ceux qui n’ont peut-être pas suffisamment de convictions en eux pour voir que l’on peut travailler ensemble même si l’on a des fonctionnements différents !
    C’est peut-être sa grande intelligence qui distingue François Bayrou et fait penser à de l’arrogance. Mais quelqu’un qui se sent parfaitement sûr de sa vision, ne peut pas sans cesse se remettre en question sous prétexte qu’il « ose » briguer la plus haute fonction. Vois-tu un autre moyen en politique d’instaurer un nouvel ordre des choses que de remplacer le gouvernement défaillant par un autre, celui que l’on croit juste ?
    Hier et aujourd’hui j’ai visionné l’intégralité des vidéos du Congrès (il en manque encore je crois) et je peux te dire que tout ceci représente un considérable travail d’écoute et d’organisation et fait montre de beaucoup de courage en matière de transparence. Montre moi la même chose dans d’autres partis !
    Non, Antonin, tu te trompes complètement. Je te le dis en toute amitié : sois moins catégorique. Regarde le nombre de personnes qui sont derrière tout ce travail, à commencer par Corinne Lepage elle-même au départ des commissions.
    Si tu crois en toi, si tu es généreux, tu peux parfaitement t’exprimer au MoDem sans avoir besoin de te laisser influencer par des personnes exclusivement négatives. Le problème est que l’on entend surtout les râleurs/râleuses, alors que ceux qui travaillent au bien commun n’ont malheureusement pas toujours le micro ou la plume.
    Ou le buzz ?! 😉

  7. Je vous le dis en toute amitiée, votre aveuglement à tous les trois m’épate.

    La refondation démocratique que nous appelions de nos voeux en 2007 est morte et entérée avec la gouvernance autoritaire qui est née par la suite. Une organisation autoritaire qui prend le controle de l’état ne pourra que le reproduire un système autoritaire. C’est tellement incontestable sociologiquement que je me demande si certains d’entre vous ne sont pas aveuglés par de petits intérêts électoraux.

    Après tout, François Bayrou a fustigé les Ex-UDF partis à la soupe – et il avait raison- maintenant ce sont les militants du MoDem restant qui entourent le chef parce qu’il y a des places à prendre qui convoitent la gamelle. Le problème c’est qu’il n’y a plus personne a diriger à l’intérieur, les amis.

    Puisque la moindre critique n’est plus tolérée, je n’écrirais plus sur le MoDem jusqu’à qu’il y ai des signes de changement de mentalité. Ca ne m’intéresse pas d’écrire pour les apparatchiks. Je vois qu’après un mois, vous êtes encore pus grave…

    Sans rancune…

  8. Erwan a raison, tu te fais décidément trop influencer 😉
    Aucune autre formation politique n’a la force de mener de telles discussions sur le projet, d’ailleurs qui parle de projet aujourd’hui?
    Tu aurais dû venir, tu aurais vécu la vraie ambiance qui était, en toute objectivité et expérience, très détendue et proactive!
    Quant aux membres de CAP21 qui préfèrent l’alliance dès le premier tour je dis: un peu d’audace et de courage!… Arrêtez de penser à vos places! Ce n’est pas ça la politique autrement!

  9. « … maintenant ce sont les militants du MoDem restant qui entourent le chef parce qu’il y a des places à prendre qui convoitent la gamelle. Le problème c’est qu’il n’y a plus personne a diriger à l’intérieur, les amis. »
    Je crois que tu vas un peu loin, Antonin, car les très nombreuses personnes qui entourent la présidence du MoDem et qui travaillent à une organisation meilleure ne sont pas (hors exception bien sûr) des gens intéressés par le pouvoir en lui-même mais par le bien collectif. Un maire d’un petit village ne gagne vraiment pas plus qu’un ouvrier ou un employé de la poste tu sais. Pourtant c’est un notable dans son village… Combien de galettes reste-t-il à prendre au MoDem pour plusieurs milliers de personnes qui prennent plutôt elles, bien courageusement des… gamelles ?! 😉

  10. Antonin , c’est effectivement très amicalement que je commentais ce billet et je suis très étonné de me voir traité de grave apparatchik … j’espère juste que tu ne me ranges pas parmi ceux qui vont à la gamelle . Je t’invite quand tu veux à Lille pour te prouver l’inverse ! Pour tout te dire en vérité je ne vois même pas l’interet d’etre élu.

