Je suis étudiant à l’UVSQ et j’ai fais un don pour sauver ma bibliothèque universitaire

La bibliothèque universitaire est un lieu central et essentiel pour toute université qui se respecte. Je suis étudiant à l’UVSQ en M1 de socio-démographie et j’aime cet endroit, il m’est très utile, je peux grâce à lui pratiquer la recherche et réaliser de bons devoirs (dans les temps impartie, on essaye.) à l’aide d’une base documentaire riche. C’est aussi un espace de collaboration intense, les étudiant-e-s de l’UVSQ s’y retrouvent pour travailler en groupe. Il n’y a pas tout le temps de places disponible mais le confort et les moyens mis à disposition (informatique, salles de travail…) sont réels. Si l’UVSQ a pu mettre en place cet espace formidable dédié au savoir et accessible au grand nombre dans de bonnes conditions, c’est uniquement parce que l’université a été jusqu’à présent financée par le grand donateur « État » de son nom et « providence » de son prénom.

10712829_10152783534644885_5670794086292072519_n

Je suis devenu membre cristal. Et vous ?

Mais rien ne va plus depuis la LRU ! En fait, ça n’allait plus déjà avant mais j’aurai été emmerdé pour trouver un bon slogan. La crise de l’université dont on a tant entendu parler en fin d’année universitaire dernière a été complètement gommé du paysage médiatique. Pourtant les conséquences sont tangibles sur le terrain. Fermeture des STAPS et de plusieurs masters (difficile à dénombrer pour le moment mais par expérience je peux affirmer avec certitude qu’au moins un à fermer puisque ça a forcé une amie à changer d’université alors même qu’elle était venue à l’UVSQ pour faire son M2), limitation des horaires de la BU pourtant déjà limité, et j’en passe surement… L’UNEF pourra mieux vous renseigner. Alors que pendant ce temps là, l’ancienne présidente de l’université Sylvie Faucheux, « présidente engagée des PPP » (c’est son titre sur wikipedia, allez voir), a retrouvé un job au sein du cabinet de Pierre Bédier, président du conseil général des Yvelines.(je n’invente rien et vous invite à lire l’édition papier n°1 de Le Complément qui sortira autour du 13 octobre.)

Il n'y a pas de case "étudiant-e". Les ami-e-s, on est trop fauché pour être les cibles !!!

Il n’y a pas de case « étudiant-e ». Les ami-e-s, on est trop fauché pour être les cibles !!!

Mais bon, ça, à la limite, on s’en fout, tant mieux pour elle tant pis pour les Yvelinois-e-s qui ont élus un multi-récidiviste. Ce qui compte c’est que l’université et ses BU continuent de fonctionner. Certes, je ne suis pas l’état providence mais je l’aime MON université et MA BU et je veux exercer un droit politique sur cette dernière. Je ne tolèrerais pas de me sentir redevable de personnes extérieures à l’université qui influenceraient les conditions de la vie universitaire sans aucune légitimité démocratique par simple « achat relationnel du président de l’université ». L’université est démocratique et doit le demeurer, la démocratie ne peut être achetée ou bien elle change de nature et devient ploutocratie.

Nous, étudiant-e-s, sommes membre de la communauté universitaire, et c’est à ce titre qu’il nous appartient de faire un don, à la hauteur de nos moyens et selon notre envie, pour garder un droit politique sur notre université. Alors oui, il y a déjà le droit d’inscription qu’il faut payer qui demeure un acte obligatoire. Mais le don, tout comme le droit politique, est un acte volontaire et engagé pour démontrer un intérêt actif de chacun-e à l’orientation de notre université. Je soutien donc que cet acte est légitime et nécessaire mais qu’en aucun cas il ne peut être interprété comme une légitimation du désengagement de l’état. Bien au contraire, il s’agit d’un acte d’interpellation de nos représentants élus ou nommés afin que ces derniers changent l’orientation de leurs politiques catastrophiques qui mènent les universités à perdre leur autonomie financière, et par voie de conséquence, détruisent son système démocratique et réduisent la qualité des savoirs produits.

    Payé en quatre fois sans frais !!!

Payé en quatre fois sans frais !!!

