Une semaine contre le colonialisme et la democrature

Le colonialisme terminé ? Vraiment, vous êtes sur ? C’est l’idée communément admise par les populations des pays occidentaux qui ont historiquement « rangé » cette période de l’histoire dans les bibliothèques mais pas encore dans les classes d’écoles. Je suis à peu près aussi sur que le colonialisme est terminé que la démocratie française est en bonne santé. Et si les deux étaient liées ?


Certes, les ingérences dans les affaires des pays africains ne sont plus assumées comme telle. Le nouveau colonialisme prend des formes plus pernicieuses. Un des derniers exemple en date ? Le Gabon. La mort d’Omar Bongo l’année dernière avait plongé le Gabon dans une lutte des prétendants dans un système de « démocrature ». Finalement, Ali Bongo, fils d’Omar Bongo, détesté par la grande majorité de la population et reconnu pour sa crétinerie ainsi que sa cruauté fut « élus ». Les armes ? Corruption, rachat des candidatures des concurrents, attaque à la mitraillette des organes de presse dérangeant, fraude électorale, menace armée… Et j’en passe. Mais l’arme la plus efficace qui a fait sérieusement penché la balance c’est le soutien de l’élysée et d’une certaine entreprise appelé Total. Dans l’indifférence générale des grandes vacance, la France a cautionné et soutenu de nouveau la dictature Gabonaise. Les arguments économiques qui ont poussé à conserver le Gabon dans un état d’asservissement et de non développement ont primé semblerait-il. C’est aussi un aveux idéologique, le président français n’est pas un grand démocrate, mais ça on le savait déjà.

La souveraineté des ex-colonisateurs sur certains pays Africains ne sont plus les même, mais la quasi intégralité de la puissance et de l’influence de ses pays sont conservés grâce aux enjeux politique et économique. C’est à nous Français, européen et ex-pays colonisateur de mener une réflexion public sur ce sujet et définir une conduite étique à nos dirigeants afin de vraiment sortir du colonialisme.

Pour vous tenir informer de l’actualité Gabonaise, je ne saurai que trop vous recommander la lecture du blog de Bruno Ben MOUBAMBA.

Pour le reste, je vous invite à prendre part à la semaine anti-colonial et notamment à cet événement qui a retenu mon attention et auquel je participerais probablement.

Forum : «2010, 50 années d’indépendances confisquées
: l’actualité de la Françafrique», avec le Cercle Frantz Fanon.
Organisé par Survie, l’AFASPA, le CACIT, la FCD, Assez de Coups
d’Etat

Salle Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, 75002 Paris, métro Sentier

4 commentaires pour “Une semaine contre le colonialisme et la democrature

  1. En réalité le colonialisme est mondial aujourd’hui : ceux qui profitent des ressources de l’Afrique sont les mêmes qui profitent des Français qui ont un réseau intéressant, et qui ont profité des salariés français pour finalement délocaliser et profiter des salariés chinois, mais revendent à ces même anciens salariés français…

    Le problème de fond est toujours le même : seuls ceux qui auront la volonté de renverser la vapeur entre l’économie contrôlable et l’économie « incontrôlable » auront une chance de résoudre nombre de problèmes, dont le colonialisme économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut