dans culture libre, logiciel libre

Je quitte facebook

Après quatre ans d’activité sur Facebook, j’ai décidé de quitter ce service dans moins d’une semaine, de récupérer toutes mes données personnelles et les faire supprimer du serveur de l’entreprise. C’est avec un peu de tristesse et dans un certain esprit de sacrifice que j’ai pris cette décision il y a quelques mois de cela. Depuis quelques années – ceux et celles qui me suivent sur le réseau social ont pu le constater – le nombre d’informations mettant en garde les utilisateurs contre Facebook, à tous les niveaux, va croissant. Le plus inquiétant et le plus palpable est sans doute le problème de la maîtrise des données personnelles de l’utilisateur. Malgré des initiatives dont le but premier est de rassurer les utilisateurs et les marchés financiers en vue d’une entrée en bourse imminente, Facebook reste un espace d’insécurité numérique où l’internaute est à la merci d’une seule logique : récolter toujours plus vos données personnelles et augmenter toujours d’avantage leur caractère publique.

Les usages des données personnelles sont multiples et inquiétants. En premier lieu, la publicité ciblée, que l’on ne présente plus et qui représente plus de 80 % des revenus de Facebook. L’entreprise a fait le choix, ces derniers temps, de lancer une initiative « pédagogique » envers ses utilisateurs dans le but de leur faire avaler toujours plus de publicités intrusives et superflues. Bientôt, l’entreprise en mettra dans votre fil de statuts. En second lieu, Facebook collabore avec des autorités d’États pour la lutte « anti-terroriste », notamment avec les États-Unis. Les relations de Mark avec le président Barack Obama sont au beau fixe. Le problème se trouve dans la définition de ce terme de terroriste et qui cela englobe. Quand les services des états recherchent « des terroristes », ils ont très probablement accès à l’ensemble des données présentes sur Facebook. Les limitations ne sont pas réellement définies. En troisième lieu, bien que Facebook assure ne pas vendre les bases de données à des entreprises commerciales, et qui, pour le prouver, se contente d’asséner que « ce ne serait pas dans son intérêt », nous pouvons légitimement nous poser la question. Puisque Facebook est une entreprise commerciale, le but recherché est le profit. N’y a-t-il pas de profits à tirer dans la vente de bases de données personnelles sous le manteau ?

Les utilisateurs de Facebook sont la seule raison d’être de Facebook. Sans utilisateurs, pas de données personnelles, sans données personnelles, pas de profit. Pourtant, nous ne participons pas aux prises de décisions stratégiques de l’entreprise concernant son développement et nous ne pouvons pas vérifier les fonctionnalités de collecte de données ou de censure dans le code source puisque celui-ci relève strictement du secret industriel.

La récolte frauduleuse des données personnelles et le fichage systématique de plus en plus millimétré sont les premières raisons de mon départ. Comme l’a démontré Internet Sans Frontières dans sa plainte auprès de la CNIL, Facebook utilise des méthodes dangereuses qui mettent en péril les libertés des citoyens. Collecte des données en dehors de Facebook par l’intermédiaire du bouton like, création de profils fantômes à travers la synchronisation des répertoires de courriels et de téléphones, identification systématique et automatique des visages sur les photos avec la technique biométrique…

La publicité croissante et insidieuse, utilisant des méthodes de chantage affectif pour faire cliquer mes ami.e.s, me gêne profondément. Lorsque je livre mes infos persos à la publicité Facebook, je livre mes ami.e.s en pâture aux publicitaires qui ne manqueront pas de faire remarquer que j’aime tel ou tel produit. Si actuellement cela s’arrête à informer mes ami.e.s que moi aussi je suis fan du Coca-Cola (ce qui n’est pas mon cas :-)), il est à craindre des usages encore plus intrusifs qui exploiteraient les photos sur lesquelles vous vous trouvez en train de consommer une marque en particulier. Ils ont la technique, reste à voir pour Facebook les obstacles juridiques et moraux des utilisateurs.

