La démocratie représentative est une arnaque

CECI EST UN COUP DE GUEULE D’UN JEUNE DÉSABUSÉ PAR SON ÉPOQUE. (vous voilà prévenu !)

Bienvenue dans la politique du XXIe siècle, moderne, respectueuse de ses clients et démocratique ! La démocratie représentative est comme une grosse banque aux agents bien portants qui n’ont de cesse d’extorquer leurs clients. Bien assis au fond de leur siège, le ventre rond (parfois ils sont tellement dodus qu’ils occupent trois voire quatre sièges), souvent d’un age avancé, et pas près d’en bouger, ces pontifes sont l’élégante élite de notre nation. Difficile de se faire une place au chaud dans ce monde de professionnels où les électeurs sont considérés comme des « cibles ». Les jeunes politiques aux dents qui rayent le parquet sont verts. Ils se sont grillés auprès de leur base militante pour s’offrir un avenir politicien.

Peut-on réellement leur reprocher ? Les places sont limitées, ils ont l’ambition de rajeunir la république, mais ainsi ne se font-ils pas vieux avant l’âge ? Le confort du siège de parlementaire n’aura pour conséquence que de les couper un peu plus de leur base et finalement de désabuser l’électeur des vertus de la démocratie représentative.

Ce n’est un secret pour personne, les Français n’ont confiance ni en leur classe politique ni dans les partis. Les hommes qui se succèdent à la présidence de la république ne sont que déceptions. Soit ils se servent dans les caisses, soit ils mettent le pays en ruine (parfois les deux en même temps). Ultra personnaliste, la 5e république génère des monarques déséquilibrés à qui nous déléguons tous les cinq ans notre faculté de penser et d’agir. Nombre de lecteurs taxeront ma tribune de populiste, et ils n’auront pas tord, mais soyons lucide, la classe politique parlementaire et gouvernementale n’a aucune solution d’avenir à nous proposer. Ils ne font qu’enfoncer des portes ouvertes, suivre le vent soufflé par des institutions ultra-puissantes (l’industrie du nucléaire ou pharmaceutique, les banques, l’industrie de la culture ou encore l’industrie de médiatisation de l’industrie j’ai nommé le bien portant système publicitaire…) qui dégagent des profits colossaux capable de retourner le système médiatique contre le peuple. Pourtant les idées neuves et brillantes, ça court les rues, il suffit d’ouvrir les yeux. Il suffit de s’informer, de chercher un petit peu, ne pas avoir peur de l’inconnu, écouter des pensées ou idéologies d’intellectuels peu orthodoxes… (Oh putain, il a dit idéologie, #ilestfou !!! un soviet, un rouge !!!)  Bah oui, il faut changer de paradigme, changer d’indicateurs, couper les têtes qui nous dominent pour retrouver la politique (pas au sens des pontifes médiatiques qui nous chauffent les oreilles à longueurs de journées… Au sens de la polis, vie de la cité). Malheureusement, nos dirigeants sont trop occupés à conserver leur place et écouter les lobbys qui financeront leurs prochaines campagnes.

Sommes-nous des pantins ? Les médias sont achetables. La publicité fait son œuvre à travers les journaux télévisés qui s’autocensurent sous l’influence de ceux qui les finances, actionnaires ou états. L’orthodoxie de la pensée néo-libérale se répand pendant que les vrais sujets sont boudés. Comment fonctionne le système monétaire ? Quels sont les réseaux d’influences qui infléchissent les politiques nationales ? C’est quoi la démocratie ? Où est l’égalité ? (au fond de ton *** troisième porte à gauche) Même les médias sociaux sont sous la coupe de l’intérêt de la finance. Facebook censure occupywallstreet, twitter laisse planer le doute sur son algorithme de trending topics… Les alternatives existent mais les citoyens sont sous informés. Gavés comme des oies de mal-information (équivalent de la mal bouffe, quand tu la vois ça a l’air bon mais une fois que tu l’as absorbé bonjour le cholestérol.), la matière intellectuelle nécessaire à la prise de conscience ne se diffuse pas.

Bon.. Et on fait quoi ?

Premier dogme, à ce répéter matin, midi et soir, ne pas se résigner. Enregistrez un son que vous déclencherez automatiquement à chaque démarrage de votre ordinateur si vous voulez mais ne vous résignez jamais !

Second dogme, même si ce n’est pas évident car notre subsistance dépend de notre labeur (souvent gaspillée pour gonfler artificiellement la croissance), prenez le temps de l’engagement. Leur stratégie est de nous faire travailler plus pour nous faire penser moins, d’exercer une volonté maitre pour contrôler notre capacité à agir, ne tombez pas dans ce piège grossier. La démocratie demande du temps. Prenez le temps du débat et de la délibération, quand cela vous est possible, par exemple dans les assemblées générales des indignés.