    Je ferai donc quelques précisions : je ne suis nullement aveuglé et d’ailleurs tu remarqueras que je n’ai pas nié les points soulignés dans l’article . j’ai juste dit que celui ci était inintéressant politiquement selon mon point de vue. C’est juste que tu places la gouvernance au 1er plan . Pas moi . Mon humble expérience fait que je ne crois pas à la pureté dans la gouvernance, et à vrai dire je me méfie tjrs de ceux qui en font un étendard… c’est svt les precurseurs d’une certaine dictature ethique ( formule explicité par Attali dasn un de ces bouquins ) .

    Je précise également que je n’ai jamais appelé de mes voeux une quelconque refondation démocratique . je suis arrivé au Modem pour défendre un projet démocrate, dans le sens philosophico-politique du terme, considérant que ce nouveau parti était le meilleur moyen de faire entrer les valeurs du personnalisme communautaire dans la vie politique française , largement dominée par le libéralisme capitaliste et le socialisme marxisant . Jusqu’à aujourd’hui c’est toujours le cas , et c’est même renforcé depuis ce week-end.

    Un parti est un outil, pas une fin en soi . Les histoires individuelles n’ont dans mon esprit aucune importance . Ainsi je ne juge pas ceux qui sont partis au NC selon des quelconques critères de traitrise ou de gamelles. je les juge sur le ralliement à une idéologie néo-libérale conservatrice . point barre.

    C’est pourquoi mon dialogue avec d’autres membres de forces politiques différentes est plus aisée : on confronte les idées , pas les appareils . Et c’est pourquoi je regarde EE avec curiosité : il s’agit pour moi d’un grand « machin » postmoderne, médiatiquement attractif , typique de notre époque sarkoziste quoi.

    Pour l’instant , ideologiquement , le rassemblement pluraliste initié par Peillon , Sarnez et DCB , entre autres , a pour moi plus de sens ideologiquement , et détaché de toutes echeances electorales directes il m’interesse plus .

    Voilà je t’ai repondu vite fait mais je serai ravi de t’en reparler un de ces jours , sur Paris si tu veux ou chez nous à Lille !

    Amicalement !

  11. Je comprends très bien ce que le caractère de Bayrou a d’irritant. Mais je ne comprends mal ta déception Antonin. Enfin, pas complètement.

    Parce que, tu sais comme nous que les choses ne peuvent changer dans notre pays que par la volonté de celui (ou de celle) qui est à l’Élysée. Non ? C’est la 5ème République : on aime ou pas, mais c’est comme ça. Alors, vu ce système, « l’ambition d’un seul homme est le seul moyen d’y arriver. »

    Par ailleurs, le travail réalisé pour aboutir au livre orange me semble remarquable, en ce sens qu’une synthèse a jailli d’un effort collectif, mené en grande partie via le Net. Dans ce processus aussi, des frustrations – mais le résultat est là. Qui d’autre peut en dire autant ?

    Enfin, sur la réalité de ce qui se passe dans un parti, il est important de mettre les choses en perspectives. Dans un parti comme ailleurs, il faut faire des sacrifices. Dans un parti comme ailleurs, il y a des arrivistes. Dans un parti comme ailleurs (le lycée, l’université, l’entreprise, la caserne, etc.) il faut séduire, convaincre, avancer, reculer, recommencer. Pas trop de naïveté – même si on est tous passé par là (enfin, moi aussi, en tous les cas!).

    Sur le fond : qui penses tu être le plus qualifié pour changer les choses en 2012 ? Si tu crois vraiment que Bayrou n’est pas celui là, tu as raison, décroche. Sinon, avance – sans perdre ta liberté de râler – mais sans perdre de vue l’objectif non plus…

  12. Oui, et je le maintiens, le MoDem est devenu un parti d’apparatchik. Ce n’est pas une insulte mais un état de fait. Vous êtes souvent un désaccord avec le gouvernence du mouvement mais vous ne vous désolidarisé pas car vous croyez encore qu’une structure de parti traditionnel peux changer la politique. C’était pourtant tout le contraire que nous avions en 2007.

    Les personnes qui restent ne sont là que pour prendre des responsabilités et briguer des mandats électoraux. C’est la définition même d’apparatchik. Faut pas le prendre mal, vous êtes devenus ce qu’on souhaitait ne jamais devenir ! A Arras l’ensemble des candidats sur les listes n’étaient même pas présent, c’est dire. Alors les militants de bases… Ils sont partis ça fait bien longtemps.