La politique de censure exercée par Facebook est de plus en plus inquiétante. Si l’on sait depuis 2009 que Facebook est le toutou des industries du divertissements, par la censure de The Pirate Bay notamment (essayez de poster un lien The Pirate Bay pour voir ;-)), la dernière censure notable de septembre 2011 atteint des sommets. Les premiers messages sur le réseau appelant à Occupy Wallstreet ont été honteusement censurés, sans justification et par des techniques sournoises. Certains événements ont été supprimés, d’autres statuts ont été rendus visibles uniquement par ceux et celle qui les postaient. Facebook – qui doit rentrer en bourse très prochainement, rappelons-le – a un intérêt direct à censurer un tel mouvement pour éviter toute contestation de cette institution qui sert son expansion. D’autres cas de censures, nombreux, ont été recensés, nous ne les listerons pas ici.

Voici les principales raisons de mon départ sommairement résumées. Certains et certaines se demanderont probablement « Mais pourquoi avoir attendu si longtemps ? ». En réalité, je pense que nous avons vécu ces dernières années une période de révolution informationaliste incroyable et qu’aujourd’hui nous nous réveillons un peu avec la gueule de bois. Comme si nous nous retrouvions en terrain conquis. Le premier volet a été l’émerveillement de ces nouveaux moyens de partage et de débat démocratique qui ont transformé profondément et durablement l’organisation sociale du Monde. L’accès de tout-e citoyen-ne à une masse d’informations toujours plus importante et précieuse participe à rendre la société plus transparente et lui redonner un pouvoir politique. Je ne m’étalerai pas sur cette période car aujourd’hui il faut nous atteler à éviter le second volet : une contre-révolution dangereuse en progression qui consiste en la surveillance constante et systématique du citoyen. Si ce processus est déjà bien avancé, il n’est pas encore complet et total. Nous assistons, trop passivement, à la reprise en mains des États et des grandes entreprises qui ont des intérêts divergents à ceux des citoyennes et des citoyens libres. Si dans ce billet je parle en particulier de Facebook, ce n’est pas le seul enjeu auquel il faut s’intéresser. Mais il faut occuper le terrain, tout le terrain.

La deuxième raison pour laquelle j’ai attendu aussi longtemps avant de me jeter à l’eau est affective. En effet, grâce au réseau social Facebook, je garde contact avec de nombreux/nombreuses ami.e.s à travers la France et le Monde que je ne vois pas tous les jours. Si je quitte Facebook, je perdrais avec certains, très probablement, le contact faible qu’il restait. De plus, j’adore papoter politique et de choses simples de la vie, voir les photos de mariages, de soirées, des nouveaux nés, etc. Également, je vais perdre un relais efficace pour les publications de mon blog. Ou bien encore professionnellement, par l’intermédiaire de Facebook j’ai pu accéder à de nombreuses opportunités. La vie locale de ma cité universitaire me sera moins accessible car les soirées et autres événements sont annoncés d’abord sur Facebook. Ne pas être sur Facebook donc, à l’heure actuelle, je le vois comme un véritable handicap social.

Ceci étant, comme je l’ai écrit précédemment, la raison d’être de Facebook, ce sont ses utilisateurs. Sans utilisateurs, Facebook ne représente aucun intérêt. C’est pourquoi, plus que dans n’importe quel type de situation, l’adéquation entre la pensée et l’acte doit primer. L’architecture du réseau et l’organisation qui maintient et développe le service sont les racines du problèmes. La nature centralisée du service est un problème en soit pour la maîtrise des données personnelles. Le simple fait de permettre à une organisation, quelle que soit sa logique, d’avoir autant de données sur autant de personnes devrait nous pousser à ne pas nous y inscrire. La moindre dérive dans la gestion du droit d’accès à ces données peut avoir des conséquences catastrophiques pour les libertés. De nombreux internautes ont déjà fait ce constat et ont pris le parti de lancer des initiatives d’alternatives. De nombreux projets de logiciels libres de réseaux sociaux sont en cours de développement. Diaspora, Status.net, GNU social, Crabgrass… et de nombreux autres. J’avais notamment participé à Movim pendant un moment. Bref, ce n’est pas ce qui manque.

Dans les jours, semaines et mois qui viennent, en tant que simple citoyen, je vais entreprendre des démarches afin d’obtenir de Facebook deux choses :

  • La récupération de la totalité des données personnelles que j’ai ajoutées ou qui ont été générées.

  • La suppression totale de mes données personnelles des serveurs de Facebook dans un délai convenable et légal.

