dans culture libre

Faut-il initier un fork de Ad Block Plus ?

Ad Block Plus annonce qu’il ne bloquera plus toutes les publicités. L’extension phare de firefox vient de remettre en question l’utilité de sa vocation. Il fallait le faire et ils l’ont fait… Serait-ce dus à irrésistible pression de google, principale financeur de mozilla firefox ? La communauté serait-elle arrivé à la conclusion que la publicité présenterait un intéret pour l’internaute ? Queneni !

L’argument avancé est l’argument du pire: « Un peu de publicité c’est bien pour faire vivre les petits sites ! ». Tout le fatalisme d’une pensée dominante résumé en une seule petite phrase TINA « There Is No Alternative ».

Et pourtant ! Parmi les 10 sites les plus consultés au monde, une communauté d’irréductible résiste encore et toujours à l’envahisseur. Il s’agit de wikipedia, qui, sans publicité, fait figure d’exemple en embauchant pas moins de 90 salariés et entretenant une infra-structure serveur des plus impressionnantes.

De plus en plus nombreux sont les sites d’informations en ligne à trouver des modèles économiques alternatifs durable. On peut notamment penser à Mediapart et Arrêts sur image qui depuis quelques années vivent grâce aux abonnements de ses membres. D’autres sites comme reflets.info font le paris ambitieux des dons en ligne. Si les rédacteurs sont loin de vivre de ces recettes, il faut souligner cette volonté d’encourager les internautes à changer leurs comportements de consommation sur internet. Du propre avoeux des auteurs, le site tourne actuellement à 20% de ses capacités, ce qui pourrait donner envie aux internautes de donner s’ils souhaitent d’avantage de productions. Autre exemple, le blog de Paul Jorion tourne très bien sur ce modèle avec des recettes d’un peu plus de 3000 € mensuel, le blog fait figure d’exemple sur l’internet français.

Le modèle économique d’un site d’information n’est pas simplement une question de respect des données personnelles des utilisateurs ou de pollution visuelle sur le site en question. C’est d’abord et surtout la question de l’indépendance qui est soulevé. Souvenez vous il y a quelques semaines de l’affaire de la tribune qui avait publié un article desservant les intérêts de l’industrie du nucléaire… Du jour au lendemain Henry Proglio PDG d’EDF avait supprimé une campagne publicitaire dans la revue qui devait la financer à hauteur de 60 000€. De quoi mettre un journal en faillite… Et puis, on peut s’interroger de l’intérêt d’une firme, ancien monopole d’état, à faire de la publicité… Sur qui cherchent-ils à prendre avantage ? Il n’y a pas de concurrent… Tout le monde sait que les EPR sont sur à 200%, non ? A moins que la population ait besoin d’être rassuré… N’est-il pas inutile de se payer des pages de propagande dans des journaux respectable qui bradent leur crédibilité pour faire vivre leur rédaction ? A moins que ce soit pour contrôler le contenu… ???

Ad Block Plus nous rassure tout de même. Pour ceux qui ne veulent même pas (des furieux probablement) de « pub acceptable », il y a toujours moyen de cocher une case pour s’en débarasser. Ad Block Plus nous colle une option de retrait de la publicité en second degré ! Cela signifie que pour ne pas voir de publicité dans votre navigation web, il faut d’abord installer firefox, ensuite installer Ad Block Plus et après cocher la petite case dans la configuration de l’extension pour dire « Non, je ne veux VRAIMENT pas de publicité ! ». La prochaine sera peut-être l’ajout d’une seconde case « Non, j’insiste vraiment, vous me faites chier avec vos réclames !!! » ? On peut continuer comme ça à l’infinie…

La publicité sur internet est par définition inacceptable car elle est inintéressante et sans intérêt pour l’internaute. Les flots d’informations qui circulent sur le réseau sont déjà assez laborieux à trier et notre temps de cerveau assez précieux pour qu’en plus nous devions filtrer mentalement le bon grain de l’ivraie. Sans parler des problèmes de la récolte des données personnelles qu’Ad Block plus ne traite pas…

Alors la question est la suivante: Faut-il créer un fork d’ad block plus ?

