Oui monsieur le juge, j’ai désobéi aux écrans pub, j’assume tout !

Aujourd’hui, je passerai au tribunal de grande instance de Paris. C’est la première fois de ma vie que j’ai à faire à l’autorité judiciaire et à la justice. Je n’ai pas l’ombre d’une honte à être traduit en justice, à dire vrai, je revendique mon geste et je crois que nous devrions être plus nombreux à passer devant la justice pour les faits qui me sont reprochés. Mais au juste, qu’est-ce que j’ai fait ? La raison pour laquelle je suis prévenu est la suivante : « Détérioration ou dégradation de mobilier urbain ».

Oui, le 28 janvier 2011, sur un écran publicitaire espion j’ai écrit à la bombe de peinture rouge « Non à l’opacité technologique dans l’espace public ». C’est ce que j’ai dit au policier qui m’a amené au commissariat après l’action. C’est ce que je dirai au juge tout à l’heure dans la salle d’audience. Les écrans publicitaires espions doivent être désinstallés. Ai-je peur ? Suis-je inquiet de la décision qui sera rendue ? Un petit peu, mais ce n’est pas cela qui est important. Ce qui est important c’est « pourquoi ? ». Cet acte était-il fondamentalement nécessaire ? Et si oui, pour quelles raisons ? Poursuivre la lecture

Coca Cola mis en déroute par des citoyens à Opéra

Cela s’est passé cet après midi, place de l’opéra. Les associations qui luttent contre l’envahissement publicitaire étaient là au grand complet (Paysage de France, RAP, Déboulonneurs) pour une action de réappropriation de l’espace public de l’opéra, afin de rendre hommage à son célèbre architecte Charles Garnier, qui, en 1871 avait été l’une des premières personnalité à s’indigner contre la publicité grandissante. C’était sans compter la présence honteuse de coca-cola qui était en campagne pour promouvoir une de ses horribles boissons. Deux camions de la marque, d’une taille imposante, cachaient les marches de l’opéra et généraient une pollution visuelle importante devant le célèbre monument Parisien. Le sol était jonché de détritus à la marque de coca, le parfait tableau de la société de consommation dans la représentation de son échec et de sa laideur.

Poursuivre la lecture

La révolution passera par la remise en cause du système publicitaire

La désobéissance civile semble plus que jamais une alternative pour contrer la propagande de la société marchande véhiculée par le troisième média de France, la publicité. Ce samanche ont eu lieu de nombreuses révoltes dans toute la France, l’Europe et le monde. La situation ne peut plus durer, la démocratie est captive des marchés financiers et nous sommes traités comme de vulgaires marchandises dont le seul objectif dans la vie devrait être de consommer et de produire, surtout pas de penser. Toute remise en cause de ce système est dénoncé par ses gardiens comme « violent », « illégitime », « extrêmiste » ou « gauchiste » et donc forcément marginal. Mais la vérité, c’est que cela fait un moment déjà que le système est devenu anti-nous. La transgression de ses normes et de ses lois est un devoir éthique et civil que nous ne pourrions ignorer sans cesser d’être.

Le grenelle de l’environnement est un échec total qui a permis aux annonceurs de mettre toujours plus de publicité dans l’espace public et ainsi le privatiser encore un peu plus. Les rares affichages associatifs et libres sont réduits à des portions ridicules, cela nous montre bien où sont les priorités du système politique et son cadre idéologique qui pourrait se résumer à « Penser, non ! Consommer, oui ! ». Mais nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques, qu’ils soient socialistes ou UMPistes, ou des banquiers. La surconsommation est la norme, le gaspillage des ressources un passe-temps qui enrichit une minorité d’ultra-riches. Notre environnement crève sous nos yeux et nous ne faisons qu’aboyer alors qu’il faudrait mordre.

Le collectif des déboulonneurs s’est réuni pour les rencontres annuelles nationales à Lyon afin de faire un point sur leur action et repartir sur des bases renouvelées. La nécessité de l’existence du collectif des déboulonneurs est toujours aussi forte. La publicité et la société consumériste doivent être attaquées sur tous les fronts, nous ne pouvons nous permettre de baisser dans l’intensité de nos actions. Les déboulonneurs ont réalisé pour l’occasion deux actions à Lyon, l’une samedi soir et l’autre dimanche après-midi.

J’appelle tous ceux qui souhaitent prendre une part active au rapport de force contre la société consumériste à rejoindre les déboulonneurs et à participer à nos actions de réappropriation de l’espace public.

http://deboulonneurs.org

Les déboulonneurs sont actifs à Tours, Lyon, Paris, St-Quentin-En-Yvelines, Rouen… et peut être dans votre ville !

Jean-Vincent Placé veux consulter les Franciliens sur la place de la pub dans les transports

Action antipub Collectif des Déboulonneurs Saint-Quentin-en-Yvelines IMG_3193

Que l’on aime ou pas une figure politique, il faut savoir reconnaitre quand celle-ci prend une bonne initiative. C’est le cas de Jean-Vincent Place qui a annoncé, en tant que Vice président des transports d’île-de-France EELV, avoir débloqué un budget de 100 000 € pour amorcer une consultation sur la place de la publicité dans les transports en commun. Poursuivre la lecture

Les hackers anti-pub: de ad-block au réseau de transport

Tout le monde connait ad-block, cette fameuse extension firefox qui permet de ne pas voir les publicités indésirables sur le web. Non content de simplement s’attaquer au web, l’esprit du hacker apprend aux passants à bidouiller les panneaux publicitaires dans le métro !

Messieurs dames, si vous souhaitez savoir hacker un panneau JCdecaux, arrêtez vous deux minutes et visionnez cette video.


Art-Decaux
envoyé par LeMoutonRetif. – Regardez les vidéos des stars du web.

La prochaine cible des hackers anti-pub sera peut être les panneaux video samsung ? Ces horribles trucs qui nous filment en permanence et qui espèrent secrètement avoir le droit de nous envoyer de la pub par bluetooth sur nos téléphones… Comme si les images ne suffisaient pas, il faudrait maintenant accaparer le passant de videos qui changent en fonction de l’horaire ! Tant que nous ne dirons pas « merde », la publicité sera toujours plus envahissante.

Pourquoi n’aurions nous pas le droit, comme dans nos boites e-mails, de déclarer « spam » les pubs qui nous emmerdent ?

Disons leur merde.