    Pour moi un parti politique ce n’est pas seulement un outil, c’est d’abord un lieu de vie des idées et de débat. Et en cela je suis en total désaccord avec toi Thibaut.

    Et puis, Antoine, franchement, on est à 10 lieux de penser la même chose tous les deux sur ce que doit être une organisation démocratique, il y a au MoDem une vraie fracture idéologique. Quand il n’y aura plus le leadership de Bayrou, on la verra apparaitre.

    J’ai toujours été libre et mes influences ne sont pas interne. Tous les groupes de références auquels j’appartiens se sont complétement désintéressé du MoDem car même au niveau des idées le Mouvement Démocrate a été décevant. Contre hadopi, on était où ? Le logiciel libre, qui en a parlé ? L’écologie, François Bayrou et De Sarnez sont encore à parler de PIB et de points de croissances… Un rassemblement autonome des partis ? A part C.L, tout le monde suit le destin présidentiel de Bayrou. Combien souhaite vraiment redonner le pouvoir aux citoyens ? Ce n’est pas Bayrou qui le fera, il suffit de voir l’état du parti.

    Non mais sincèrement, tendez l’oreille, arrêtez de regarder les vidéos de Bayrou en boucle, vous reviendrez vite à la réalité.

  13. Je ne voulais pas réagir sur ton commentaire 7, mais comme tu en remets une couche dans le dernier, le 12…

    D’abord, je voudrais te donner la définition selon wikipedia du mot apparatchik:

    « Apparatchik (russe : аппара́тчик) est un mot tiré du russe « apparat » utilisé pour désigner en Union soviétique et dans les démocraties populaires les cadres supérieurs du gouvernement ou du parti communiste.

    Par extension, l’apparatchik est un militant politique, permanent, c’est-à-dire rémunéré ou non qui fait carrière dans son parti, y prend des responsabilités ce qui lui permet d’obtenir des investitures et des mandats électoraux.

    Le terme désigne aujourd’hui le membre d’un système politico-administratif ou, par extension, toute personne qui profite de son rang, de sa situation supposée privilégiée au sein d’un groupe social ou politique pour renforcer sa légitimité, son ascendant et son prestige, voire pour s’enrichir, faire carrière, etc. On parle aussi de bureaucrate. »

    Là, franchement, tu y vas très fort je trouve. Tu n’es pas allé à Arras, moi non plus, mais sans doute pour des raisons différentes des tiennes. Mais regarde-bien les vidéos du Congrès d’Arras, hors peut-être les 2 premiers rangs, tu en vois beaucoup toi des apparatchiks dans la salle?

    Chacun sa vision, mais tu dois le savoir déjà, moi des apparatchiks j’en vois surtout ailleurs.

    Tu oses émettre l’idée que les personnes qui restent au MoDem ne sont là que pour prendre des responsabilités?! Je ne saurais te conseiller que de retomber les pieds sur Terre, et surtout de ne pas avancer n’importe quoi.

    Combien d’adhérents et de militants au MoDem qui n’ont aucune ambition politique autre que de faire valoir des idées humanistes et qui voient en celui-ci un espoir pour sortir du système Sarkozy?

    Pourquoi est-ce que tu crois que je tiens des blogs depuis mai 2007, pour me placer politiquement?! Je n’ai aucune fonction au MoDem, et je ne brigue aucun mandat. Suis-je une exception? Je ne crois pas, loin de là…

    J’ai beaucoup plus de doutes vis-à-vis de personnes que tu soutiens en ce moment, et qui je l’espère ne t’influencent pas (ou du moins pas trop). Réponse en mars. Peut-être le mois de l’atterrissage…

  14. Bon, eh bien, JF, une fois de plus, tu aurais eu tout intérêt à t’abstenir même si je suis heureux que tu ne te sois pas auto-censuré. J’aime bien les personnes qui n’ont pas peur de dire ce qu’elles ont sur le coeur.

    Faisons un peu de maths.

    On a un président, un trésorier et un secretaire par département multiplié par deux en comptant la structure jeune(3x2x100=600). Ajoutons à cela un responsable par circonscription électorale (577). (et je ne compte pas les responsables locaux)
    Maintenant, il faut compter les candidats aux régionales à raison d’une moyenne d’environ 20 candidats par département. (20X100=2000)

    Faut compter également 300 conférenciers nationaux, 240 conseillers nationaux et 30 membres du BN.

