Comment un mode de gouvernance en réseau sans chef a réussi à interconnecter 1/4 de la pop en – de 17 ans ?

Merci à Evelyne D. pour m’avoir fait connaitre cette conférence de Serge Soudoplatoff.

La construction d’internet n’est pas un processus causal, ce n’est pas quelque chose qui a engendré internet. Internet c’est l’innovation par percolation, c’est à dire que des gens font des papiers, inventent des choses, et autre part d’autres personnes sont quelque part un peu sur les mêmes idées et puis inventent d’autres choses, un jour ces gens se rencontrent et forment des agrégats, puis ils rencontrent d’autres agrégats, petit à petit tout ça né.

« On invente des nouvelles formes de gouvernances qui sont totalement innovantes. Par exemple, l’IETF qui fait le moteur de l’internet n’existe pas. Ce n’est pas une identité juridique, ce n’est pas une association, c’est un ensemble flou de gens intéressés par faire progresser le sujet internet. A l’IETF on a d’ailleurs un tao : « nous rejettons les rois, les présidents et les votes, nous croyons aux consensus grossiers et aux bouts de codes qui marchent. »

« Plus de 25% de la population mondiale est interconnectée, ça c’est fait en dix sept ans. Donc on peut se poser la question finalement, comment un mode de gouvernance en réseau sans chef avec des passionnés qui s’échangent entre eux, a réussi a interconnecter un quart de la population en moins de dix sept ans ? »

« Il y a 3 niveaux de connaissances: Premier niveau la connaissance individuel: je sais. Quelqu’un sait. Un ingénieur savait qu’il y avait un problème. Le deuxième niveau c’est la connaissance collective. Tout le monde sait, et ça c’est la grande force des médias de la radio et de la télévisions de monter du niveau 1 au niveau 2. La connaissance globale, le troisième niveau, tout le monde sait que les autres savent. « 

« Le client, le citoyen, le consommateur ne veux plus consommer bêtement les produits et les services et veux de plus en plus faire partie de la conception de ses produits et de ses services. »

« Et finalement, un modèle ou les clients sont en réseaux, les frontières de l’entreprise sont poreuses, et où l’entreprise reste sous une forme verticale, ce n’est pas un modèle soutenable. Ce qui se passe dans le monde de l’entreprise, est vraie dans le monde de la politique et est vrai dans tout un tas d’autres modèles. « 

L’économie de la contribution, construire un modèle industriel sur une autre base ?

Bernard Stiegler est interviewé par Siné Hebdo. Le modèle du logiciel libre, la réponse à la crise capitaliste ?

Bernard Stiegler, né le 1er avril 1952, est philosophe.

Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Jacques Derrida, il est actuellement directeur du département du développement culturel au Centre Georges-Pompidou, où il dirige également l’Institut de recherche et d’innovation (IRI), créé à son initiative en avril 2006.
wikipedia

« On pense qu’aujourd’hui il y a la possibilité de reconstruire un modèle industriel sur une autre base qui n’est plus productivisme du XIXe siècle, qui n’est plus le consumérisme du XXe siècle, mais qui est ce qu’on appel la contribution. Qu’est-ce que c’est que la contribution, c’est ce qui a rendu possible par mutations technologiques, qui font que wikipedia s’est développé, que le logiciel libre s’est développé… […]
Le modèle production consommation est caduque.
[…]
Ce sont des modèles qui reposent sur de la haute socialisation.[…] »

Pourquoi Hadopi est dangereuse pour les libertés fondamentales ?

Le web s’est drapé de noir. La propagantion continue. Tous les internautes sont concernés par ce projet de loi liberticide. Vous aussi prennez part à ce mouvement d’opposition !

Cette vidéo explique le contexte dans lequel ce projet de loi intervient et quels sont les moyens qui vont être mis en oeuvre pour le mettre en place. Effets pervers et inanité garantie.

Poursuivre la lecture