Troisième dogme, informez-vous !!! Ne pas écouter les leaders d’opinions télévisuels qui nous plongent dans un état de léthargie mortel. Cherchez votre information, triez là et diffusez là !

Quatrième dogme, que je pose sous forme de questionnement impératif « Faut-il voter aux présidentielles ?! » Puisque le système génère des crétins, faut-il nécessairement voter pour des crétins parce que cette institution existe ? Question existentielle, sommes nous des crétins si nous votons pour des crétins ?

Cinquième dogme, restez non-violent si vous vous faites charger par des CRS ! On les aura à l’usure.

Sixième dogme, lâchez vous !!! Dites ce que vous avez sur le cœur, quitte à ce que cela soit une bouillie sans nom. (comme moi avec ce billet par exemple) Ça fait du bien et ça donne des forces.

Sur ce…


Étienne Chouard – Conférence: Le tirage au sort… par culture-libre

9 commentaires pour “La démocratie représentative est une arnaque

  1. J’aime bien ce qu’écrit Thierry Crouzet mais quand il critique le porte parolat et l’assemblée générale, à mon avis il fait erreur. Le porte parole n’est pas un chef mais un serviteur du groupe qui doit changé régulièrement afin de ne pas être en situation de prise de pouvoir. Il doit porter la parole de l’AG puis lui rendre des comptes.

    Concrètement Olympe, cela donne une envie de remettre en question ce qui existe et s’intéresser à des pensées capable de répondre à la crise, et puis forger une analyse et des propositions commune au fil des débats. C’est un chemin long et difficile, mais Angela Merkel n’a-t-elle pas prévenu qu’on en aurait pour au moins 10 ans de plan d’austérité ? Le temps est à nous.

    Je vais cet après midi sur le parvis de la défense, voir comment le mouvement évolue et partager quelques réflexions.

  2. Si je puis me permettre, bon billet mais pas révolutionnaire. Pour abattre une domination il faut la connaitre, l’indignation ne suffit pas, l’intérêt ne suffit pas, il faut s’éduquer, cultiver son jardin intellectuel, réfléchir, créer, imaginer et lire les grands penseur :http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1995_num_45_6_403597 [Bernard Manin sur la dém. représentative] Vous devriez remettre en questions votre vocabulaire, y déceler les schème de domination sous tendant a l’utilisation de vos mots [Chomsky, Boltanski], travailler a la réinvention du monde, et non seulement le conflit contre les dirigeants, inventer un système remplaçant celui des élites actuel, non pas prendre leurs places.

  3. Merci pour votre commentaire Well. Ceci étant, j’ai la désagréable impression d’un commentaire de copie d’un maitre à son élève en vous lisant. Heureusement, je n’ai pas attendu votre commentaire bien intentionné pour approfondir les questions et intellectuels que vous soumettez !

    Cordialement,

  4. Ya des bonnes idées 🙂 Mais de mémoire, un gros problème pour moi dans les interventions d’Étienne Chouard c’est qu’il présente le tirage au sort comme solution de remplacement à l’élection, alors qu’en fait dans ce qu’il propose c’est pas vraiment ca. Les rôles des tirés au sort sont très différents des rôles des élus. Les tirés au sort auraient aucun pouvoir de décision, seulement celui d’appliquer les décisions votées en assemblée populaire. Donc en réalité le tirage au sort remplace plutot les fonctionnaires des ministères et des collectivités, plutot que les élus. Ce qui remplace les élus dans son modèle ce serait les assemblées qui prendraient toutes les décisions collectivement. Et ça, ça pose un nouveau problème auquel il ne propose pas vraiment de solution, c’est le fait que les citoyens devraient passer beaucoup de temps dans des assemblées, et dans la pratique c’est pas faisable, ils n’auraient pas autant de temps à y consacrer, à cause de leur travail et leur vie de famille, ou en auraient vite marre. Donc les seuls citoyens qui seraient vraiment présents en assemblée ce seraient ceux qui peuvent dégager beaucoup de temps libre (retraités, chômeurs, riches, passionnés), et qui ne seraient donc pas vraiment représentatifs de l’ensemble de la population.

  5. réponse à Chbiouk:
    Nous sommes dans un état ou chaque citoyen a des droits et des devoirs (malheureusement dans notre société actuelle le citoyen n’a plus trop de devoirs… mais bon c’est un autre débat).
    Un des nouveaux devoir que l’on pourrait immaginer pour les citoyens, serait de se soumettre à travailler pendant une période donnée (1 an par exemple) dans une assemblée si il a été tiré au sort.
    Bien sûr ce travail à plein temps serait rémunéré.

  6. Pour ma part (avis personnel) le seul qui devrait être encore élu par suffrage universel serait le « president ». Car un état a besoin d’une figure pour être représenté. Une figure qui se démarque par sa capacité à s’exprimer, à avoir de la vision etc… bref qui ne peut être tirée au sort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut