Non classé

Bayrou is watching you ?

Le mouvement démocrate surveille ses adhérents, c’est ce que laisse penser l’article de Charles Vinchon. Alors que j’ouvrais innocemment mon thunderbird pour consulter mes emails nocturnes, un message d’alerte peu engageant m’est apparu après ouverture de la Ixième newsletter du MoDem me suggérant que le message en question serait « peut-être frauduleux ».

En fait le courriel est truffé de liens espions capable d’identifier nominativement vos comportements politiques. Tout cela est très simple, chaque lien est relié à une url spécifique qui renseigne la base de donnée sur vos clics. Ainsi, quand les candidats sont tous cités sur un e-mail, le logiciel sera en mesure de renseigner le siège sur le nombre de liens que vous aurez ouvert et lesquels.

Je parle en connaissance de cause, j’ai moi même déjà utilisé des systèmes similaires dans une autre campagne électorale (pas au nom du MoDem). C’est tentant et les informations récoltées sont extrêmement précieuses pour mieux connaitre son public/sa communauté. Pour autant, je n’ai pas poussé le vice aussi loin et après moult réflexions sur la vie privée et le respect des données personnelles, je crois que je ne recommencerais pas. Mais quand même, c’est vraiment maladroit de l’utiliser pour observer le comportement politique de ses adhérents alors qu’ils ne s’y attendent pas…

Je suis bien content d’utiliser thunderbird et d’avoir abandonné gmail dans ces situations là !

7 commentaires pour “Bayrou is watching you ?

  1. C’est choquant que ce ne soit pas spécifié dans le mail.
    Ca donne envie de devenir adhérent…

    (CTRL + espace = espace insécable, pour éviter que le point d’exclamation se retrouve isolé…)

  2. Qu’un parti politique utilise le marketing moderne pour avoir des statistiques (taux d’ouverture, taux de clic …) cela ne me choque pas, au contraire.

    Si par contre c’est nominatif cela pose plus de questions et c’est à la CNIL de veiller.

  3. Ce dont je suis certain c’est qu’il est très facile de voir qui a ouvert le mail et sur combien de lien il a cliqué. Je suis presque sur également qu’il est possible de voir les liens en questions.

  4. Rassure toi, le modem ne relance même pas ses adhérents par mail, alors avant qu’ils s’amusent a vraiment espionner leurs militants…

    Et de plus tu as choisi d’être inscrit à cette newsletter (et c’est une bonne chose pour ton devoir de citoyen), donc je ne vois aucun problème à ce qu’ils souhaitent savoir ce qui est utiles de ce qui est une perte de temps.

  5. Je suis développeur web et aujourd’hui n’importe quelle newsletter moderne est faite comme cela je dirais même que c’est manipuler les gens de faire passer ca pour information.

    Pour le coté technique : l’utilisation du mail dans le retour qui est fait au site pour la comptabilisation des click n’est généralement pas là a but nominatif : c’est surtout que c’est le moyen le plus simple d’avoir un identifiant unique pour comptabiliser le nombre de click par personne.
    Le coté nominatif excusez-moi de l’expression mais tout le monde s’en fout, le but c’est de faire des stats pour savoir si ce qui a été écrit et le temps qui a été passé a servi à intéresser les gens.
    Avant on utilisait beaucoup l’IP qui est du coup totalement transparente car elle est récupérée coté serveur… mais est beaucoup moins fiable.
    Certains ne mettent pas l’email et utilisent à la place un identifiant unique qui n’est rien de plus qu’un lien vers l’adresse mail de la personne fait dans une base coté serveur.
    Le résultat est le même sauf que cela évite que message soit détecté comme « frauduleux ».
    Au passage la détection comme message frauduleux ne veut rien dire de plus que « attention votre adresse peut être transmise si vous cliquez sur un lien » dans ce cas et n’est utile que pour éviter de confirmer la validité de son adresse à un spammer.

    Ensuite, j’en ai fini avec le coté technique, mais je vois pas trop quelle information sensationnelle va être récupérée par ce biais et encore moins un parti s’orienter en fonction du nombre de clicks sur les divers emplacements de sa newsletter.

    Et pour finir je me permet de douter du fait que les prestataires des autres partis politiques fassent exception sur la façon de monter leurs newsletters.

  6. @Rapsys & @christophe,

    Mon devoir de citoyen m’indique qu’il est utile de prévenir ce genre de comportement.

    Si prévenir les adhérents du MoDem de la manière dont sont utilisé leur information est un problème, alors on a plus qu’à tous mettre la tête sous le sable et attendre que les choses se passent.

    Antonin

  7. Déjà il y a beaucoup de si et d’interrogation dans mon billet. Je ne penses pas que les informations de la newsletter soient dépouillées mais elles existent quand même et sont utilisables.

    Il y a deux choses qui me choquent : La possibilité d’une surveillance et d’un profiling et l’absence de communication par le siège sur l’existence de cet outil de tracking.

    J’ai mis chez beaucoup de clients des outils de surveillance des réglages de leurs ordinateurs, à chaque fois seulement après leur avoir expliqué les informations, leur usage et seulement après leur accord.

    @Christophe : Ce n’est pas parce qu’une technique est répandue et utilisée qu’elle est bonne.

    Tu es de mauvaise fois sur la non-utilisation du côté nominatif des informations de suivi. J’ai utilisé dans une ancienne société des outils de suivis de newsletters où il y a eu parfois du profiling de clients pour leur fournir uniquement une offre parfaitement calibré. Ça biaise le choix, ça permets de connaitres des informations qu’ils n’ont pas divulgués, en un mot, ce n’est pas éthique.

    Et puis ça ne respecte tout simplement pas la vie privée des gens, et c’est déjà énorme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut