La réforme concédée par facebook et arrachée par ses utilisateurs !

Vous avez peut être déjà remarqué, facebook a été mis à jour ce matin. Suite aux nombreux comptes facebook supprimés et au malaise  grandissant provoqué par la politique de facebook en matière de confidentialité des données personnelles, l’entreprise a finalement fait un premier petit effort pour permettre un meilleur contrôle des données personnelles des internautes. Tout d’abord, un véritable effort pédagogique a été fait. L’ensemble du fonctionnement est détaillé dans une notice que je trouve assez clair. Je vous invite fortement à vous renseigner et à vous intéresser à ce problème afin d’éviter des situations embarrassante. Ce que vous publiez sur facebook est adressé par défaut à presque la terre entière, alors si vous voulez contrôler votre identité numérique, intéressez-vous y de prêt, on ne le répètera jamais assez.

Cette réforme est intervenue car elle était indispensable pour la survie de facebook, c’est ce dont s’est rendu compte Mark Zukerberg. La direction a bien senti qu’un mouvement de contestation fort s’était installé vis-à-vis de sa politique de confidentialité des données personnelles. Ce mouvement de contestation, en plus d’être fort, risque d’être durable pour plusieurs raisons.

La première  raison est la tardive réaction de la maison mère et les propos scandaleux qui ont été tenus par son PDG pour justifier cette politique, le mal est fait. Dans beaucoup d’esprits » facebook=bigbrother ».

Deuxième raison, si quelques ajustements ont été réalisés en surface, le problème reste le même, les réglages par défaut sont beaucoup trop permissifs et les utilisateurs non-expérimentés ne prendront pas la peine de régler convenablement l’accès à leurs données. Si facebook a une responsabilité, ce n’est pas la seule organisation, un effort de sensibilisation doit être mené par les associations,  l’état ainsi que les citoyens.

Troisième raison, la réforme n’a tenté de répondre qu’à une partie du problème: « les données personnelles de l’utilisateur vis à vis des autres utilisateurs », qu’en est-il de la question « des données personnelles de l’utilisateur » vis à vis de facebook ? facebook peut toujours les vendre ou les transmettre à un tierce sans avoir à rendre de compte. Si la CNIL doit avoir les moyens d’agir sur le sujet, facebook doit rendre les droits sur les données personnelles à ses utilisateurs. (Oui, je suis en train de dire qu’ils doivent changer de business modèle.)

Ce qu’on retiendra

Ce qu’on a pu voir, c’est l’incroyable force des utilisateurs de ces réseaux sociaux. Le danger de facebook vient de facebook lui même. En effet, il est fort probable que si facebook ne prend pas la mesure du problème, ce dernier implose. Les leaders d’opinions ont une capacité d’influence qui n’est pas à négliger et il serait très facile de faire basculer le réseau vers une alternative de qualité plus sérieuse dans la gestion de la confidentialité des données utilisateurs. Si son fondateur n’y prend pas garde, facebook pourrait se retrouver à n’être plus qu’un immense réservoir à propagande anti-facebook…

Est-on en train de voir apparaitre des syndicats 2.0 ?

PS: Merci à Yoann pour les corrections de ce billet et les précédents 🙂

Comment un mode de gouvernance en réseau sans chef a réussi à interconnecter 1/4 de la pop en – de 17 ans ?

Merci à Evelyne D. pour m’avoir fait connaitre cette conférence de Serge Soudoplatoff.

La construction d’internet n’est pas un processus causal, ce n’est pas quelque chose qui a engendré internet. Internet c’est l’innovation par percolation, c’est à dire que des gens font des papiers, inventent des choses, et autre part d’autres personnes sont quelque part un peu sur les mêmes idées et puis inventent d’autres choses, un jour ces gens se rencontrent et forment des agrégats, puis ils rencontrent d’autres agrégats, petit à petit tout ça né.

« On invente des nouvelles formes de gouvernances qui sont totalement innovantes. Par exemple, l’IETF qui fait le moteur de l’internet n’existe pas. Ce n’est pas une identité juridique, ce n’est pas une association, c’est un ensemble flou de gens intéressés par faire progresser le sujet internet. A l’IETF on a d’ailleurs un tao : « nous rejettons les rois, les présidents et les votes, nous croyons aux consensus grossiers et aux bouts de codes qui marchent. »

« Plus de 25% de la population mondiale est interconnectée, ça c’est fait en dix sept ans. Donc on peut se poser la question finalement, comment un mode de gouvernance en réseau sans chef avec des passionnés qui s’échangent entre eux, a réussi a interconnecter un quart de la population en moins de dix sept ans ? »

« Il y a 3 niveaux de connaissances: Premier niveau la connaissance individuel: je sais. Quelqu’un sait. Un ingénieur savait qu’il y avait un problème. Le deuxième niveau c’est la connaissance collective. Tout le monde sait, et ça c’est la grande force des médias de la radio et de la télévisions de monter du niveau 1 au niveau 2. La connaissance globale, le troisième niveau, tout le monde sait que les autres savent. « 

« Le client, le citoyen, le consommateur ne veux plus consommer bêtement les produits et les services et veux de plus en plus faire partie de la conception de ses produits et de ses services. »

« Et finalement, un modèle ou les clients sont en réseaux, les frontières de l’entreprise sont poreuses, et où l’entreprise reste sous une forme verticale, ce n’est pas un modèle soutenable. Ce qui se passe dans le monde de l’entreprise, est vraie dans le monde de la politique et est vrai dans tout un tas d’autres modèles. « 

La cathédrale et le bazar en politique (version la ruche)

Cet article est volontairement court et comporte 2500 caractères. Il a été écris pour « La ruche » de l’appel du 22 mars.

Je vous recommande de lire également les autres contributions de la seconde catégorie « Comment organiser la coopérative politique Europe Écologie ? » et plus particulièrement celui de Laurent Zibell pour la Fabrique d’idée.
Poursuivre la lecture

Les réseaux vont-ils remplacer les partis ?

Connaissez-vous des réseaux comme celui du WBM ? Ce sont ces blogueurs qui s’organisent autour d’objets qui relais automatiquement les billets de leur blog. On pourra citer left blog, LHC, planet libre ou encore Kiwis, femmes engagées, l’échiquier

Ils existent également des réseaux dont le blogging n’est pas l’intérêt principal: le réseau des pirates par exemple, qui s’est construit d’avantage par le biais de twitter.

Poursuivre la lecture