Il s’agirait d’une extension antipub avec une option de retrait par défaut de la publicité (ben oui, c’est un peu le but d’une telle extension), tout simplement. Elle s’adresserait à tous ceux qui n’ont pas le temps de s’amuser à cocher des cases inutile sur un logiciel précieux.

A cela s’ajouterait une partie de type « ghostery » qui bloquerait l’ensemble des scripts qui traques nos données personnelles sans nous demander la permission préalable et explicite.

La question de bloquer les anti-block devrait également être une piste que ce fameux logiciel explorerait. Également la question de la publicité sur les vidéos ?

Bref, on pourrait appeler cette extension « ad block vraiment » ou « ad block plus plus ». Ce serait une super extension appréciable et une belle réponse à ce choix politique de la communauté d’ad block plus des plus absurdes.

Ecrire un commentaire

Commenter

67 Commentaires

  1. @Anthony
    La différence c’est que les ayant droit réclament que ce soit les télépartageurs qui payent, toi et des millions d’autres avec cette même rengaine attendent que ce soit des régies publicitaires, pas les visiteurs.

  2. Tant pis, je l’ajoute quand même au cas où ça ne serait pas très clair :
    Le chantage ne fonctionne pas et ce n’est pas du tout élégant.

    Cette même rengaine qui consiste à se comporter comme les majors cherchant à culpabiliser le télépartageur en criant à la mort de l’artiste et de milliers d’emplois n’aura aucun effet. Aucun autre industriel n’a eu le culot auparavant de supplier voire de contraindre aussi ouvertement quiconque sous prétexte qu’elle va faire faillite ou devoir éliminer des emplois, délocaliser, etc. Ici, les « défenseurs » de la pub prennent peu à peu le même chemin.

    Une personne physique ou morale aux abois s’imagine qu’elle peut tout tenter pour légitimer la façon dont elle engrange ses revenus ou ses pertes, mais dans les faits, reporter tout bénéfice à son seul mérite et la responsabilité des ses errements sur les autres n’est pas nouveau. Il faudra qu’il admette une bonne fois pour toute : on est un bon gestionnaire, ou on en est un mauvais. On fait des choix, bon et/ou mauvais. On prend des risques, mais on n’oblige pas les autres à les partager. Et par dessus tout, il faut être honnête.

    La pub a ici cette fantastique faculté d’impliquer dans sa chaine de valeur une personne tierce qui ne l’a pas forcément sollicité et qui pourra devenir l’unique et parfait dindon de la farce de celui qui attendait tant des autres, tant du « système ».
    Donc je le répète : la pub, c’est l’affaire de chacun, moi je n’en veux pas, si ça ne te plaît pas il sera toujours totalement improductif d’implorer les autres de se laisser empoisonner au passage par MrPub pour qu’il daigne à augmenter ta pitance.

  3. @Niak j’ai fait exprès de prendre l’exemple des major dans le sens où ils font n’importe quoi et surtout n’importe comment.

    Ce qui me dérange ce n’est pas que l’on veuille bloquer la pub mais que l’on bloque toute pub sans distinction, comme si un chose qui a eu des abus veut dire que toute ces choses abusent. De la pub pourrie, il y en a partout, mais faut-il pour autant virer la pub de partout pour le simple fait que certains abusent? Il faut un juste milieux pour tout. Sinon le chantage serait effectif : pub-bloqueur : tu ne visiteras pas ce site… C’est détectable et facile a mettre en place, mais cela n’a strictement aucun intérêt : ce serait aller vers le chemin des majors…

    Tuer la pub ne va pas tuer la création, le partage ou autre mais plutôt que cela la limite, la ralenti. C’est un choix de bloquer le pub mais il faut réfléchir a l’impacte que cela peut avoir autre que celui éthique ou anti-X (remplacer X par capitalisme, argent, contenu de merde, assisté, … ou autre chose pour lequel on est contre). Je ne demande pas de culpabilisé mais de mesurer l’impact des choses : le grand site s’en sortira le petit ben il va trimmer en tant que petit plus longtemps (pour peux qu’il veuille grandir)

  4. @Anthony,

    Tuer la pub ça tue le système consumériste qui nous pousse sans cesse à gaspiller les ressources de notre planète, c’est également un moyen d’affirmer que nous ne sommes des citoyens avant d’être des consommateurs. Cela permet également de contester la prédominance des marques dans notre imaginaire et le monopole que conserve grâce à ces médias les plus grosses et les moins éthique comme coca cola par exemple.

