Crab Grass: un logiciel libre d’organisation et de transformation social

Depuis quelques semaines, je teste le logiciel libre Crab Grass une boite à outil militante de premier ordre sur les serveurs de Rise Up. Rise Up est une organisation qui a pour mission de proposer gratuitement des outils sécurisés aux collectifs et organisations solidaires. Rise Up propose le service we.riseup.net qui nous invite à utiliser Crab Grass. Ce logiciel libre est en plein développement, encore en beta mais déjà très intéressant et je vais vous le présenter en détail. Poursuivre la lecture

La réforme concédée par facebook et arrachée par ses utilisateurs !

Vous avez peut être déjà remarqué, facebook a été mis à jour ce matin. Suite aux nombreux comptes facebook supprimés et au malaise  grandissant provoqué par la politique de facebook en matière de confidentialité des données personnelles, l’entreprise a finalement fait un premier petit effort pour permettre un meilleur contrôle des données personnelles des internautes. Tout d’abord, un véritable effort pédagogique a été fait. L’ensemble du fonctionnement est détaillé dans une notice que je trouve assez clair. Je vous invite fortement à vous renseigner et à vous intéresser à ce problème afin d’éviter des situations embarrassante. Ce que vous publiez sur facebook est adressé par défaut à presque la terre entière, alors si vous voulez contrôler votre identité numérique, intéressez-vous y de prêt, on ne le répètera jamais assez.

Cette réforme est intervenue car elle était indispensable pour la survie de facebook, c’est ce dont s’est rendu compte Mark Zukerberg. La direction a bien senti qu’un mouvement de contestation fort s’était installé vis-à-vis de sa politique de confidentialité des données personnelles. Ce mouvement de contestation, en plus d’être fort, risque d’être durable pour plusieurs raisons.

La première  raison est la tardive réaction de la maison mère et les propos scandaleux qui ont été tenus par son PDG pour justifier cette politique, le mal est fait. Dans beaucoup d’esprits » facebook=bigbrother ».

Deuxième raison, si quelques ajustements ont été réalisés en surface, le problème reste le même, les réglages par défaut sont beaucoup trop permissifs et les utilisateurs non-expérimentés ne prendront pas la peine de régler convenablement l’accès à leurs données. Si facebook a une responsabilité, ce n’est pas la seule organisation, un effort de sensibilisation doit être mené par les associations,  l’état ainsi que les citoyens.

Troisième raison, la réforme n’a tenté de répondre qu’à une partie du problème: « les données personnelles de l’utilisateur vis à vis des autres utilisateurs », qu’en est-il de la question « des données personnelles de l’utilisateur » vis à vis de facebook ? facebook peut toujours les vendre ou les transmettre à un tierce sans avoir à rendre de compte. Si la CNIL doit avoir les moyens d’agir sur le sujet, facebook doit rendre les droits sur les données personnelles à ses utilisateurs. (Oui, je suis en train de dire qu’ils doivent changer de business modèle.)

Ce qu’on retiendra

Ce qu’on a pu voir, c’est l’incroyable force des utilisateurs de ces réseaux sociaux. Le danger de facebook vient de facebook lui même. En effet, il est fort probable que si facebook ne prend pas la mesure du problème, ce dernier implose. Les leaders d’opinions ont une capacité d’influence qui n’est pas à négliger et il serait très facile de faire basculer le réseau vers une alternative de qualité plus sérieuse dans la gestion de la confidentialité des données utilisateurs. Si son fondateur n’y prend pas garde, facebook pourrait se retrouver à n’être plus qu’un immense réservoir à propagande anti-facebook…

Est-on en train de voir apparaitre des syndicats 2.0 ?

PS: Merci à Yoann pour les corrections de ce billet et les précédents 🙂

Transformons nos blogs et émancipons nous des réseaux sociaux privateurs !

Les réseaux sociaux dans l'hebdo Vendredi

J’ai beau retourner la question dans tous les sens, je ne vois qu’un seul moyen pour les internautes de s’émanciper des services de réseaux sociaux peu respectueux de nos données personnelles, non libre, qui s’arrogent le droit d’en disposer comme bon leur semble.

Certains ne voient pas l’intérêt de cette entreprise périlleuse car il y a déjà des services très fonctionnel, d’autres pensent que si l’on ne veux pas de problèmes autant ne pas publier d’informations sur nous. Ce sont des considérations respectables mais il y a tout de même deux éléments que je pense nécessaire de rappeler:

Premièrement, les réseaux sociaux ont déjà bouleversé le système d’organisation de la société et le rapport entre les gens. Il est donc difficile pour toute personne ayant adopter ses usages de s’en défaire du jour au lendemain, d’autant plus que tout un tas d’informations n’est accessible que par ces réseaux aujourd’hui.

Deuxièmement faire semblant de ne pas voir que facebook est de plus en plus friand de dévoiler nos données personnelles pour augmenter ses revenus publicitaires n’est pas une attitude responsable. Cette politique a été clairement énoncé par son fondateur et elle n’est pas prête de changer. Pour les utilisateurs conscients, ça va, mais pour ceux qui n’ont que peu d’intérêt pour le sujet c’est une autre paire de manche.

A partir de quel support peut-on agir pour construire un réseau décentralisé où nous serions propriétaire des données que nous produisons ?

Poursuivre la lecture