dans Divers

Quelle femme/homme de « gauche » êtes-vous ?

Source: libé

Ahah, ça y est, j’ai écris que j’étais de gauche ? Oui, mais subjectivement alors car les contours de la gauche ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Je ferais partie d’une gauche plutôt libérale, écologique et critique à l’égard de la société de consommation. Ce schéma est assez intéressant car il n’est pas binaire et on distingue assez bien tous les courants de l’opposition.

Tiens, je serais curieux de savoir si les réguliers du KDB (Jegoun, Vogelsong, Yann, Olivier, Olympe, MipMip, Dagrouik…) sont des vrais gauchistes…

Ecrire un commentaire

Commenter

38 Commentaires

  1. Je crains que dans ta liste il y ait des gens de droite.

    Quant à moi de quelle gauche ?
    Bourdieusienne, Robespierrienne…

  2. vogelsong,
    Ca vient de libé ! Pas très étonnant. Mais ne même temps, si on définissait la gauche selon tes critères, j’ai bien peur qu’elle ne pèse pas plus de 30% !

    La gauche Bourdieusienne… Alors là ! Faut m’expliquer, car en tant qu’étudiant en sociologie, je n’ai pas appris qu’il avait fondé un courant politique de gauche.

  3. Je n’aime pas l’idée d’être d’un bord ou d’un autre. Ce qui m’intéresse, c’est plus la recherche d’une nouvelle façon d’envisager les démocraties, que l’adhésion à de vieilles idées qui nous ont mené aux crises d’aujourd’hui.
    Fondamentalement écologiste, j’adhère à Cap21 depuis 2 ans, parti qui ne se définit ni à gauche ni à droite car il est en recherche d’une nouvelle politique écolo-démocrate. Je m’intéresse au revenu de vie universel, je défends toutes les libertés d’expression et je garde un oeil sur le mouvement naissant des partis pirates.

  4. @Nessy Sans parler de gauche ou de droite, tu serais plus proche du courant anti-consumériste et écologique non ?

  5. S’il faut se placer quelque part là, c’est clair, je me placerais plutôt à tes côtés 🙂 mais j’aurais préféré Lepage à la place de Bayrou.

  6. Merci pour l’info qui me conforte dans mes travaux, je te reparlerai de ce genre de procédés (mais à mon avis le schéma comporte plein d’erreurs – logique, c’est Libé…).

  7. « La gauche Bourdieusienne… Alors là ! Faut m’expliquer, car en tant qu’étudiant en sociologie, je n’ai pas appris qu’il avait fondé un courant politique de gauche. »
    Pourquoi, F.Hollande, S. Royal ou C. Duflot oui ?
    Voyons… 🙂

  8. @Vogelsong

    Mouais, m’enfin Bourdieux c’est un scientifique avant tout. Même s’il lui ai arrivé de prendre position ou de participer à des commissions formées par le gouvernement Jospin… (par ex, un rapport sur l’éducation qui n’a jamais été appliqué et qui est à mon avis très intéressant pour l’avoir feuilleté)

    @florent
    Ah ? Tu attises ma curiosité.

    @Nessy
    Oui mais lepage on peut la placer mais elle n’est pas au même endroit que Bayrou à mon avis.

  9. je ne pense pas non plus que Bourdieu ait développé un courant politique. une façon de penser c’est déja pas mal.
    et je ne comprends pas comment on peut être de gauche et en faveur de moins de services publics ?
    par contre la séparation critique ou acceptation de la société de consommation est pertinente et pas assez mise en avant généralement

  10. M’enfou, de toute façon ils sont tellements bien organisés qu’ils nous faire perdre les prochaines élections…

  11. @David,
    Un peu plus dans le orange ? :-))

    @Vogelsong,
    Ah ouais… Merde. LOL

    Bourdieu(sansX) je ne l’ai sans doute pas interprété comme toi. Je ne nie pas la construction politique ou son engagement mais de là à affirmer qu’il a créé un courant de la gauche à lui seul…

  12. Olympe,
    « et je ne comprends pas comment on peut être de gauche et en faveur de moins de services publics ? »
    On peut croire en un individu responsable et altruiste. L’état existe uniquement pour pallier au manque de solidarité. Si l’individu passait plus de temps à donner qu’à prendre alors peut-être n’aurions-nous plus besoin d’état ? S’il développait sa conscience d’autrui, peut être ferait-il plus attention à son environnement ? Seulement, cette conscience et ces réflexes peuvent se développer dans le seul cas où on fait confiance à l’individu et que l’on cesse de l’assister à outrance.

