La réforme concédée par facebook et arrachée par ses utilisateurs !

Vous avez peut être déjà remarqué, facebook a été mis à jour ce matin. Suite aux nombreux comptes facebook supprimés et au malaise  grandissant provoqué par la politique de facebook en matière de confidentialité des données personnelles, l’entreprise a finalement fait un premier petit effort pour permettre un meilleur contrôle des données personnelles des internautes. Tout d’abord, un véritable effort pédagogique a été fait. L’ensemble du fonctionnement est détaillé dans une notice que je trouve assez clair. Je vous invite fortement à vous renseigner et à vous intéresser à ce problème afin d’éviter des situations embarrassante. Ce que vous publiez sur facebook est adressé par défaut à presque la terre entière, alors si vous voulez contrôler votre identité numérique, intéressez-vous y de prêt, on ne le répètera jamais assez.

Cette réforme est intervenue car elle était indispensable pour la survie de facebook, c’est ce dont s’est rendu compte Mark Zukerberg. La direction a bien senti qu’un mouvement de contestation fort s’était installé vis-à-vis de sa politique de confidentialité des données personnelles. Ce mouvement de contestation, en plus d’être fort, risque d’être durable pour plusieurs raisons.

La première  raison est la tardive réaction de la maison mère et les propos scandaleux qui ont été tenus par son PDG pour justifier cette politique, le mal est fait. Dans beaucoup d’esprits » facebook=bigbrother ».

Deuxième raison, si quelques ajustements ont été réalisés en surface, le problème reste le même, les réglages par défaut sont beaucoup trop permissifs et les utilisateurs non-expérimentés ne prendront pas la peine de régler convenablement l’accès à leurs données. Si facebook a une responsabilité, ce n’est pas la seule organisation, un effort de sensibilisation doit être mené par les associations,  l’état ainsi que les citoyens.

Troisième raison, la réforme n’a tenté de répondre qu’à une partie du problème: « les données personnelles de l’utilisateur vis à vis des autres utilisateurs », qu’en est-il de la question « des données personnelles de l’utilisateur » vis à vis de facebook ? facebook peut toujours les vendre ou les transmettre à un tierce sans avoir à rendre de compte. Si la CNIL doit avoir les moyens d’agir sur le sujet, facebook doit rendre les droits sur les données personnelles à ses utilisateurs. (Oui, je suis en train de dire qu’ils doivent changer de business modèle.)

Ce qu’on retiendra

Ce qu’on a pu voir, c’est l’incroyable force des utilisateurs de ces réseaux sociaux. Le danger de facebook vient de facebook lui même. En effet, il est fort probable que si facebook ne prend pas la mesure du problème, ce dernier implose. Les leaders d’opinions ont une capacité d’influence qui n’est pas à négliger et il serait très facile de faire basculer le réseau vers une alternative de qualité plus sérieuse dans la gestion de la confidentialité des données utilisateurs. Si son fondateur n’y prend pas garde, facebook pourrait se retrouver à n’être plus qu’un immense réservoir à propagande anti-facebook…

Est-on en train de voir apparaitre des syndicats 2.0 ?

PS: Merci à Yoann pour les corrections de ce billet et les précédents 🙂

Movim défie facebook !

Alors que de plus en plus d’internautes s’interrogent sur les dérives de facebook et comment en sortir, un logiciel libre vient troubler la quiétude de Zuk’ et de sa machine facebook.

Facebook, telle une paille géante, vient absorber le milkshake de millions d’internautes pour rassasier le capital. Les données personnelles, ce nouvel or noir du 21e siècle, sont en voie d’être le monopole d’une grande multinationale qui répond aux logiques classiques de profits économique et dont les internautes vont avoir de plus en plus de mal à se défaire.

Poursuivre la lecture

Bayrou is watching you ?

Le mouvement démocrate surveille ses adhérents, c’est ce que laisse penser l’article de Charles Vinchon. Alors que j’ouvrais innocemment mon thunderbird pour consulter mes emails nocturnes, un message d’alerte peu engageant m’est apparu après ouverture de la Ixième newsletter du MoDem me suggérant que le message en question serait « peut-être frauduleux ».

En fait le courriel est truffé de liens espions capable d’identifier nominativement vos comportements politiques. Tout cela est très simple, chaque lien est relié à une url spécifique qui renseigne la base de donnée sur vos clics. Ainsi, quand les candidats sont tous cités sur un e-mail, le logiciel sera en mesure de renseigner le siège sur le nombre de liens que vous aurez ouvert et lesquels.

Je parle en connaissance de cause, j’ai moi même déjà utilisé des systèmes similaires dans une autre campagne électorale (pas au nom du MoDem). C’est tentant et les informations récoltées sont extrêmement précieuses pour mieux connaitre son public/sa communauté. Pour autant, je n’ai pas poussé le vice aussi loin et après moult réflexions sur la vie privée et le respect des données personnelles, je crois que je ne recommencerais pas. Mais quand même, c’est vraiment maladroit de l’utiliser pour observer le comportement politique de ses adhérents alors qu’ils ne s’y attendent pas…

Je suis bien content d’utiliser thunderbird et d’avoir abandonné gmail dans ces situations là !