Movim, l’alternative facebook, émission « symbiose »

Voici l’émission « Symbiose » diffusée sur radio Libertaire. Au nom du projet et de la communauté MOVIM, Jérémie et moi sommes intervenus sur différents sujets. Tout d’abord les problèmes de confidentialité des données personnelles, la censure exercée par facebook, puis le projet MOVIM réseau social libre et décentralisé, ses caractéristiques, son avancement…

Téléchargez l’émission
L’émission est disponible sous licence creative commons 3.0 sauf les chansons d’Andrea Rocolini sous creative commons 2.0.

Retrouvezles podcasts des anciennes émissions « Symbiose ».

Mise à jour 30/12/2011

Tracez votre chat espion (qui fait miaou) via votre microblog

C’est le nouveau concept -un peu- fou de sony. Grâce à un collier équipé d’un gps, un appareil photo numérique, un accéléromètre et une connexion bluetooth… Ainsi il serait possible de suivre votre chat partout à tout moment. Évidemment, la connexion bluetooth est un peu limitée puisque ne couvre qu’un petit rayon d’action, mais on peut assez aisément imaginer une connexion wifi automatique se connectant à des réseaux de type freewifi dès que possible.

Outre le coté fun et à priori inutile de ce gadget, on peut quand même se poser la question de la mise en péril de la vie privée via la prise de photos en permanence dans la rue si le dispositif venait à ce généraliser. A vrai dire, rien que pour ce collier, j’adorerais avoir un chat, mais d’un autre coté, ça me ficherait les boules de savoir que je peux être photographié à tout moment dans la rue.

Qu’en pensez-vous ?

La réforme concédée par facebook et arrachée par ses utilisateurs !

Vous avez peut être déjà remarqué, facebook a été mis à jour ce matin. Suite aux nombreux comptes facebook supprimés et au malaise  grandissant provoqué par la politique de facebook en matière de confidentialité des données personnelles, l’entreprise a finalement fait un premier petit effort pour permettre un meilleur contrôle des données personnelles des internautes. Tout d’abord, un véritable effort pédagogique a été fait. L’ensemble du fonctionnement est détaillé dans une notice que je trouve assez clair. Je vous invite fortement à vous renseigner et à vous intéresser à ce problème afin d’éviter des situations embarrassante. Ce que vous publiez sur facebook est adressé par défaut à presque la terre entière, alors si vous voulez contrôler votre identité numérique, intéressez-vous y de prêt, on ne le répètera jamais assez.

Cette réforme est intervenue car elle était indispensable pour la survie de facebook, c’est ce dont s’est rendu compte Mark Zukerberg. La direction a bien senti qu’un mouvement de contestation fort s’était installé vis-à-vis de sa politique de confidentialité des données personnelles. Ce mouvement de contestation, en plus d’être fort, risque d’être durable pour plusieurs raisons.

La première  raison est la tardive réaction de la maison mère et les propos scandaleux qui ont été tenus par son PDG pour justifier cette politique, le mal est fait. Dans beaucoup d’esprits » facebook=bigbrother ».

Deuxième raison, si quelques ajustements ont été réalisés en surface, le problème reste le même, les réglages par défaut sont beaucoup trop permissifs et les utilisateurs non-expérimentés ne prendront pas la peine de régler convenablement l’accès à leurs données. Si facebook a une responsabilité, ce n’est pas la seule organisation, un effort de sensibilisation doit être mené par les associations,  l’état ainsi que les citoyens.

Troisième raison, la réforme n’a tenté de répondre qu’à une partie du problème: « les données personnelles de l’utilisateur vis à vis des autres utilisateurs », qu’en est-il de la question « des données personnelles de l’utilisateur » vis à vis de facebook ? facebook peut toujours les vendre ou les transmettre à un tierce sans avoir à rendre de compte. Si la CNIL doit avoir les moyens d’agir sur le sujet, facebook doit rendre les droits sur les données personnelles à ses utilisateurs. (Oui, je suis en train de dire qu’ils doivent changer de business modèle.)

Ce qu’on retiendra

Ce qu’on a pu voir, c’est l’incroyable force des utilisateurs de ces réseaux sociaux. Le danger de facebook vient de facebook lui même. En effet, il est fort probable que si facebook ne prend pas la mesure du problème, ce dernier implose. Les leaders d’opinions ont une capacité d’influence qui n’est pas à négliger et il serait très facile de faire basculer le réseau vers une alternative de qualité plus sérieuse dans la gestion de la confidentialité des données utilisateurs. Si son fondateur n’y prend pas garde, facebook pourrait se retrouver à n’être plus qu’un immense réservoir à propagande anti-facebook…

Est-on en train de voir apparaitre des syndicats 2.0 ?

PS: Merci à Yoann pour les corrections de ce billet et les précédents 🙂

Des syndicats 2.0 pour défendre les intérêts des contributeurs ?

