Je quitte facebook

Après quatre ans d’activité sur Facebook, j’ai décidé de quitter ce service dans moins d’une semaine, de récupérer toutes mes données personnelles et les faire supprimer du serveur de l’entreprise. C’est avec un peu de tristesse et dans un certain esprit de sacrifice que j’ai pris cette décision il y a quelques mois de cela. Depuis quelques années – ceux et celles qui me suivent sur le réseau social ont pu le constater – le nombre d’informations mettant en garde les utilisateurs contre Facebook, à tous les niveaux, va croissant. Le plus inquiétant et le plus palpable est sans doute le problème de la maîtrise des données personnelles de l’utilisateur. Malgré des initiatives dont le but premier est de rassurer les utilisateurs et les marchés financiers en vue d’une entrée en bourse imminente, Facebook reste un espace d’insécurité numérique où l’internaute est à la merci d’une seule logique : récolter toujours plus vos données personnelles et augmenter toujours d’avantage leur caractère publique.

Poursuivre la lecture

Le time fait élire la dictature

Le times vient de choisir la personnalité de l’année il y a quelques heures. En lice après consultation des internautes: Assange premier, Zuckerberg deuxième.

Le premier se bat pour défendre la transparence des gouvernements. Le second se bat pour récupérer le maximum de données personnelles des internautes du monde entier.

Tout un symbole. Le choix est aussi arbitraire que la façon de pensée des élites caduque. Le bon entrepreneur capitaliste se voit récompensé quand le défenseur de la nécessaire transparence démocratique est mis en prison.

C’est le symbole de tout un monde médiatique et politique qui est en proie à la désuétude et tout une nouvelle génération de médias et de contre-culture qui s’animent.

L’idéologie dominante devra se durcir pour maintenir son pouvoir mais lorsque le décalage entre les aspirations populaires et les élites sera trop grand le système cédera, puis se renouvellera, en mieux, il faut l’espérer.

Movim, l’alternative facebook, émission « symbiose »

Voici l’émission « Symbiose » diffusée sur radio Libertaire. Au nom du projet et de la communauté MOVIM, Jérémie et moi sommes intervenus sur différents sujets. Tout d’abord les problèmes de confidentialité des données personnelles, la censure exercée par facebook, puis le projet MOVIM réseau social libre et décentralisé, ses caractéristiques, son avancement…

Téléchargez l’émission
L’émission est disponible sous licence creative commons 3.0 sauf les chansons d’Andrea Rocolini sous creative commons 2.0.

Retrouvezles podcasts des anciennes émissions « Symbiose ».

Mise à jour 30/12/2011

La réforme concédée par facebook et arrachée par ses utilisateurs !

Vous avez peut être déjà remarqué, facebook a été mis à jour ce matin. Suite aux nombreux comptes facebook supprimés et au malaise  grandissant provoqué par la politique de facebook en matière de confidentialité des données personnelles, l’entreprise a finalement fait un premier petit effort pour permettre un meilleur contrôle des données personnelles des internautes. Tout d’abord, un véritable effort pédagogique a été fait. L’ensemble du fonctionnement est détaillé dans une notice que je trouve assez clair. Je vous invite fortement à vous renseigner et à vous intéresser à ce problème afin d’éviter des situations embarrassante. Ce que vous publiez sur facebook est adressé par défaut à presque la terre entière, alors si vous voulez contrôler votre identité numérique, intéressez-vous y de prêt, on ne le répètera jamais assez.

Cette réforme est intervenue car elle était indispensable pour la survie de facebook, c’est ce dont s’est rendu compte Mark Zukerberg. La direction a bien senti qu’un mouvement de contestation fort s’était installé vis-à-vis de sa politique de confidentialité des données personnelles. Ce mouvement de contestation, en plus d’être fort, risque d’être durable pour plusieurs raisons.

La première  raison est la tardive réaction de la maison mère et les propos scandaleux qui ont été tenus par son PDG pour justifier cette politique, le mal est fait. Dans beaucoup d’esprits » facebook=bigbrother ».

Deuxième raison, si quelques ajustements ont été réalisés en surface, le problème reste le même, les réglages par défaut sont beaucoup trop permissifs et les utilisateurs non-expérimentés ne prendront pas la peine de régler convenablement l’accès à leurs données. Si facebook a une responsabilité, ce n’est pas la seule organisation, un effort de sensibilisation doit être mené par les associations,  l’état ainsi que les citoyens.

Troisième raison, la réforme n’a tenté de répondre qu’à une partie du problème: « les données personnelles de l’utilisateur vis à vis des autres utilisateurs », qu’en est-il de la question « des données personnelles de l’utilisateur » vis à vis de facebook ? facebook peut toujours les vendre ou les transmettre à un tierce sans avoir à rendre de compte. Si la CNIL doit avoir les moyens d’agir sur le sujet, facebook doit rendre les droits sur les données personnelles à ses utilisateurs. (Oui, je suis en train de dire qu’ils doivent changer de business modèle.)

Ce qu’on retiendra

Ce qu’on a pu voir, c’est l’incroyable force des utilisateurs de ces réseaux sociaux. Le danger de facebook vient de facebook lui même. En effet, il est fort probable que si facebook ne prend pas la mesure du problème, ce dernier implose. Les leaders d’opinions ont une capacité d’influence qui n’est pas à négliger et il serait très facile de faire basculer le réseau vers une alternative de qualité plus sérieuse dans la gestion de la confidentialité des données utilisateurs. Si son fondateur n’y prend pas garde, facebook pourrait se retrouver à n’être plus qu’un immense réservoir à propagande anti-facebook…

Est-on en train de voir apparaitre des syndicats 2.0 ?

PS: Merci à Yoann pour les corrections de ce billet et les précédents 🙂

Si vous êtiez président, que feriez vous si 10 000 français s’invitaient à la Garden Party de l’élysée ?

C’est ce qui se profile en vue du 14 juillet, un événement populaire a été lancé sur facebook il y a quelques jours et totalise pour le moment plus d’un milliers de personnes qui pensent y être. A cela, il faut retrancher à peu près 50 à 60% de personnes qui y seront dans leur cœur mais pas physiquement. Mais cet événement ne semble qu’au début de son buzz et je ne serais pas étonné s’il atteignait les 10 000 participants d’ici le 14 juillet. Le succès des apéros géant malgré la crispation du pouvoir politique sur le sujet n’y est pas pour rien. (Voir à ce sujet le débat entre Christophe Ginisty et Christophe Caresche sur soir3.)

Mais… mais… comment est-ce possible ? Que prend-t-il aux citoyens français de se regrouper pour faire la fête ensemble ??? Nous qui avons tellement l’habitude de rester dans notre petit coin. Est-ce par ennui, par morosité de la vie ? Par défiance du pouvoir, pour montrer notre capacité à nous auto-organiser ? Dans un esprit de partage d’une fête populaire, de retrouver un lien de proximité avec nos représentants ? Et si c’était tout ça en même temps et peut être d’autres raisons encore ? Poursuivre la lecture

Movim défie facebook !

Alors que de plus en plus d’internautes s’interrogent sur les dérives de facebook et comment en sortir, un logiciel libre vient troubler la quiétude de Zuk’ et de sa machine facebook.

Facebook, telle une paille géante, vient absorber le milkshake de millions d’internautes pour rassasier le capital. Les données personnelles, ce nouvel or noir du 21e siècle, sont en voie d’être le monopole d’une grande multinationale qui répond aux logiques classiques de profits économique et dont les internautes vont avoir de plus en plus de mal à se défaire.

Poursuivre la lecture