    Faisons les calculs sachant qu’il reste à peu près 20 000 adhérents au MoDem (2000+577+600+300+240=3757)

    Cela fait à peu près 3757 personnes ayant des responsabilités au sein du mouvement et j’en oublie probablement. Il n’y a pas un tiers de ses responsables qui sont venu participer à Arras…

    Il y a une véritable inflation des postes à responsabilité par rapport au nombre de militants…

    Après je veux bien croire qu’il reste de pauvres innocents Bayroufan qui regardent des videos de leur idéoles à longueurs de soirées et s’enferment dans leur monde merveilleux.

    Il y a aussi ceux qui n’y croyaient plus mais qui on été flatté qu’on leur propose des responsabilités, ça prolonge l’engagement, c’est humain, mais ce « shoot » ne durera pas longtemps.

    Il y a ceux qui voient que tout le monde déserte et qui attendent impatiemment que les places se libèrent.

    Et pour finir, il y a ceux qui croient que les partis c’est un outils pas fait pour être démocratique et qu’on peut gagner qu’avec des leaders autoritaires comme à l’UMP (voir le résultat).

    Moi je ne sais pas vraiment où je suis, en tout cas, je me tiens le plus possible à l’écart de cet horrible tableau. Déjà que je ne crois pas beaucoup aux vertues des systèmes pyramidales dans une organisation… Rester dans ce truc c’est comme rester dans une cage et s’éloigner toujours un peu plus des citoyens.

    Je préfère prendre le large et m’investir dans des assoces et club qui en valent la peine ou agir au quotidien dans mon mode de consommation… Je préfère préparer le terrain à des idées en montant des réseaux, en partageant mes idées librement plutot que de me crever à soutenir une personnalité qui est prêt à tout sacrifier, même l’alternance, pour se faire élire à la présidence.

  15. Donc, si je comprends bien, on reste au MoDem parce qu’on est un apparatchik, avide ou déjà bardé de responsabilités, avide ou déjà bardé de mandats électoraux (gagnés d’avance) et on le quitte pour le Nouveau Centre ou Europe-Ecologie pour pouvoir y défendre pleinement un projet humaniste et indépendant ?

    C’est drôle mais je ne suis pas du tout convaincu.

  16. Je suis en total accord avec Antonin et avec l’article du Monde. Et pourtant, je suis encore cadre départemental du Modem. Je me suis laissé aveugler par les départs de tous ceux cités dans l’article car, comme au PC des tristes années, il était tellement plus facile de les accuser de traitrise plutôt que d’accepter de regarder les choses en face. C’est une épreuve difficile pour tout militant, surtout pour celles et ceux qui ont accepté d’y jouer un rôle important, que de devoir admettre ses erreurs, de devoir faire le deuil de ses espérances. En ce qui me concerne, tout était dit à Villepinte : un chef qui décide de tout, qui organise les temps de parole, qui balaie d’un revers de main la moindre remarque, le moindre amendement qu’il n’avait pas prévu. A l’époque, face à cette raison, mon coeur a répondu : c’est tellement difficile de fonder un parti, et puis Bayrou a été tellement attaqué qu’il est normal qu’il se méfie des militants, tout ça va s’arranger.
    Et puis, il y a eu le printemps 2008 : la cacophonie sur le stratégie des municipales, des prises de position uniquement bassées sur les relations personnelles du chef (Bordeaux, Périgueux, etc …), la déroute de Marielle à Paris, et puis les débats sur les statuts, le travail de groupes importants comme Construire en Mouvement jeté à la poubelle sans même les avoir lus, et puis les premières réunions du Conseil national où ceux qui l’ouvraient se prenaient 2 baffes, et puis les fuites sur le bureau exécutif où ceux qui l’ouvraient (Kahn, Lepage, Peyrelevade) s’en prenaient plein la gueule, Benhamias transformé en gentil toutou du maître, et puis ces statuts prévus pour les fédérations départementales uniquement faits pour que les militants s’entre-déchirent et ne s’occupent pas trop de ce que faisait le siège dans leur dos, et puis le désastre des européennes, …… je pourrais continuer ainsi.
    Tout cela est remarquablement résumé dans l’article : Bayrou et de Sarnez ne croient pas en les militants, ils sont persuadés de mieux comprendre toute situation que les militants, ils passent leur temps à diviser pour mieux régner, ils voient les militants puis les cadres départementaux partir sans bouger le petit doigt, souvent ils provoquent ces départs en se comportant comme de petits dictateurs.
    Tout cela est triste à en pleurer. Etait ce cela, la politique faite autrement ? Etait- ce cela, la démocratie interne ? Etait ce cela, le travail de fond ? L’espoir né en 2006-7 ne pouvait il accoucher que de ce petit livre orange, manuel des Bisounours ?
    C’est écoeurant, mais il est grand temps de regarder les choses en face. Arrêtons de nous défendre face aux critiques émises par des personnes aussi intelligentes que Lepage ou Kahn, regardons les choses en face : combien de vrais militants dans les départements ? qu’est ce qui a été fait pour former les militants ? le Modem n’est il pas qu’une écurie présidentielle de plus ?
    Désolé de la longueur de ce coup de gueule. Bonne journée.