  13. c’est sympa les boutons Like or Dislike, on peut émettre un avis vite fait sans se donner la peine d’écrire !

  14. Assez d’accord avec Florent il y a pas mal d’erreurs dans ce schéma de libé. La première, classique, est de déterminer la gauche selon un référentiel Franchouillard, de plus avec une vision d’une gauche des années 80-90, alors qu’il serait intéressant de faire un classement selon un référentiel moderne européen( voire mondialisé), c’est à dire que l’on s’apercevrait que le PS serait quasiment considéré comme un parti communiste mis à part son aile droite sociale-démocrate, que le MODEM serait quasiment social-démocrate, etc…

    Si on raisonne en terme de « gauche à la française »

    -Mélanchon qui est anti-tout doit être mis avec la gauche anti-libérale, cf en particulier ces attaques répétées envers l’UE qui est une abominable organisation de voyous au service des Ultra-libéraux ….Pathétique!!!!

    -Il existe une gauche anti-système écologique, non pas incarnée par DCB, mais plutôt par la Cécile. DCB ne peut plus être considéré comme anti-système, car durant la campagne pour les européennes il a quasiment été le seul à parler positivement de L’UE

    -FB n’a jamais dit moins d’impôts, il a dit lors de sa campagne de 2007 qu’il ne fallait pas les augmenter! Actuellement, vu l’étendue des déficits liés à la crise, il est pour augmenter les impôts…

    Mais bon, si Libé ne se recycle pas, si libé ne voit pas que les lignes bougent, si libé continue d’avoir une approche passéiste de la gauche, il n’est pas illogique que ce journal soit dans le rouge….

  15. Europium,

    Je te trouve un peu dur. Je te rappel qu’il s’agit des politiques de « gauche ». Donc meme si Bayrou ne souhaite pas retirer d’impot, c’est probablement celui qui veux le moins augmenter sa masse. Ce qui n’est pas forcément le cas des autres personnalités de gauche.

    Par rapport à « anti-système », ca me semble un peu flou comme axe… mais en gros ce sont les anarchistes. Il y a un coté autogestionnaire chez dcb qui est indéniable. Bon, c’est un léger passif mais ca se sent dans son comportement politique et sa critique des partis.

    Enfin, la politique française est différente de la politique anglaise qui est différente de la politique Suédoise… je trouve intéressant de s’etre centré sur la france car on voit des nuances que l’on ne verrait pas avec des axes simplifiés.

    On pourrait bien faire un schéma +/- d’état et progressiste/conservateur avec un 3e axe écologique mais on gommerait des aspects idéologiques qui ont leur importance.

  16. Et franchement, dire que l’échiquier politique français moderne c’est abusé… quand on voit les ravages des politiques néo-capitalistes on peut pas vraiment dire que le futur c’est le modèle américain ou le modèle anglais ! Dans les politiques économiques, le curseur politique économique ressemblerait un peu plus au brésil meme si en terme de moeurs ça n’a rien à voir.

  17. Un peu dur, non, sans doute provocateur ( comme d’hab…) et limite caricatural .

    Si on revient sur DCB, il a été Danny le rouge, activiste d’extrême gauche en France puis en RFA . Il a été anti-système avec son ami Fischer, jusqu’au jour ou ils ont décidé de rentrer dans le rang en théorisant le fait que pour tenter de bouger la société il fallait le faire de l’intérieur ( influencé par Hannah Arendt ?), c’est à dire en respectant les règles du débat démocratique .L’un est devenu un excellent ministre des affaires étrangères, l’autre est un excellent député européen…. Mais bon, la conscience collective fait qu’il reste pour de nombreuses personnes Danny le rouge….. Quand on voit que Mélanchon, a travers ses 5 propositions principales, il veut sortir du traité de Lisbonne, qui est le plus anti-système ?

