iniCOOP votre organisateur coopératif

Enfin ! Après quelques mois de gestation, je vous présente mes services d’organisateur coopératif.

Je vous propose de vous guider dans la coopération au travers de trois verbes :

  • Accompagner

    J’accompagne des collectifs de travail dans l’élaboration et l’animation d’outils coopératifs.

Par exemple, je peux aider à organiser une assemblée générale, un forum ouvert ou animer un groupe de travail qui va élaborer un site internet contributif.

Typiquement, j’ai fluidifié le démarrage de La Forge à travers l’organisation de l’événement d’inauguration, l’appropriation des outils informatique.

  • Former

    Je propose d’organiser des ateliers afin d’aider les coopérateurs à mieux s’approprier leurs outils de coopération électroniques.

Par exemple, former à l’utilisation de groupware, chiffrer ses communications numériques, assurer sa sécurité cognitive par le blocage d’éléments visuels intrusifs…

Concrètement, j’aide l’association le Potager du futur (coordination de jardins partagés du côté de Pau) à prendre en mains une carte interractive qui géolocalise les jardins associés.

  • Initier

    A partir d’un objectif plus ou moins précis et d’un réseau latent, j’initie des groupes de coopérateurs avec un intérêt en soit. Les outils coopératifs sont ainsi constitués et élaborés dans l’action !

Par exemple, une AMAP, une CIGALES, un cercle d’auto-formation…

Dans les faits, j’anime un cercle d’auto-formation persistant à la visibilité en ligne pour les entrepreneurs-salariés de La Forge.

C’est quoi ça un organisateur coopératif ?

Mon métier consiste à réunir les efforts de tous les intéressé-e-s pour les faire concourir à l’amélioration des conditions de chacun-e. Faire avec plutôt que faire contre !

Afin de réunir, il est nécessaire d’organiser du travail collectif dans le but d’élaborer des outils multi-formes : méthodes, supports, systèmes d’informations, statuts…

iniCOOP co-élabore et transmet des outils de coopération en présentiel et en ligne adaptés au champ d’expérience des coopérateurs.

En clair, je vous propose mon œil de sociologue, mon expérience de l’organisation démocratique (au sens large), mes compétences informatique et pour vous aider à mettre tout le monde au travail dans la bonne humeur en capacitant les coopérateurs (bénévoles ou professionnels) au passage !

Il n’y a pas une façon de coopérer mais presque une infinité. Selon le champ d’expérience du groupe de coopérateurs et ses moyens de production (qui conditionne son expérience), il est urgent de faire des choix ou de ne pas en faire mais de le faire ensemble.

Pour plus de précisions sur mes services, voir mon site internet que vous pouvez partager : http://inicoop.org

Pour tout contact professionnel, vous pouvez m’écrire ici : am@inicoop.org

Rémi Fraisse voulait juste pouvoir un jour exercer son métier

Rémi Fraisse, 21 ans, voulait seulement faire de la culture d’herbe médicinale son métier, c’est pourquoi il était au Testet et qu’il soutenait le mouvement sans pour autant être un « militant ». Et il en est mort.

Certain-e-s métiers n’ont plus le droit d’exister parce que cela va à l’encontre des intérêts de l’industrie agro-alimentaire ou pharmaceutique.

Le mépris de certain-e-s élu-e-s envers cette fronde écologiste de la jeunesse est un crime envers les générations futures. Broyé-e-s qu’ils seront dans le courant de l’histoire, c’est tout le bien que je leur souhaite…

Rémi Fraisse soutenait un mouvement d’idées, vecteur culturel et politique, qui lui aurait peut-être permis un jour d’exercer dans des conditions décentes le métier d’Herboriste.

Combien de jeunes portant une vision de l’avenir, comme Rémi Fraisse, seront-ils encore sacrifiés pour maintenir une conception du développement archaïque et régressive ?

Propagez l’agenda des alternatives de St-Quentin-en-Yvelines !

A St-Quentin-en-Yvelines aussi nous avons notre agenda maintenant ! L’association Dédale lance l’agenda des alternatives sociales, écologique et démocratique en s’appuyant sur la plateforme demosphere.eu. Demosphère est un agenda des mobilisations bien connu en île-de-France, Dédale a créé une page spécifique où tous les évènements de St-Quentin-en-Yvelines et alentours sont recensés !

Vous pouvez donc le consulter sur le site de démosphere, de dédale et possiblement sur votre propre site internet. L’agenda peut être installé très facilement sur n’importe quel site internet. Il suffit pour cela d’intégrer ce petit bout de code comme je l’ai fais sur la barre de navigation de mon blogue:

<script src= »http://paris.demosphere.eu/widget-js?uid=1322″></script>

Pour toutes questions techniques, il est possible d’écrire contact@dedaleasso.org ou bien en commentaire de cet article, ça servira de ressources pour les autres 😉

Si vous souhaitez ajouter un événement, soit vous l’ajoutez directement sur demosphere.eu soit vous envoyez un courriel à dédale. Il est possible que les ateliers ne soient pas validés par demosphere.eu, dans ce cas, il faut passer directement par dédale.

 A nous les alternatives !

