dans Non classé

Connaissez-vous la différence entre capitalisme et socialisme ?

Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme; le socialisme c’est l’inverse.

Alors que le capitale poursuit sa chute vertigineuse, que les cubains sont toujours opprimés par les Castristes, que Chavez prépare sont coup d’état au Venezuella et que François Bayrou fonde un nouveau modèle humaniste basé sur le dimanche chômé et la rhétorique de l’argent roi, les citoyens que nous sommes peuvent légitimement se demander: « Où allons-nous ? »

La réponse personne ne la possède vraiment. Il y a bien quelques pistes environnementalistes et sociales murmurées par certains. La décroissance, le localisme, le librisme, l’économie social et solidaire murmurées par d’autres… Tous ces jolies concepts qui manquent cruellement d’exemples.

Remarquez, la décroissance, nous n’en sommes pas si loin. C’est peut-être la forme ultime du capitalisme, qui sait ?

Cohen Bendit et ses copains vont être content, pas besoin de faire campagne pour les Européennes ! Les néo-capitalistes continuent de prêcher la fluidification du marché pour finalement faire du surplace, les décroissants préconisent quarante ans de vacance à l’économie mondiale pour réduire l’emprunte écologique. Les uns sont sado, les autres sont maso.

Le monde est fou et tout le monde s’en fou.

Ecrire un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Jeter l’anathème sur le capitalisme, ça me semble pas être la meilleure des choses à faire, pour rendre plus raisonnable le monde fou.

    Le laxisme, le laisser-faire, c’est un défaut de régulation, et ce n’est pas inhérent au capitalisme lui-même.

    Il faudra toujours des capitaux pour constituer des moyens de production, il faudra toujours des capitaux pour financer la recherche et l’innovation.

    Le problème, c’est la dérive financière et la dé-régulation des marchés ‘virtuels’.

    Certaines formes de capitalisme sont basés sur un effort particulier de régulation, le capitalisme rhénan par exemple.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Capita

    J’en ai fait un billet il y a peu :
    http://exigencedemocratique.blogspo

    Et si tu as loupé l’intervention de Michel Camdessus à la Conférence nationale, ici :
    http://exigencedemocratique.blogspo

  2. @Pierre S
    Le capitalisme tel que nous le connaissons depuis 6 siècle est par essence voué à s’auto-détruire un jour ou l’autre. L’idée selon laquelle on peut croître à n’en plus finir est une idée de fou ou d’économiste.

    La démographie tend à devenir stagnante, à quoi bon développer d’avantage nos industries ? Qui va consommer ? Ce qui est préoccupant, ce sont les inégalités qui ne parviennent pas à se résorber.

    Plus que tout, il y a un désaccord de plus en plus profond sur les valeurs qui fondent le capitalisme.

    Les capitaux économiques peuvent circuler autrement. Le modèle capitaliste n’est peut être pas le plus efficace socialement et économiquement. Le manque de remise en cause a provoqué la stérilité intellectuelle de ces trentes dernières années.

    Merci pour les liens. Je vais aller lire ton billet.

  3. « Il faudra toujours des capitaux pour constituer des moyens de production, il faudra toujours des capitaux pour financer la recherche et l’innovation. »

    Bien sûr, et personne ne le remet en cause ! Même les communistes le savent bien, ils considèrent juste qu’ils doivent être publics, ces capitaux.

    Nous, nous considérons qu’ils peuvent être publics ou privés, peu importe.

    L’important c’est le but.

    Est-ce que ces capitaux servent à financer l’économie, c’est-à-dire l’innovation, l’investissement, l’emploi, les échanges, le progrès social… ou est-ce qu’ils servent à financer la finance, c’est-à-dire les intérêts, les dividendes, les redevances ?

    Est-ce que les bénéfices servent d’abord à faire tourner l’entreprise, ou est-ce qu’ils servent d’abord à à rémunérer les actionnaires ?

    Est-ce qu’on continue à fonder le moral des ménages sur la consommation, ou est-ce qu’on cherche des indices moins vénaux ?

    Est-ce qu’on fait du développement durable et solidaire, ou est-ce qu’on fait du développement égoïste et à court terme ?

    Est-ce que notre modèle de société c’est de gagner toujours plus d’argent, ou bien est-ce que c’est de rechercher l’épanouissement personnel ?

    Est-ce que l’argent est un serviteur pour parvenir à nos fins, ou est-ce qu’on fait de l’argent son propre maître ?

    Est-ce qu’on met l’homme au centre, ou est-ce qu’on y met l’argent ?

    Moi, j’ai choisi.

  4. premièrement la population ne va pas stagner
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Popula

    deuxièmement, malgré le pessimisme ambiant, il faut rester positif. il y a une crise grave qui va permettre d’assainir certaines choses, puis le système va repartir de plus belle, c’est ainsi que va le monde.

    l’homme s’adapte parfaitement à toutes les situations et en particulier aux erreurs qu’il commet.

    le capitalisme ne sera plus le même qu’avant, il faut l’adapter à la notion de co-développement et profiter de cette crise afin d’accentuer cela.

    la population mondiale va croitre, revenir en arrière serait une hérésie. les facteurs limitant vont être le fait que la terre n’est extensible, ainsi que les ressources classiques que l’homme est en train d’épuiser….donc a lui de s’adapter à cela comme il l’a toujours fait.

  5. La population mondiale ralentie fortement en tous les cas. En Europe, en Asie, aux Etats-unis, le taux d’accroissement naturel est de plus en plus faible.

    Bien sur, le capitalisme change en toute époque…