    EE n’a rien à voir avec un parti anti-système et était même dans une logique de rapprochement avec le centre ce que ne voulaient absolument pas les extrêmes verts qui sont (mis à part leur discours ultra-écologique….) très très très à gauche.

    FB, lui vient de l’UDF, parti qui a longtemps eu une approche très libérale en prônant la baisse des impôts. Après avoir pris conscience de l’ampleur de la dette ce parti est devenu moins libéral( cf le programme de 2007). Quand je vois que dans le tableau de libé on associe FB avec baisse des impôts, je rigole car c’est une vision passéiste.

    L’UE en ce moment, en voulant réformer le traité de Lisbonne, par la mise en place de mécanismes de solidarité (non théorisés avant la crise), nous fait prendre conscience que l’on ne peu plus raisonner comme avant. Le référentiel devient dès lors commun et on ne peut plus avoir une approche franchouillarde de la politique. On assiste a un début de gouvernance économique européenne

    Dès lors, la solidarité et le désendettement deviennent les deux sujets principaux par rapports auxquels tous les partis politiques de gauche comme de droite vont devoir apporter des solutions. Le débat d’arrière-garde de 2007 est complètement obsolète. les deux grands partis prônaient la même logique : la dette se réduira par une retour de la croissance. Pour cela de façon caricaturale, la droite avait pour but de baisser les impôts pour soutenir la croissance, la gauche elle voulait augmenter les salaires. Ces deux approches ne suffiront pas….

    Le débat quasi présidentiel sur les retraites en est un parfait exemple. Comment doit –on financer, voire maintenir les acquis sociaux vu que l’on ne plus le faire par l’endettement ?

    Quand je vois que l’on sépare les socialistes par une ligne « acceptation de la société de consommation », c’est aussi dépassé, car dans sa dernière résolution le PS s’est positionné sur une acceptation de l’économie de marché que désapprouvent les extrêmes gauche et verte….

  18. Europium,
    Je suis globalement d’accord avec ton analyse.
    « Quand je vois que dans le tableau de libé on associe FB avec baisse des impôts, je rigole car c’est une vision passéiste. »

    Mais encore une fois, tu peux pas nier qu’il y a une différence entre un Benoit Hamon et un François Bayrou au niveau de la masse d’acceptation des taxes. En classant Bayrou a gauche, on ne peut nier qu’il est un des leaders le plus en faveur d’un impôt faible.

    L’impôt reste un marqueur politique important partout dans le monde. Je suis d’accord avec le fait que les vrais libéraux sont ceux qui vont avoir le courage d’augmenter les impôts pour éponger la dette et pas ceux qui vont continuer à s’en servir pour justifier la suppression des droits sociaux. Va voir aux États-Unis à quel point Obama est critiqué pour les avoir quelque peu augmenté…

    Je vois une différence entre société de consommation et économie de marché. La société de consommation c’est une société productiviste qui passe son temps à tenter les individus et à valoriser l’acte de consommer. Tandis que l’économie de marché est une forme d’échange qui privilégie la rapacité et l’arnaque.

  19. Salut Antonin est-ce que tu peux scanner correctement le schéma de libé et les commentaires qui vont avec. Je trouve cela très intéressant et très pertinent.
    Mais j’ai oublié d’acheter Libé et j’aimerai que tu m’aides.
    Merci à toi.

  20. un individu responsable et altruiste ? ça s’appelle de l’humanisme et je ne vois pas comment un programme politique peut le décréter.
    si on laisse faire ça s’appelle le libéralisme, ce n’est pas de gauche et on sait ce que ça donne

  21. @Olympe,
    « un individu responsable et altruiste ? ça s’appelle de l’humanisme et je ne vois pas comment un programme politique peut le décréter. »
    Ce n’est pas le programme politique qui le décrète mais les leaders qui l’inspirent.

    Si le laisser faire n’est pas une valeur de gauche, alors seul l’interventionnisme est de gauche. Ors, un état qui intervient dans tous les domaines de la vie, ça s’appelle du totalitarisme. Pourtant, je doute que le totalitarisme soit une valeur de gauche ?

    @Bernard,
    ça c’est de l’argument ^^

    @Martin,
    J’ai trouvé l’image sur un facebook friend. C’est un ancien numéro et je ne sais pas de quand il date… Enfin quelqu’un sans mauvaise foi partisane !