  17. Antonin , je n’ai pas lu l’ensemble des autres commentaires ,je ne vais en fait que répondre à ce que tu reprends de ma pensée.nous sommes en fait assez d’accord .

    Tu ne crois pas beaucoup aux vertus des systèmes pyramidales dans une organisation… j’irai même plus loin en disant qu’un organisation n’a pas en soi de vertues , alors qu’elle en demande à celles et ceux qui la composent…

    Tu as donc 100% raison de « t’investir dans des assoces et club qui en valent la peine ou agir au quotidien dans mon mode de consommation… Tu préfères préparer le terrain à des idées en montant des réseaux, en partageant tes idées librement « . je ne saurai mieux dire pour t’encourager à travailler tout cela et à gagner de l’influence !

    Pour tout te dire je fais comme toi depuis plus de 10 ans ( honnêtement entre nous je pense que tu vas te rendre compte que même là la vertu n’existe pas, mais c’est un autre débat) . Après des années de « combat » , de formation, de reflexion dans la vie associative et dans la « société civile » c’est en toute connaissance de cause que j’ai rejoins un parti politique en 2007. Celui qui me semblait ( et me semble toujours) le plus à même d’infléchir la vie politique en direction d’une philosophie que je défends .

    Un parti politique n’est pas essentiellement un lieu de vie des idées et de débat. Le débat et les idées sont à laisser aux associatifs , aux intellectuels , à la société , et aux élus du suffrage universel qui peuvent influencer les partis. Un parti est un outil pour faire passer des idées dans le champ démocratique. C’est un travail de longue haleine pour influencer petit à petit en interne les membres de ce parti puis de les faire élire pour transformer la société.

    D’ailleurs je fais mienne la phrase récente de dany Cohn-bendit : « mieux vaut avoir de l’influence que le pouvoir »

    Ton combat est juste et je t’encourage vraiment à le continuer dans la société civile , là où ça bouillonne , là où on ressent le pouls d’une société. Dans le cadre de notre système électoral ( renforcé par le quinquennat que je continue à désapprouver ) les exigences exprimées par Tamino sur ce que doit devrait un parti politique sont impossible. Et je regrette que le discours de bayrou en 2007 ait été selon moi mal interprété parfois , tout comme est systématiquement mal interprété le mot « democrate » qui je crois se rapporte à une philosophie politique au même titre que socialiste ou communiste , et pas à un mode d’organisation interne .

  18. Tibo, même si votre message s’adresse plutôt à Antonin, je me permets de mettre mon grain de sel.
    Ca me paraît un peu court de tourner le débat à un conflit entre idéalistes de la philosophie politique et réalistes de la conduite d’un parti.
    Je ne reprocherais sans doute pas au couple Bayrou-de Sarnez quelques atteintes à la démocratie interne s’ils avaient fait du MoDem un parti en ordre de marche, avec des responsabilités clairement définies, des instances qui fassent leur boulot, une communication claire, des outils donnés aux fédérations départementales. Mais il n’y a strictement rien de ça. Les instances sont pour la plupart fantoches (quiconque d’honnête ayant assisté à un Conseil national a honte de participer à cette mascarade), le fameux CCC ne fait pas son boulot (dans ma fédé, nous sommes toujours en attente de l’approbation d’une demande d’exclusion d’un militant qui s’était présenté sur la liste PS aux municipales de 2008 !!) ou le fait à la tête du client, les fichiers des adhérents sont pipeautés puisqu’on continue à compter toutes les personnes ayant adhéré depuis 2007 (mais on oublie de décompter tous ceux qui, adhérents en 2007, n’ont jamais renouvelé leur adhésion), les moyens locaux sont inexistants, la communication est tellement floue que, quand on veut communiquer auprès de la presse locale, tout le monde s’en fout (de ce point de vue, merci à Royal d’avoir attiré les projecteurs du côté d’Arras sinon personne n’en aurait parlé), on nous dit que les militants vont participer à la désignation des têtes de listes et on les présente à Arras alors que les consultations n’auront lieu que dans 10 jours, …
    Voilà Tibo, ce qu’est le Modem au quotidien : un parti qui fait effectivement la politique autrement des autres, mais tout en pire.
    Pas de philosophie politique derrière tout cela : juste un mépris des adhérents, une défiance invraisemblable du couple FB/MdS à l’égard des équipes départementales, des pressions dignes des démocraties populaires sur quiconque ose penser ou agir autrement que la ligne fixée.
    Tout ça, Tibo, c’est du matériel, pas du rêve.

  19. A 100% d’accord avec Tamino.

    @Thibo, je suis sur qu’on a plein de points communs mais, si on est si proche en terme d’idée, il n’est pas possible de continuer à soutenir un mouvement si éloigné de la construction en réseau.

    Je ne suis pas d’accord quand tu dis que c’est pas possible de faire autrement en raison du système électorale… Mais c’est faux, on voit très bien que les formations politiques qui progressent sont celle qui ne se constituent pas complétement en parti politique. Car un parti structuré est incapable de rassembler, du fait de sa hiérarchie justement. Et cette fermeture elle est voulue et pensée par un groupe de personne pour garder le pouvoir et ne pas être dérangé, comme le flou artistique d’idée qui a précédé Arras.

  20. 10 heures de débats autour du projet et 216 amendements examinés… pour un parti « autocrate », on fait mieux !

    Antonin, le projet humaniste a été adopté à l’unanimité moins deux abstentions. Bon, j’ai bien relevé un ou deux couacs de procédure qui ont permis de repêcher un amendement in extremis ou de revenir sur un vote pour en enterrer un autre (j’y reviendrai dans un billet sur mon blog) mais globalement, le travail sur le projet a été mené dans un pluralisme d’idées remarquable, et mené d’une main de maitre par Robert Rochefort.

    Comme beaucoup de provinciaux, je n’avais pas pu m’investir autant que je l’aurais souhaité dans le travail des commissions car elles fonctionnaient de façon trop « parisienne » (j’avais critiqué ce point mais les choses n’ont guère évolué). Mes remarques sur le document de travail, je les ai retrouvées peu ou prou dans l’avant-projet qui était soumis à discussion à Arras. Le projet humaniste est aussi le projet des militants démocrates, de tous ceux qui ont souhaité s’y investir au moins. Ce n’est pas très honnête de passer sous silence le travail des commissions et l’élaboration collective du projet, pour en rester à des critiques strictement personnelles.

    D’ailleurs concernant la stratégie électorale de Cap 21, il me semble que, étant moi-même adhérent Cap 21 jusqu’à l’an dernier, c’est Corinne qui devrait mettre un peu de cohérence dans sa démarche : alliée à EE ici, au MoDem là, sa position va devenir intenable à l’approche des régionales.

  21. Attention à l’annonce de liste commune EE et Cap21 en ile de France C’est au mieux une initiative individuelle …. et non la position officielle de Cap 21
    En outre Corinne Lepage n ‘en parle pas à France 2 aux vérités

  22. Je trouve dommage que tu détricotes ce que tu as soutenu à fond avec beaucoup d’enthousiasme.

    J’ai pas mal de critiques à faire à plein de choses au MoDem, mais dans le paysage politique français, il n’y a aucun parti politique qui ait cette identité, dont des milliers de membres s’investissent bénévolement sans avoir aucune ambition élective.

    Rien n’est parfait, aucun parti politique ne l’est. Je continue à suivre ce qui se passe, me suis engagée dans les commissions thématiques pour faire passer des idées qui me sont importantes pour le pays, notamment dans l’éducation et la recherche.
    J’y ai trouvé des gens super avec qui discuter et qui veulent faire bouger les choses…

    Bien sûr, il y a des « apparatchiks » qui n’ont rien fait de leur vie et espèrent décrocher un mandat, quel qu’il soit, qui sont lèche-bottes au possible. Mais il est possible de les mépriser sans jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Je doute que tu trouves ce que tu cherches ailleurs…

  23. @ Tamino : je ne sais pas de quelle fédé tu parles mais je t’assure que ça ne se passe pas partout comme ça. La gestion des groupes humains est un métier difficile. Tout ça dépend des personnalités ( et là je rappelle que je ne nie pas l’article ni les faits que vous rapportez) mais pour moi ça n’est pas le plus important, finalement.