J’ai donc fais un don à la hauteur de mes moyens et de mon estime pour l’université, de très exactement 15 euros. CE N’EST PAS DU FOUTAGE DE GUEULE. Je vois déjà le PDG de redbull et du technocentre renault pouffer de rire à la lecture de cette somme dérisoire. 15€ représente environ 2,5% de mes revenus mensuels, c’est beaucoup, je fais 4 ou 5 repas au RU. Carlos Ghosn PDG de Renault fera peut être lui aussi un don, s’il envisage aussi un don à la hauteur de 2,5% de son revenu mensuel, alors ce monsieur fera un don d’environ 20 000€ à l’université.

Avec qui monsieur Jean-Luc Vayssière fera-t-il le choix de diner ? J’aimerais bien diner avec Monsieur Vayssière, je peux même faire la cuisine !

Moi je n’ai pas de publicité pour des voitures électriques à faire sur le sol de l’université ou de la main d’œuvre à former mais j’ai quand même des suggestions. Comme par exemple ajouter un champ « étudiant » au formulaire de donation, et aussi parler des intrusions de Redbull qui fait de la pub à l’intérieur de la BU et va jusqu’à te déranger pendant que tu travail. MÊME L’UNEF RESPECTE LA QUIÉTUDE DE LA BU, c’est pour dire.

J’attends donc avec impatience l’info-lettre de la fondation UVSQ à laquelle j’ai le droit en tant que membre CRISTAL ainsi que la réponse à mon invitation à diner en direction de notre cher président d’université.

EDIT:

De façon assez inattendue, Jean-Luc Vayssière a accepté publiquement mon invitation à déjeuner. La fondation UVSQ serait-elle également un lieu de pouvoir pour la communauté universitaire ?

Si vous avez des idées/question à transmettre, je suis à votre écoute.

La nouvelle majorité du conseil municipal de Guyancourt prend les commandes

Après un score « nette » de 67 % comme le soulignait François Deligné dans son discours d’intronisation, la nouvelle majorité du Parti Socialiste a pris les commandes de Guyancourt. Avant même le début du troisième mandat, l’UMP a pris la parole à travers Ladislas Skura, fustigeant le discours de « médisance » du nouveau maire à l’égard des conseillers municipaux de l’opposition et l’accusant également de participer à la hausse du taux d’abstention à Guyancourt. Lasdislas Skura a également demandé au maire  à s’engager à rester sur l’ensemble du mandat.

La majorité a écouté poliment le porte parole des 5 élus d’oppositions (sur 35), puis a procédé à l’élection du nouveau maire. Poursuivre la lecture

Appel à mobilisation pour une réglementation de la publicité exigeante à St-Quentin-En-Yvelines !

Cher-e-s ami-e-s de SQY et des alentours, ceci est un appel à participation.

5401284617_aa44873833_b

Jusqu’en décembre 2014, la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-En-Yvelines ouvre une concertation public afin de préparer le plan local d’urbanisme intercommunal. Il est fort à parier que le Règlement Local de Publicité Intercommunal n’est pas loin !

Mettons en place une règlementation exigeante et exemplaire en matière d’affichage publicitaire à SQY.

L’affichage doit être contenu pour préserver nos paysages, remis au service du citoyen et des petits commerces de proximité, réduit dans sa dimension afin que les messages véhiculés, souvent néfastes, ne soient pas imposés aux St-Quentinois-e-s. La vente du temps d’attention des habitants aux annonceurs ne doit plus être un moyen pour les municipalités de réduire les couts du mobilier urbain. Les écrans publicitaires sont une aberration écologique et une agression visuelle sans précédent, nous devons à tout prix empêcher leur installation.

Le libre accès à l’information, oui ! Le conditionnement mental, non !

Une réunion de coordination de la mobilisation pour un RLPI exigeant sera organisé courant décembre. Elle associera acteurs locaux et associations nationales dans le but d’organiser la pression.

 

 

Quelques actions simples que chacun-e-s peut réaliser dès maintenant.

  • Demander le RLP de sa ville et le partager (Tous sauf Guyancourt et Élancourt que nous avons déjà; accessible sur demande pour le moment.)
  • Faire une synthèse du RLP de sa ville. (Sauf Guyancourt et Élancourt, c’est déjà fais.)
  • Prendre des photos des panneaux publicitaires près de chez vous avec le GPS activé et me les envoyer. Cela permettra de cartographier les panneaux à St-Quentin et dresser des comparatifs par territoire.
  • Relayer cet appel à votre réseau.
  • Bloquer le début d’après-midi du 23 novembre sur votre agenda pour participer à une manifestation public contre les écrans publicitaires à SQY.
  • Prendre contact / m’offrir une bière : antonin@moulart.org