  22. ah bon ? alors la sécu ce serait du totalitarisme ? pourtant je ne voudrais pas si j’avais une grave maladie m’en remettre à la bonté et à l’altruisme des autres

  23. @Olympe,

    Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de répondre à la question que tu poses. Ce que je veux dire, le libéralisme ce n’est pas seulement le laisser faire économique. Faut arrêter avec ce manichéisme.

  24. ah tu déclares donc forfait. je te rappelle que je cherche à comprendre comment on peut vouloir mons d’impots et de service public et tu m’as répondu grace à l’altérité etc.
    ce n’est pas du manicheisme c’est de la précision. c’est bien les principe mais faire de la politique c’est les traduire en acte. Sinon on écrit des bouquins et on ne se présente pas aux élections

  25. @Antonin

    Oups, nous sommes d’accord sur le fond !

    la relation à l’impôt , je dirais plutôt à la fiscalité est un des déterminants principaux qui permet de différencier les partis. Ce qui m’énerve c’est l’article de libé a ce sujet qui reprend des vieux clichés (datant de bien avant la crise). L’article ne doit pas être si vieux que ça car il positionne quasiment tous les leaders médiatiques actuels pouvant être +/- être catalogués à gauche. Il manque juste « la petite juge » et la cécile.

    En ce qui concerne la société de consommation, mis a mis certains écologistes, tout le monde tente de la maintenir, trop souvent sous perfusion (endettement !) sans doute….. Quasiment tous les partis parlent de relance de la consommation ( mais suivant des approches différentes) car en France à l’inverse de l’Allemagne, Dame consommation est le principal facteur qui permet d’avoir un peu de croissance. La France sur ce sujet ne peut actuellement et malheureusement qu’être dans une logique de politique de la demande a l’inverse de l’Allemagne qui développe une politique de l’Offre, cf la grande différence au niveau des commerces extérieurs. C’est pour cette raison que la relation à la fiscalité est complexe pour de nombreux partis : comment augmenter les impôts ou plutôt réformer la fiscalité de faon juste sans avoir d’effet négatifs sur la consommation ?

    Pour en revenir au tableau, certains journalistes distinguent à l’intérieur des partis les réalistes et les idéologues. Il manque cette notion dans ce tableau.

    De plus pour rester dans la provocation, FB sait-il lui même ou il se situe ? Le Modem, malheureusement apparaît de plus de plus comme un OPNI ( ou OPMI !), cf ses résultats électoraux depuis sa création….

  26. @Olympe,

    Non mais on peut aussi passer en revu tous les domaines de la vie et déterminer ce qui relève du rôle de l’état ou non, c’est ce qu’il faudrait faire si on veux être précis.

    Pour en revenir à la discussion de base: »comment on peut être de gauche et favorable à la baisse d’impôt ? »

    Comme tu le remarqueras aucun des leaders marqués à gauche sont pour une baisse de l’assiette fiscale actuellement en vigueur. Et c’est probablement d’ailleurs pour cela qu’ils sont classé à gauche. ca fait plus de trentes ans qu’ont subit des baisses de fiscalité, il va de soit que pour soutenir nos droits sociaux il va falloir augmenter taxer plus.

    L’état ne peux pas tout et il n’est pas souhaitable qu’il puisse tout. Dans certains aspects de la vie, il est préférable que des réseaux de solidarité directe se mettent en place. Concrètement, il s’agit de l’ensemble de l’économie non marchande impulsée par les citoyens.

  27. « Pour en revenir au tableau, certains journalistes distinguent à l’intérieur des partis les réalistes et les idéologues. Il manque cette notion dans ce tableau. »

    Mouais, le soit disant « réalisme » sert bien souvent à masquer des dogmes si bien ancrés dans notre façon de pensées au quotidien que presque personne ne peux les voir.

  28. A europium,
    Tu fais pas de la provoc’ sur ta dernière phrase, je dirais même que c’est de la pensée dominante (réaliste 😉 )

  29. Pensez-vous vraiment qu’on puisse être « écologiste et critique à l’égard de la société de consommation » tout en étant « libéral » ?? A moi ça me paraît « totalement contradictoire : il ne peut y avoir de libéralisme sans capitalisme » ! (sauf si bien sûr il s’agit d’une position très personnelle et « entièrement consentie » ! Mais dans ce cas « elle ne regarde que vous »…….).