    La meilleur façon de ne pas etre déçu c’est de ne pas TROP espérer des individus ! En politique on ne prend plus le temps du « temps long » alors qu’il faut avancer à petit pas . Notre société soi-disant en réseau et hypercommunicante est assez désespérante politiquement…

    A antonin : quand tu dis « les formations politiques qui progressent » tu fais sans doute reference à EE…j’ai cru comprendre que tu te sentais proche de cette formation . Encore une fois , comme en 2007, je me méfie des engouements comme celui pour EE. Pour TRES bien connaitre ce qui s’y trame notamment en NPDC et la manière dont tout cela est géré: on est loin , tres tres loin du « politique autrement » … et puis en terme de progression encore une fois je ne juge de la politique que sur le long terme, en analysant finement les résultats d’etude electorale et sociologique. ça remet pas mal de chose en perspective…

  24. Antonin, tu me connais un peu, crois tu vraiment que je soutiendrais un parti aussi négatif que celui que tu décris? est ce que en tant conférencière Nationale et conseillère départementale, je suis une apparatchick, avec pour seule ambition un poste d’élue? effectivement je me suis investie aux municipales, mais mon but n’est pas d’être élue.. j’ai pu grace à ma candidature, approcher les gens de manière plus politique, et me rendre compte sur le terrain de problèmes que j’ignorai, c’est ce côté là de la politique qui me plait, aller vers les autres et les écouter.. j’ai aussi participé à la campagne européenne dans le staff de campagne de mon département, c’était une expérience interessante qui oblige à formuler des priorités, surtout pour savoir ce que les gens attendent de nous, et ça n’est pas facile tous les jours! je participe au projet pour les régionales, j’ai donné des contributions, qui ont eu l’heur d’interesser pas mal de gens, et tu sais que je ne suis pas du genre à oublier les gens d’en bas…la politique c’est aussi quelque chose de beau, même si tout n’est pas idéal, on a encore du travail mais ce parti n’a que 2 ans, à peine…le chemin n’a pas été bordé de fleurs, on a pris pas mal de gamelles, ça remet les idées en place, pourtant je crois encore que notre projet Modem est celui qui répond le mieux aux aspirations des Français, et je ne laisserai pas tomber ces gens, juste parce que quelques trucs internes sont encore foireux… l’essentiel est le message et l’envie qu’on a de changer les choses..je suis assez agée pour être ta mère, peut-être que c’est pour ça que j’ai plus de tolérance que toi.. c’est bien que tu sois désireux du meilleur, mais ne perds pas de vue, que le parti parfait n’existera jamais, et que nous sommes juste des hommes et femmes imparfaits, Bayrou compris..je n’excuse pas tout non plus et je râle souvent devant certaines décisions , mais au bout du compte, je pense que aucun autre parti ne me convient, du moins pour le moment.. mon ambition se borne à essayer de rendre la vie plus douce et plus équitable aux gens de peu, qui eux n’ont pas la possibilité de faire remonter leurs désirs, nous sommes leur voix, à nous d’en être dignes…
    fais comme moi, occuppe toi des gens d’en bas, tu verras qu’ils attendent quelque chose,désespérément, et c’est à nous d’essayer de leur apporter une réponse, avec Bayrou, et le Modem, pour moi, peut-être autrement pour toi..

  25. « fais comme moi, occupe toi des gens d’en bas, »

    Que crois-tu que je fasse ?

    Seulement, le Mouvement Démocrate est décevant en tout point et il me semble plus utile de mettre notre humanité au service des autres qu’au service d’une ambition présidentielle. C’est à cela que sert le MoDem pour le moment…

  26. @Tibo,

    Je ne sais pas pour qui je vais voter encore. Si je vote en île-de-France, j’avoue que le choix va être difficile… Car je ne fais pas confiance à Cécile Duflot et encore moins à Alain Dolium, Jean-Paul Huchon n’en parlons pas… Tout ceci est désespérant à souhait.