dans UVSQ

UVSQ: L’UNI et son ticket resto, la fausse bonne idée.

Pour sa campagne électorale des  élections qui auront lieux le  25 mars pour  renouveler le CVU (conseil de Vie Universitaire) et le Conseil d’Administration de l’UVSQ, l’UNI fait du ticket restaurant sa principale réponse aux problèmes estudiantin. Voilà un syndicat étudiant qui a le sens des réalités !


A l’université de Saint-Quentin en Yvelines (bâtiment Vauban), nous disposons d’un restaurant universitaire où l’on y mange pas trop mal et équilibré. Le prix est correcte puisque le repas coûte 2€80. La nourriture est d’assez bonne qualité, variée, et les tables suffisamment nombreuses pour n’être que très rarement en mal de place. Nous disposons également d’une cafétéria fort sympathique où l’on peut y manger un steak frite pour 3 ou 4 € et même une pizza faites sur place pour 2€80. Régulièrement, nous avons des musiciens qui viennent jouer dans un décors très road 66 pour accompagner notre repas. Vous l’aurez compris, l’ambiance y est plutôt agréable,  les étudiants ont du choix et les prix sont abordables. Le tout étant financé par le CROUS, nous en sommes très satisfait.

Dernièrement, suite à une compression du personnel en raison de la diminution du budget accordé au Restaurant Universitaire, sont apparues des couverts en plastique. Beaucoup d’étudiants ont été choqué par ce changement, l’UVSQ s’étant récemment engagé en signant la charte campus vert. Les couverts en plastique sont des outils polluant du fait de leur matière et de leur impossible réutilisation.
Le problème a été vite corrigé. Notamment grâce à Audrey et Rhaled qui ont immédiatement fait signer une pétition. Il faut savoir qu’ils se sont organisés individuellement et de leur propre chef. Comme quoi, nul besoin d’avoir une usine à gaze derrière soit pour fait bouger les choses. Leur réactivité et efficacité mérite un grand merci de la part de tous les étudiants. En tous cas, moi je les en remercie.

Pour en revenir à la proposition de l’UNI, il s’agit en fait d’un ticket restaurant d’une valeur de 5€60 que le CROUS fournirait généreusement aux étudiants pour la modique somme de 2€80. Le principe, je le trouve plutôt bon.
C’est vrai que lorsqu’on est étudiant et qu’il y a des sandwicherie, fast food, chinois et autres restaurant  pas loin de la FAC, on aime aller s’aérer, se promener un coup et rigoler avec les potes. C’est sympa, c’est gentils.

Cependant il faut savoir, qu’avec 5€40 en ville, on ne mange pas grand chose. Un Kebab + une boisson, une formule sandwich, à la limite un mac do et encore… Vous remarquerez l’offre diététique indéniable à l’heure où nous parlons du problème de l’obésité. Pour manger un repas complet il faudrait au minimum deux tickets restaurants soit 5€60, deux fois le prix d’un repas au restaurant universitaire. Je veux bien croire qu’à l’UNI on ai pas beaucoup de problèmes d’argents, mais quand même. Bien qu’ils se revendiquent syndicat des étudiants blingbling de droite, j’avais la naïveté de penser que la mesure phare serait intéressante pour tous les étudiants. Et bien non.
Et encore, si cette mesure de ticket restaurant était un bien réel pour quelques étudiants… Pourquoi pas ? Mais ce n’est même pas le cas.

Dans une organisation comme une entreprise ou même une Faculté, lorsqu’on décide d’externaliser un service, généralement c’est pour faire des économies d’échelles. Si le restaurant universitaire était remplacé par des tickets restaurant une fois par jour, il y aurait une logique d’économie. Mais voilà, l’UNI rétorque que les tickets restaurants ne sont pas exclusif du restaurant universitaire, que l’on peut très bien acheter avec le ticket restaurant un repas au R.U. Fort bien. Mais sincèrement, combien d’étudiants vont rester manger au restaurant universitaire avec cette mesure ? Quel utilité aura le CROUS à entretenir un resto’ U qui ne servirait, à priori, plus tant que ça aux étudiants ? Si la structure est moins utile mais qu’elle coûte toujours autant d’argent, le réflexe ne sera t-il pas de dire: « On ferme » ? Au final, nous savons très bien qui trinquerait. Les coûts d’entretiens, de personnels sont importants, probablement autant que le coût de la matière servie dans nos assiettes. Si moins d’étudiant viennent y manger, le CROUS ne maximisera plus l’utilité de son investissement. Les surcoûts dus à la subvention des tickets restaurants ne feront rien pour améliorer les finances du CROUS. Surtout que les étudiants auront besoins de deux tickets restaurant pour manger convenablement, cela revient à doubler le coût du repas pour le CROUS. C’est de la pure folie !

J’en suis arrivé à me poser deux questions très simple. Soit l’UNI a créer cette mesure en pensant d’abord au marketing politique pour sa campagne sans croire réellement au bien fonder de leur mesure inapplicable et dangereuse, auquel cas ils ne sont pas idiots mais réellement sournois. Soit le jour où cette proposition s’est décidée les militants ont oublié de mettre en marche leur cerveau, auquel cas, on peut leur pardonner et regarder la suite de leur programme que je mettrais à votre disposition si d’aventure je venais à le trouver. (ce qui n’est pas évident)

Ceci dit, si quelqu’un trouve des avantages économiques réels pour le CROUS et les étudiants en donnant à chacun la possibilité de manger équilibré, je suis prêt à écouter.

(Suivez les nouvelles  de connexion démocrate sur l’UVSQ via ce flux RSS !)

Ecrire un commentaire

Commenter

  1. Cette proposition est effectivement très surprenante.

    Par ailleurs, dans le secteur privé, la question de maintien d’un restaurant d’entreprise lorsqu’il y a des tickets restaurant ne se pose même pas : le cumul est interdit. C’est la loi (la double subvention serait du salaire déguisé sans la fiscalité qui va avec…)

  2. Oui très bizzare en effet. Mais pour le moment, ca n’est qu’une proposition non ? Si c’est le cas, c’est le moment de rendre un feed-back…

  3. Il me semble que cette proposition est au contraire une bonne chose pour les étudiants. Les repas au CROUS sont déjà subventionnés, ils coûtent 2.80 e. à l’étudiant, mais plus de 5 e. au CROUS. Instaurer un ticket resto étudiant n’occasionnerait donc aucune perte de plus pour le Crous, et permettrait aux étudiants de se restaurer à moindre frais.
    Pour répondre à oaz, ma copine est en alternance dans une banque à la défense, et elle bénéficie d’un resto d’entreprise, des tickets resto (elle paye d’ailleurs souvent ses coups :-)), de chèques cadeaux,des chèques vacances… Il suffit d’avoir un CE dynamique et volontariste.