  30. @Tetatutelle,

    Bien sur, mais pour moi le libéralisme est différent du capitalisme. Ce n’est pas la même chose.

    La liberté économique et politique n’impose pas la logique productiviste ou consumériste.

    Par exemple, je suis pour la libre entreprise, je pense qu’il est très bien de pouvoir mener son initiative économique et qu’il faut l’encourager, surtout quand il s’agit d’une forme démocratique comme une coopérative, pour autant, je conteste le monopole qui est accordé aux grandes entreprises à créer une pollution visuelle dans l’espace public avec la publicité.

    Je pense que les profits doivent être modérément taxé, par contre, je suis pour qu’il y ai de nombreuses incitations aux dons et au volontariat pour valoriser la sphère non marchande trop souvent délaissé. Concrètement, je souhaiterais aussi la mise en place d’une allocation universelle afin que chacun partent avec les mêmes chances et que l’activité marchande ne soit pas l’alpha et l’oméga de l’activité humaine.

    Je pense qu’il faut revoir complétement nos institutions et éviter les pouvoirs personnels des maires et du président de la république. De plus, il est nécessaire de favoriser la participation directe des citoyens aux décisions. (un meilleurs référendum d’initiative populaire, une consultation accru des citoyens…)

    Il est important aussi de relocaliser l’économie pour éviter le gaspillage énergétique et valoriser la proximité entre producteur et consommateur pour un meilleur controle de la qualité (comme les AMAP). La démocratie doit être de proximité, l’échelon local et régional doivent être valorisés… Bref, il faut décentraliser le pouvoir en France !

  31. « Le libéralisme est différent du capitalisme. Ce n’est pas la même chose. »

    Ah attention : ceci n’est vrai « qu’à moitié » ! Il peut effectivement y avoir un capitalisme « sans libéralisme » (c’est le cas en France actuellement !) mais par contre « l’inverse est impossible » ! Car si on « interdit la liberté d’être capitaliste », alors la liberté n’est « plus totale » !

    « La liberté économique et politique n’impose pas la logique productiviste ou consumériste. »

    Si elle ne « l’impose » pas, elle ne doit pas non plus « l’interdire » ! Un client à qui on « limite de force sa consommation » n’est « pas un client libre » !

    « Je conteste le monopole qui est accordé aux grandes entreprises à créer une pollution visuelle dans l’espace public avec la publicité. »

    D’accord pour la suppression du « monopole » mais « pas celle de la publicité » !

    Pas d’accord du tout avec la « relocalisation de l’économie » qui « limiterait de fait et donc de force les choix de consommation et l’abondance des stocks » !! Idem : ce sont « les clients » (et personne d’autre !) qui sont DEMANDEURS DE CONSUMERISME ! Je ne suis PERSONNELLEMENT PAS D’ACCORD DE DIMINUER MA CONSOMMATION !

    D’accord sur tout le reste….

  32. Tu penses qu’on peux vivre librement dans le système actuel ? Désolé mais je ne crois pas. Si tu ne participes pas à la production marchande, tu es considéré comme inutile. Aujourdhui, il n’y a pas le choix. Moi je me bat pour le libre choix.

    Mais je ne suis pas pour interdire le capitalisme, simplement de ne pas forcer les gens à l’etre s’ils préfèrent le partage. A partir du moment où les capitalistes ne mènent pas le monde, ca me va.

    Concernant la pub, je suis pas pour sa suppression, simplement pour sa réduction et trouver une quantité maximale par habitant.

  33. Il manque dans ce tableau toute la frange, certes très minoritaire mais néanmoins existante, de la gauche réellement « anti système », d’obédience libertaire (anarchistes, communistes libertaires, écologistes autogestionnaires…) Ils ne se présentent pas aux élections mais sont quand même assez présents dans les mouvements sociaux. Je pense qu’ils auraient mérité une petite place, quelque part entre Olivier Besancenot et Antonin Moulart.

  34. @Lou,
    Oui, je pense que les anarchistes et libertaires se situeraient dans ce coin là. 😉