    Voilà à quoi sert la publicité. Personnellement, je suis pour une publicité informative et pas seulement commerciale. Si les pubs acceptables étaient des pubs informatives qui ne cherchent pas à manipuler, peut être réagirais-je autrement. Malheureusement, la racine de la publicité est de pousser à la consommation, créer des besoins factices en associant un produit à une image positive ou un slogan. Tant que la publicité ne changera pas de nature et prendra les consommateurs pour des anes, il faudra la critiquer radicalement (c’est à dire à la racine de ce qu’elle est).

    Ils m’ont proposé la Mise à jour de Ad Block plus, je ne l’ai pas fais.

  5. « Or, ce modèle dominant semble irréversiblement en déclin, la baisse constante des ventes n’étant pas compensée, malgré des efforts pathétiques en ce sens, par un surcroît de recettes publicitaires, et inversement, la baisse des recettes publicitaires n’étant pas compensée par une augmentation du nombre de lecteurs. La presse gratuite opère une rupture avec ce modèle en se finançant par la seule publicité. Cette rupture redéfinit ouvertement le journal comme fournisseur de clients aux annonceurs, et réoriente toutes ses composantes, formelles comme de contenu, dans ce sens. Le lecteur n’est alors sollicité qu’en tant que consommateur, qu’il s’agisse indifféremment des annonces ou des articles, puisqu’il n’y a plus de contradiction entre eux, puisqu’ils doivent avant tout séduire ce lecteur et non pas, par exemple, l’instruire, l’éduquer, ou simplement l’informer un peu sérieusement. Le « gratuit » est une marchandise à part entière, ou plutôt une publicité à part entière, déguisée en journal. Comme le dit Rémy Rieffel : « Ils ne vendent pas prioritairement du contenu à des lecteurs-consommateurs, mais des lecteurs-consommateurs (une audience) à des annonceurs [21]. »  »
    http://www.acrimed.org/article3731.html

  6. @Anthony
    Au risque de se répéter, mais l’aliénation consentie entre un gestionnaire de site, grand ou petit, et sa régie publicitaire en vue de gagner l’autonomie financière du site, n’est pas le problème du visiteur. Le gestionnaire n’a pas à faire la manche non plus.
    Il ne s’agit pas de bloquer par réflexe pavlovien après abus, pas plus qu’il ne s’agirai de bloquer tout fission d’atomes suite à l’abus militaire et aux dérives civiles, il s’agit de se protéger personnellement d’une nuisance tant que le site persistera à en utiliser quel qu’en soit la raison. Il n’y a pas de juste milieu à imposer pour tous ! Il faut tolérer le fait qu’il y en a qui s’en foutent royalement et d’autres qui ne supportent pas ça. Après ça, la réponse est simple : soit le gestionnaire décide qu’il est vain et intolérable de persuader que tous les visiteurs doivent se laisser envahir pour récolter sonnant et trébuchant, soit il prends une décision proactive qui tranchera net ses rapports aux autres.

    L’hommage du vice à la vertu du publicitaire serai justement de dire qu’il en faut peu mais partout pour la paix de tous et dire que ça ne serait pas de l’abus.

    « Tuer la pub ne va pas tuer la création, le partage ou autre mais plutôt que cela la limite, la ralenti. »
    Quand une société en arrive à un tel fonctionnement, c’est qu’il y a un réel problème. Que la publicité devienne tout ou partie le moteur [subsidiaire] de nos activités est quelque chose qui est plus qu’inquiétant. D’une part parce qu’il serait question que nous limitons le partage et la création par quelque chose qui n’est pas défini ici et d’autre part que nous considérons que la publicité est libératrice, ce qui reviendrai à lui conférer un pouvoir qui ne lui revient pas et donc à accorder beaucoup de pouvoirs et de responsabilités à ceux qui en ont le contrôle par exemple. Ce qui semble être le cas actuel.

    Il faudra admettre que bloquer les pub’ aujourd’hui est un acte volontaire car il n’existe aucun navigateur livré avec bloqueur et/ou liste. Ce n’est pas quelque chose qui est fait dans un effet de mode, jeune ou moins jeune. C’est une réponse bien mesurée, considérant que toute publicité est une intrusion (qui s’insère entre l’objet et ton regard) et une manipulation, l’impact est connu par tout ceux qui ne veulent plus être importuné.

  7.  »
    Il faudra admettre que bloquer les pub’ aujourd’hui est un acte volontaire car il n’existe aucun navigateur livré avec bloqueur et/ou liste.  »

    D’ailleurs, il faudrait que firefox inclus par défaut un bloqueur de pub.

  8. @Antonin
    C’est toujours discutable. Tout est discutable.
    Je n’y suis pas opposé (car ce sont surtout mes propres besoins et mes convictions qui parlent plus fort ici) mais ce n’est pas quelque chose de très séduisant. Intégrer ça au navigateur fait l’économie d’une démarche, peut-être pas très approfondie, du webnaute sur son rapport à la publicité. Il a son navigateur, il bidouille les options et vlan, les pages sont plus propre et donc plus lisibles. Le fait d’aller chercher son extension permet peut-être de rencontrer au hasard des visions bien différentes sur la pub et de se responsabiliser : il accepte de se laisser polluer, même un peu, pour faire plaisir à Jean, Pierre ou Jacques, soit il comprend les dangers et même pour ses amis il refuse catégoriquement toute publicité.

  9. @Anthony

    Non il n’existe pas de modèle alternatif, du moins pas encore.

    Rien n’est fais pour, il ne faut pas raconter n’importe quoi.

    Non ce qui se passe c’est que comme d’hab, l’acces a la culture c’est pour ceux qui peuvent, ceux qui ont les moyens ou surtout une famille qui en a et ainsi dessuite.

    Les pauvres c’est bon qu’a bosser a la chaine et a écouter la star ac.

    Internet bouscule de fait tout ca, ca les rend malades, on se demande bien pourquoi…

  10. @Niak

    Bravo et merci, c’est très bien dit et très juste.

    Je rajouterais @Anthony:

    Bah voyons, trier la pub, j’ai que ca a foutre!

    Quoi?Comment? Je n’ai pas a le faire on se propose de le faire pour moi?

    Génial!
    Il faut donc en plus que je controle le controleur qui controle le controleur…

  11. «Tuer la pub ne va pas tuer la création, le partage ou autre mais plutôt que cela la limite, la ralenti.»

    Oui oui et les p2p tue les artistes pendant qu’hadopi sauve la création, on connait.

    http://geektionnerd.net/flux-financiers-du-piratage/

    Bon sinon, pour la pub, faut il rappeler qu’a la base ca s’appelle « propagande » et que ca n’a pas vraiment été fait par des gens bien dans des but tout aussi pas bien?

    Il semble que oui, alors je vais faire, mais rapide.

    « La propagande est a la démocratie ce que la matraque est a la dictature. »

    Voir chomsky & compagnie de mermet et azam, ca nous parle du magnifique edward bernays entre autre.