Je vous tiendrai au courant régulièrement des avancées.

Pour finir, je vous recommande la lecture d’un billet que j’ai écrit en mai 2010 qui reste aujourd’hui plus que jamais d’actualité.

« Des syndicats 2.0 pour défendre les intérêts des contributeurs »

Comme quoi, ma critique de Facebook ne date pas d’il y a deux jours 😉

Bonne année 2012 !

Pour rester en contact avec moi :

twitter : @antoninmoulart Identi.ca : @antoninmoulart

Diaspora : https://joindiaspora.com/u/antoninus (j’envoie des invitations sur demande)

Mon courriel : antonin@moulart.org

mon jabber : antonin@jappix.com

Mon téléphone : sur demande 😉

Ecrire un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

41 Commentaires

  1. salut Antonin. Bravo pour ce billet, qui me semble parfait. Tu m’invites sur Diaspora stp?
    Et une très bonne année à toi!

  2. Salut,

    J’ai envie de dire que ton message est vu et revu, mais tu le sais déjà puisque tu le mentionne. Surtout sur un blog de libriste.

    Pour ajouter de l’eau à ton moulin, le Patrioct Act, mis en place suite aux attentats de 2001 donne le droit au FBI d’aller piocher dans les données personnelles des hébergeurs et FAI, directement, et au nom de la lutte antiterroriste.

    Ensuite l’échange de données personnelles ne se fait pas sous le manteau, ils ne s’en sont jamais caché, ils ont des contrats pour la publicité ciblée sur les habitudes des utilisateurs. On a d’ailleurs des histoires de personnes ayant retrouvé leurs propres photos dans des publicités…

    Je ne me suis jamais inscrit sur facebook, voyant cela comme un monde de kikoolol et dangereux sur bien des aspects.

  3. Tous les débuts d’année se ressemblent 😉
    L’année dernière je quittais facebook, et là je suis en train de récupérer mes données gmail pour pouvoir ensuite supprimer mon compte…
    Autre objectif : me mettre sérieusement au clavier électronique

  4. SRC: « On a d’ailleurs des histoires de personnes ayant retrouvé leurs propres photos dans des publicités… »

    Tu as des liens ? Je n’ai pas vu passer.

    Igor: « Sinon, j’imagine que tu es tombé sur la traduction de framablog : http://www.framablog.org/index.php/post/2011/12/31/gratuite-publicite-facebook »

    Oui, article intéressant que celle la question du modèle économique. Ma position pour ma part est celle du mécénat globale ou revenu de vie… Une économie du dons peut libérer les contenus, la publicité les détériore.

  5. FaceBook, OK.

    Par contre dommage, ton twitter est plus remplis que ton identi.ca. Pourtant tu peux maintenant faire le lein complet à partir de identi.ca vers twitter ( et retour).

    Denis

  6. Ton message est flippant …
    Ne pas avoir facebook, c’est comme ne pas avoir le téléphone en définitive …
    C’est pas avec ce genre d’arguments qu’on va donner envie !

  7. @Yoananda,
    Je fais partie des personnes qui pensent qu’il faut d’abord annoncer les risques avant d’entrainer des personnes dans une action qu’ils regretteraient. Ça doit être mon expérience dans la désobéissance civile qui me fait écrire ainsi !

    Quitter facebook n’est pas un acte anodin quand on entretient des relations via cet outil.

  8. Ne plus utiliser facebook, ok mais un compte configuré permet de recevoir des mises à jour si quelqu’un te «tag» sur une photo. Ça me parait important à mettre en balance quand on parle de contrôle de donnée.
    Sinon tes données sont aux States donc tu ne supprimeras jamais rien. Il y a un gars qui avait demandé en papier ce que Facebook avait sur lui et il s’était rendu compte que la suppression n’existait pas, il garde tout et ne l’affiche plus.

  9. « Sinon tes données sont aux States donc tu ne supprimeras jamais rien. Il y a un gars qui avait demandé en papier ce que Facebook avait sur lui et il s’était rendu compte que la suppression n’existait pas, il garde tout et ne l’affiche plus. » Il y a des serveurs en Europe également.

    « Ne plus utiliser facebook, ok mais un compte configuré permet de recevoir des mises à jour si quelqu’un te «tag» sur une photo. Ça me parait important à mettre en balance quand on parle de contrôle de donnée. »
    Il est inadmissible d’être forcé à s’inscrire sur facebook pour pouvoir contrôler ses données. Et de toute façon, sur les photos, nous sommes automatiquement identifié désormais à cause de la techno biométrique.

  10. Tout d’abord, bonne année, Antonin.

    De Facebook ou de Google, je me demande bien lequel des deux est le plus invasif ?

  11. @LeLoup,

    Malheureusement, le tutoriel date. Depuis ils ont supprimé le formulaire.

    @Denis,

    C’est la même sauf que facebook prend moins de pincette. Mais il faut réagir à google aussi.

  12. google aurait tendance a etre bien plus puissant que facebook.

    C’est ce qu’en dit bayart et c’est ce qui semble assez logique, rien qu’en tant que moteur de recherche ils ont « tout l’internet » …

    Plus que jamais l’anonymat va primé.

  13. Bonjour,

    je souhaite également quitter facebook. Pouvez-vous m’indiquer exactement la marche à suivre afin de récupérer les données précédemment laisser sur facebook de manière sûre? L’un(e) d’entre vous a-t-il/elle déjà effectué cette démarche?

    Merci !

  14. Je suis tenté de vous suivre, mais avant j’ai une dernière question, pourrait-on avec une adresse jabber garder le contact avec ses amis sur facebook via la messagerie instantanée ? :p cette question est juste posée à voix haute, je vais moi même tenter d’y répondre dès aujourd’hui 🙂

  15. @Nealith,

    Eh bien, je suis au regret de t’annoncer que c’est impossible. FB a une politique de fermeture qui n’autorise pas ce genre de chose.

    Par contre tu peux t’y connecter à partir de pidgin mais tu dois garder ton compte actif.

    @Facebook-bored,

    Je t’envoie un courriel.

  16. Oui j’ai remarqué ça. Mais bon j’ai pas envie de participer à la mentalité de facebook, donc je pense que je vais le quitter prochainement ^^

  17. Je suis en train de créer liste de discussion ayant pour objet une entraide entre les internautes qui veulent quitter facebook. Est-ce que tu es intéressé ?

  18. Bravo pour cet acte courageux ! J’avais tenté l’expérience l’an dernier, mais j’ai craqué au bout de 11 mois, car ma vie sociale en avait pris un coup. Mais là, c’est fini, je le quitte définitivement ! Tant pis s’il ne me reste que deux amis (les autres n’en étaient pas visiblement …) !!! Et puis je trouve Zuckertruc particulièrement antipathique en plus, je n’ai plus envie de participer à sa fortune !
    Soutenons-nous !

  19. Bonjour,

    pourquoi tout simplement ne pas diffuser d’infos personnelles, ne pas cliquer sur les boutons « j’aime » pour que les publicitaires n’emmerdent pas nos amis… En bref, pourquoi ne pas utiliser UNIQUEMENT les outils qui servent à partager les articles de son blog ? Que risque t-on si on se sert de Facebook comme outil de pub pour son blog ? Moi personnellement j’ai un blog et je compte beaucoup sur facebook pour partager mes articles etc… Jamais je n’ai mis de photos persos ou d’infos me concernant, ni ma ville, ni mon prénom… meme pas mon sexe 😉

  20. Hello,

    Merci pour ce que tu fais, j’en profite dans le silence. Sauf, maintenant. Le site https://joindiaspora.com est hébergé chez Amazon AWS, utilise le service de messagerie de Google et utilise les service de cloudfront ! C’est une blague ?!

    Évidemment, économiquement c’est sûrement tout à fait justifié. Et chacun peut monter son service identi.ca, mais moralement…

  21. c’est sûr ça fait tâche d’un coup comme ça (tien je vais aller me renseigner sur les habitudes du serveur sur lequel mon compte abandonné est 🙂 )

  22. Bonjour,

    comptant faire de même, je souhaiterais savoir comment vous avez procéder afin de récupérer et supprimer vos données svp.

    Bien à vous.

  23. va voir dans les condition de confidentialité ou je sais pas quoi, y’a un lien en bas de la page ^^

  24. moi ça fait une semaine que j’ai désactivé. Déjà en Janvier par je ne sais quelle manip je me suis retrouvé avec la timeline, où j’ai eu 1 semaine pour trier ce que je voulais qui apparaisse aux autres. Je n’ai pas apprécié de ne pas avoir le choix. Alors j’ai supprimé TOUTES mes publications depuis 2 ans! j’ai vidé tout mon profil de sa substance. Mais j’ai continué à y aller plusieurs fois par jour. Et je fermais la page toujours dégoûtée d’avoir perdu du temps pour ça. Je trouve que ça devient trop lisse. Au « début » les commentaires étaient spontanés, rigolos. Et au fur et à mesure, c’est devenu beaucoup trop pensé, on réfléchit à ce qu’on va mettre en commentaire, on efface, on refait. Moi je supportais pas de souhaiter les anniversaires à tout le monde, et que tout le monde me le souhaite. C’est pas sincère. J’avais supprimé ma date de naissance complète comme ça il ne se passait rien ce jour-là sur FB. Par contre mon téléphone sonne, je reçois des mails pour me souhaiter mon anniversaire, par les vrais amis.
    Bilan d’une semaine : c’est TRES BIEN. J’ai récupéré un peu de temps. J’ai libéré mon esprit parce que je me fous royalement de ce qu’il s’y passe. J’ai un côté anti-conformiste et je confirme que pour vivre heureux, il faut vivre caché.

  25. Je viens de me reco pour télécharger mes données, faut aller sur les paramètres de comptes, et ça semble long… après je supprimerai mon compte
    en tout cas j’ai découvert des choses que j’aurai pas voulu découvrir… toute façon, quitter facebook m’a permis de faire une purge dans mes amis…, une énorme purge…, mais ça me dégoute quand même, surtout vis à vis de certains…

    Bref, vivement que je reçoive cette foutu archive que je puisse quitter tout cet horrible bleu !

  26. Bonjour, as tu reçu tes données personnelles ?

    Peut tu m’indiquer la démarche a suivre stp étant donné que le lien pour le formulaire ne fonctionne plus il n’y a pas de mail a contacter ?

  27. Heu je sais plus, mais si ça te dis que ça prépare ton archive, bah c’est que ça le fait, j’ai attendu un paquet de temps avant de la recevoir…

  28. Salut à tous!Je souhaite, tout comme vous, désactiver mon compte. Mais une question que je me pose en lisant vos commentaires : pourquoi est ce qu’il est si important de sauvegarder ses données personnelles avant de supprimer notre compte, puisque de toute façon, Facebook en conservera une (ou des) copie??
    D’avance merci de vos réponses!
    Ly

  29. @LY, parce que « tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous ». Si le grand méchant loup décide de mordre, autant savoir où se fixera sa mâchoire. Ensuite, parce que « on a déballé toute ça vie dessus ». Il y a forcément des données originales par là-bas, autant en garder copie.

  30. Bah au final j’ai supprimé mon compte, et je semble avoir perdu les dites données, par contre j’ai bien fais de me faire mon carnet d’adresse et de date d’anniversaire avant de partir 🙂
    Et puis ça te permet de voir tous qu’ils ont sur toi (officiellement)

  31. Simply wish to say your article is as surprising.
    The clarity in your post is just cool and i can assume you are an expert on this subject.
    Well with your permission allow me to grab your RSS feed to keep up to date with forthcoming post.
    Thanks a million and please continue the rewarding work.

  32. It’s a pity you don’t have a donate button! I’d certainly donate to this brilliant blog!
    I guess for now i’ll settle for bookmarking and adding
    your RSS feed to my Google account. I look forward to fresh updates and will
    share this site with my Facebook group. Chat
    soon!

  33. Je veux bien supprimer tous mes comptes de facebook au nom de nejibazib je veux même les supprimer du serveur et merci d’avance

Webmentions

  • L'informatique en 2012 - Semaine 1 6 avril 2019

    […] Antonin Moulart a décidé de quitter Facebook. Il met en avant trois raisons : […]

  • TrueBlock Plus: Qui peut le plus, peut le moins ! « Antonin MOULART 6 avril 2019

    […] bien au contraire. Il ne faut rien laisser passer, même si ad block plus n'en est évidemment pas au niveau de facebook qui bat tous les […]