Bayrou – Villepin, l’alliance de la droite « anti bling-bling » ?

Je rebondis sur la note de notre amis l’hérétique qui se laisserait bien tenter par une alliance De Villepin – Bayrou pour les présidentielles.

A l’évidence, l’équation électorale serait intéressante, l’UMP est de plus en plus divisée, les gaullistes et la droite modérée semblent comme orphelins. Le style de la présidence Sarkozy et ses penchants idéologiques néo-conservateurs ont finis par jeté un grand trouble dans la majorité.

Alors qu’à gauche de l’échiquier, les écolo semblent prendre le leadership du rassemblement de l’opposition et refuse de négocier avec François Bayrou. Seul et isolé, comme il en a l’habitude, le président du MoDem doit se repositionner. L’écologie c’est pas vraiment son truc, il ne peux pas lutter dans cette direction.

Se repositionner sur sa droite serait donc un moindre mal et lui permettrait de re-consolider son électorat de centre droit qu’il avait un peu négligé jusqu’à présent. De plus, cela permettrait de se différencier d’Europe écologie qui est en train de capter l’électorat de centre gauche.

Le choix stratégique est tentant, le choix idéologique l’est beaucoup moins. Rappelons tout de même, De Villepin est l’artisan du CPE et l’autocrate qui est parvenue à mettre presque toute la France dans la rue. C’est lui qui nous a montré à quel point la classe politique était dans sa bulle et à quel point les citoyens français étaient méprisés, autant dans leur représentation que dans leur action citoyenne directe. Le premier à nous en avoir fait prendre conscience est François Bayrou lorsqu’il a voté la motion de censure. Si je devais garder un seul discours de François Bayrou, ce serait bien celui-ci.

Le projet du Mouvement Démocrate au lendemain des présidentielles était de changer la classe politique et refonder la démocratie. Où en serions-nous de ce projet si cette alliance contre nature venait à être enterinée ? Il y a fort à parier que de nombreux français se sentiraient floués et que la politique resterait… comme avant.

La mauvaise foi a sa carte au PS

François Bayrou a annoncé qu’il voterait la motion de censure.

Réaction de Martine Aubry:

“François Bayrou nous a habitués à dénoncer parfois avec nous, parfois sur les mêmes thèmes” et qu’”aujourd’hui, il s’engage dans des propositions”. “Nous avons dit souvent qu’avec le MoDem, nous savions ce qu’il dénonçait, nous ne savions pas ce qu’il voulait. Aujourd’hui, il s’engage sur des propositions qu’il juge crédibles pour notre pays”

Bref rappel, il y a un peu moins de deux mois: François Bayrou appel les socialistes a voter une motion de censure contre le gouvernement pour les mêmes raison. Silence des socialistes. Les propositions sont venues du MoDem et on été reprise par les socialistes. Et non pas l’inverse comme voudrait nous le faire croire Martine Aubry.

Technique d’étouffement pour conserver « la légitimité » du deuxième parti de France, le parti socialiste est à bout de souffle, il fait preuve de toute la mauvaise foi possible et imaginable pour garder la main. Mais tout le monde sait déjà qu’il l’a perdu et ses tentatives ne font qu’entretenir une illusion. Sans idée, sans unité… Il ne lui reste plus que « la culture de gauche » qui reste bien ancrée dans les esprits. Un espèce de flou idéologique fondé sur une phraséologie guerrière dont le plus digne représentant est aujourd’hui Olivier Besancenot.

Malgré cela, je sais grès au parti socialiste d’avoir déposé cette motion de censure. J’aurais aimé y participé moi aussi en tant que citoyen. Je le ferais jeudi dans la rue faute d’avoir accès aux outils démocratiques nécessaires.