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1682

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1888

    http://nbaillargeon.blogspot.com/2009/10/propaganda-de-bernays-ma-preafce.html

    https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/Edward_Bernays

  12. Mince, liens = spam = attente de validation par le taulier?

    J’espère, alors on valide, hop hop hop! :}

  13. @anonyme
    Je suis en ce moment même dans la lecture de J.Ellul, et je ne pense pas que la publicité puisse a elle seule puisse endosser le mot de propagande. Je conseille à ce propos 4 livres que j’ai commencé à dévorer : « Propagandes », « La technique ou l’enjeu du siècle », »Le Système technicien » et « Le bluff technologique ».
    Extrait de ce dernier :

    __________
    « Par ailleurs, les recherches de motivation ont aussi forcément changé de caractère, car il s’agit de faire acheter des objets de plus en plus inutiles, des gadgets, comme nous l’avons vu. Tout ce que l’on avait envisagé comme motivations soit rationnelles, soit « freudiennes », ne compte presque plus (malgré l’importance qui subsiste de l’éros et de la liberté), la publicité s’oriente inévitablement vers le délirant. Nous y reviendrons. Tout le monde a pu se rendre compte du changement de « style » de la publicité. Ce n’est pas seulement l’utilisation de nouveaux moyens techniques, d’images fabriquées par ordinateur, de procédés cinématographiques récents, ni d’un changement de sujets ou de méthodes pour traiter un sujet. Il s’agit de tout autre chose.

    Que les publicitaires soient conscients à la fois de la nécessité de présenter autrement des produits tout nouveaux, inattendus, et aussi des moyens étonnants mis maintenant à leur disposition, c’est évident. Que l’on poursuive l’idée qu’il fallait « introduire dans la marchandise des qualités libidinales non intrinsèques au départ » (E. Morin), que l’on continue le chemin parfaitement décrit par ce dernier auteur selon lequel la publicité s’avance, d’un côté, sur la route de la libido qui conduit vers des pulsions inconscientes, vers le « ça » freudien, et de l’autre sur la route de l’individualité, de cette construction culturelle qui s’appelle la personnalité, le « moi » freudien, cela reste parfaitement exact. Mais ce n’est plus suffisant pour rendre compte, et de la mutation publicitaire et de son rôle actuel.

    La publicité a changé de style parce qu’elle a changé de fonction, et en même temps elle a changé de statut. Les publicitaires sont en réalité portés par une transformation de l’objet de leur travail, qui fait que tout l’ancien arsenal de recherches de motivation, etc., est en réalité très désuet, et je dirais qu’ils font en effet une publicité adaptée à son nouveau statut, une publicité qui, en quelque sorte, leur échappe. Jusqu’à présent, la publicité était une annexe, indispensable certes, de la distribution, du commerce, et servait à faire acheter un produit. Aujourd’hui, il est bien exact qu’un de ses objectifs est toujours de faire acheter un produit, mais ce n’est plus tout à fait le même genre, il s’agit moins de vendre un cirage ou un meuble que de vendre un produit technique, un appareil ou bien une marchandise très sophistiquée, à qualités hautement techniques (même s’il ne s’agit que de Coca-Cola !). En réalité, le changement de statut de la technique correspond à ce que d’agent annexe de vente, elle est devenue le moteur de tout le système. La publicité est la dictature invisible de notre société.
    _______

  14. Avez vous lu l’annonce des développeurs ?

    « Avec Adblock plus 2.0, vous pouvez autoriser l’affichage de publicités considérées comme « non-intrusives ». En faisant cela, vous soutenez les sites web qui dépendent des publicités mais choisissent des annonces non envahissantes. Et vous leur donnez un avantage sur la concurrence, ce qui encourage les autres sites web à utiliser également des publicités non-intrusives. À long terme, le web deviendra un endroit plus agréable pour tout le monde, pas seulement pour les utilisateurs d’Adblock Plus. »

    L’idée ne me semble pas idiote, il faut simplement faire attention aux abus.
    Je critique aussi cette annonce sur mon blog : http://geexxx.fr/index.php/2011/12/18/adblock-plus-2-0-autoriser-les-publicites-non-intrusives/

  15. Vu le peu de gens qui utilisent adblock, je pense qu’ils s’en cognent royalement et qu’on aura pas moins de pub intrusive, juste de la pub changé au pire et adapté comme je le disais, on aura donc facilité l’intrusion de la pub de facon plus sournoise…
    Déjà que le marketing viral…

    Cet argument ne tient donc -selon moi- pas non plus.