Soudainement, il me revient à l’esprit un article écrit en 2006 par Karl Dubost sur son blog la-grange.net. Cet article est intitulé esclavage 2.0. En avance sur son temps, il dénonce l’exploitation des contributeurs organisée par les entreprises. Le terme esclavage est peut-être un peu fort mais on ne peut nier que les contributeurs permettent aux entreprises de générer de la valeur. Si google fait des profits c’est uniquement parce qu’on lui confie nos données à travers divers services « gratuits », si facebook attire autant l’attention c’est en raison des données personnelles stockées sur ses serveurs qui lui permettent de proposer son service de publicité ciblé. Si lepost.fr génère du trafic c’est grâce aux nombreux contributeurs qui écrivent chaque jour sur ce média. On pourrait donner des dizaines d’autres exemples…

La question que je me pose est la suivante: étant donné que les communautés de contributeurs produisent de la valeur et qu’elles sont souvent encadrées par des entreprises, n’est-il pas légitime que les contributeurs s’organisent pour défendre leurs intérêts commun ?

Poursuivre la lecture

Les médias sociaux privateurs et centralisés sont en train de tuer les blogueurs indépendants

Les médias sociaux se développent mais la blogosphère plonge. Paradoxe.

De plus en plus nombreux sont les blogueurs qui s’interrogent sur l’intérêt de continuer à tenir un blog. Alimenter un blog régulièrement, c’est un gros boulot. Trouver l’idée de réflexion qui va plaire ou l’information rare qui a encore été peu diffusé, c’est épuisant. Rédiger, choisir l’illustration, faire attention aux licences, citer des blogueurs qui ont abordé le sujet pour construire des liens. Puis, relire son article pour traquer les fautes d’orthographe, formater son billet, ajouter les bons tags… Et enfin, appuyer sur publier.

Non, ce n’est pas fini. Après cela, deuxième étape, il faut le faire connaitre. Publier sur facebook, twitter, identica, commenter les blogs des copains, interpeller sur les réseaux sociaux dans les bonnes conversations aux bons moments… Las, la fin de journée arrive, on fonce voir nos stats pour savoir si notre billet a trouvé ses lecteurs. Parfois il arrive qu’on ait été bon, on est fier de nous, parfois il arrive que l’on ait été très mauvais, ça peut être décourageant. Quelque soit le résultat, vaillant, on remonte sur notre cheval en ayant l’espoir que celui du lendemain va tout déchirer. Poursuivre la lecture

Si vous êtiez président, que feriez vous si 10 000 français s’invitaient à la Garden Party de l’élysée ?

C’est ce qui se profile en vue du 14 juillet, un événement populaire a été lancé sur facebook il y a quelques jours et totalise pour le moment plus d’un milliers de personnes qui pensent y être. A cela, il faut retrancher à peu près 50 à 60% de personnes qui y seront dans leur cœur mais pas physiquement. Mais cet événement ne semble qu’au début de son buzz et je ne serais pas étonné s’il atteignait les 10 000 participants d’ici le 14 juillet. Le succès des apéros géant malgré la crispation du pouvoir politique sur le sujet n’y est pas pour rien. (Voir à ce sujet le débat entre Christophe Ginisty et Christophe Caresche sur soir3.)

Mais… mais… comment est-ce possible ? Que prend-t-il aux citoyens français de se regrouper pour faire la fête ensemble ??? Nous qui avons tellement l’habitude de rester dans notre petit coin. Est-ce par ennui, par morosité de la vie ? Par défiance du pouvoir, pour montrer notre capacité à nous auto-organiser ? Dans un esprit de partage d’une fête populaire, de retrouver un lien de proximité avec nos représentants ? Et si c’était tout ça en même temps et peut être d’autres raisons encore ? Poursuivre la lecture

Web Diversity 2010 première édition, c’est vendredi

La première édition du grand événement Web Diversity organisé à l’occasion de la journée mondiale de la diversité, c’est vendredi prochain. Cela fait maintenant un certain temps que l’on travail avec Internet Sans Frontières à l’organisation de cet événement, je suis content de le voir enfin arriver !

Le programme est extrêmement intéressant, les sujets variés et les intervenants d’une grande qualité. Avec par exemple « Internet, un nouveau monde. Avec de nouvelles règles ? » où l’on retrouvera Jérémie Zimmermann de la quadrature ou encore « Les citoyens connectés : les outils au service de l’action citoyenne et militante » avec Alban Martin co-fondateur du Social Media Club, « Vivre avec la censure » animé par Fabrice Epelboin de Read Write Web… Et bien d’autres sujets et intervenants tous d’un grand intérêt. Je vous invite à consulter le programme pour en savoir plus.

Voilà un teaser qui en dit très long à mon avis sur le contenu de cette conférence.

Web Diversity – Internet Sans Frontières – Teaser from Antonin Moulart on Vimeo.

Et bien sur, je vous invite à partager avec nous ces grands moments en vous inscrivant 😉