Des congès illimités pour tous ?

Le PDG de Virgin offre des congés illimités à ses salariés

Le milliardaire britannique souhaite que ses salariés prennent autant de jours de congés qu’ils veulent, sans avoir à en référer à leur supérieur. A condition qu’ils soient à jour dans leurs projets.

Lien

Je suis curieux de savoir ce qu’ils appellent « être à jour sur son projet ». Le management participatif s’impose, en plus de mettre la mains sur la force de travail du salarié, il s’accapare aussi la « charge mentale » de ce dernier. Puisqu’il n’y a à priori plus de donneur d’ordre, le salarié doit lui même organiser son autonomie relative afin de remplir les objectifs fixés. Attention aux burn out !

Les partisans du management participatif argüeront que ce sont les objectifs qu’il s’est lui même fixé. Probablement, mais encore une fois l’autonomie est relative, surtout quand on demande au salarié de fixer ses objectifs à l’issu d’un séminaire d’embrigadement carriériste intensif. Si on lui demandait de les fixer après une dure journée de travail, nul doute qu’ils seraient revus à la baisse.

De cette façon, la grande entreprise pourrait avoir besoin de moins de fonction cadre, ce qui aurait pour conséquence de réduire la masse salariale et les actionnaires pourraient ainsi augmenter leurs marges.

On est bien loin de la figure du gentil patron racontée par Richard Branson:

«Ma fille a lu un article du Daily Telegraph (daté du 14 août 2010) et me l’a immédiatement envoyé par mail en me disant: ‘Papa, regarde ça. C’est quelque chose dont on m’a parlé depuis un moment et je pense que ce serait une bonne chose à faire chez Virgin pour éviter de poursuivre les gens pendant leurs vacances»

C’est un peu comme si chaque salarié devenait chef d’entreprise en terme de charge mentale, il « s’auto-cadre », sans détenir, bien sur, la propriété de leur entreprise et en restant dans une relation de subordonnée: gare à ceux qui oseraient réellement faire leur propres choix…

Propagande et dialogue

972159_492462707491868_381398206_nMatin, midi et soir nous recevons des messages. La société de l’information et ses médias multiformes ne nous laissent aucun répit. Les messages sont souvent construits de façon à orienter notre perception des choses, modifier nos comportements dans l’intérêt de tels ou tel acteur.

Curieusement, ce terme de propagande n’est que très peu utilisé. La propagande dans l’imaginaire collectif fait partie du passé, elle trouve sa place dans l’histoire de l’URSS ou de l’Allemagne nazi, elle est souvent rattachée à la violence et au totalitarisme, d’où cette connotation négative. Même dans les milieux militants le terme est très peu employé, pourtant cet outil est essentiel à tout changement ou prise de conscience collective !

La propagande est une technique de conversion rapide des perceptions. Par l’utilisation d’informations ou de désinformations, en s’adressant à la raison ou à la déraison, elle fait converger les esprits, forme les représentations afin de capter les désirs et les capacités d’agir pour les mettre au service d’une doctrine. Suivant le support médiatique qu’elle utilise, la propagande est plus ou moins manipulatoire, dans le sens où elle essayera -plus ou moins- de court-circuiter la capacité de réflexion des personnes afin d’accélérer la conversion à une idée. Par exemple, la vidéo est un excellent format, par l’utilisation simultanée du son et de l’image, elle inonde votre capacité de perception afin de détruire vos barrières réflexives et  vous susurre le message de propagande dans les tréfonds de votre inconscient.

La propagande vise à faire répéter. Une « bonne » propagande c’est une propagande qui agit sur vous sans que vous ne vous en rendiez compte. Elle est en vous et devenez vecteur d’elle. Elle vous possède comme un démon et se transmet comme un virus. Les meilleurs formats de diffusion de la propagande sont évidemment ceux qui empêchent le dialogue.

Le dialogue est un format qui permet l’échange. Avant de répondre à un message, il faut réfléchir un minimum ce que nous venons de recevoir. Le travail réflexif est le propre de l’étude qui permet de produire sa propre pensée. Ainsi, les médias de masses que sont l’affichage, la télévision, la radio ou les journaux papiers sont de terribles instruments de propagande car ils réduisent les sollicitations à a la réflexion à presque rien. Internet est quelque peu différent puisqu’il se construit sur le dialogue des internautes. Il n’est pas, comme les médias de masses, seulement ouvert à une élite bien que dans la pratique la structure actuelle du réseau soit de moins en moins propice à un dialogue et de plus en plus à de la consommation d’idées dus à la facebookisation des esprits et des échanges.

La propagande « logorrhée » rend malade son émetteur et les esprits récepteurs. Elle est totalitaire par essence car s’impose dans tous les aspects de la vie et ne cesse jamais. Elle rend l’émetteur certain de sa domination sur les esprits et l’empêche d’être à l’écoute du monde. Elle fait la misère des esprits par la diffusion de contre-vérités et détruit toute possibilité de dialogue. D’un autre coté, la propagande « sursaut » peut servir le dialogue. Quand elle est soigneusement disséminée et entre en contradiction avec la logorrhée, elle tend à solliciter la capacité de réflexion des personnes.