dans Non classé

Le libre première culture mondialiste mondialisante ?

Voilà une carte très intéressante mise en place à l’occasion du download day pour firefox qui indique le nombre de promesses de téléchargement dans chaque pays.

Firefox est l’un des premiers logiciels libre que l’utilisateur lambda a à disposition. Ainsi son utilisation est un bon indicateur pour mesurer la diffusion du logiciel libre dans le monde. Les disparités sont très intéressantes et mettent en lumière le degré de diffusion du libre dans les pays.

L’europe et les Etats-Unis sont les zones géographique où résident la très grande majorité des utilisateurs de firefox. Ce sont des pays plus riche que la moyenne, ils ont donc généralement un nombre d’habitants connecté proportionnellement supérieur au reste du monde.

Cette règle ne semble pas tout le temps se vérifier. On voit, par exemple, en Pologne, pays moyennement aisé (IDH: 37e) au sein de l’Union Européenne avec une population d’environ 38 millions d’habitants dépasser sans complexe l’allemagne(IDH:22e) qui comptabilise 39 000 promesses pour 82 millions d’habitants.

Pareillement, si l’on prend le Brésil(IDH:70e) avec ces 200 000 millions d’habitants, 81 000 brésiliens ont promis de télécharger la dernière version de firefox. Comparons-le aux Etats-Unis (IDH: 12e), 300 millions d’habitants, 200 milles promesses de téléchargement: on remarque que les Brésiliens sont plutôt bien équipé.

Les points communs entre le Brésil et la Pologne ? Ce sont deux pays qui se sont équipés massivement en logiciel informatique plus tard. La politique des prix menée par le groupe monopolistique Microsoft s’adresse aux plus aisés. Le Brésil et la Pologne devant cet état de fait a développé une alternative à windows pour ne pas prendre de retard: Linux (logiciel libre). On peut en conclure que la culture du libre est plutôt bien implantée dans les pays en voix de développement (ou nouvellement développé), ce qui est un atout économique non négligeable en terme de compétitivité (fiable et peu couteux).

Bon, évidemment, cette petite analyse est très succinte et approximative. Il faut retenir les grandes tendance. Je me pencherais peut-être d’avantage sur le sujet en faisant des calcules statistiques détaillé quand on connaitra les chiffres réels du nombre de firefox 3 téléchargés.

Ecrire un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. 200 000 millions d’habitants au Brésil, wow, c’est le péril amazonien! 😉

    Plus sérieusement, c’est intéressant comme approche pour les pays en voie de développement, par contre je serai curieux de connaître le modèle économique de Firefox… (hint)

  2. Bonjour,
    Le modèle économique de la Fondation Mozilla est connu, on peut citer principalement le partenariat avec Google.
    Sur le modèle économique du Libre, l’April a publié en 2007 un Livre Blanc :
    http://www.april.org/articles/livre
    Amicalement,

  3. Je ferais un article sur ce sujet Arnaud, c’est super intéressant.

    Concrétement, Ubuntu (une distribution de Linux) fonctionne de cette manière. C’est l’alliance de la communauté Ubuntu et de l’entreprise Canonical. Ubuntu est développé par des bénévoles et des développeurs à plein temps employé par Canonical. Canonical vend un service de support technique aux entreprises et administrations qui on adopté ubuntu. Le système d’exploitation étant gratuit et de grande qualité, il se diffuse très bien et cela permet de vendre du support technique.

    Comme le souligne Ethos, Google et firefox ont des contrats. La fondation mozilla est immensément riche… Il y a un an ou deux ils se sont payé une double page dans le times. Sympa !

    Si tu utilises firefox, tu dois voir une barre google en haut à ta droite: Google paye beaucoup pour ça. Quand tu tappes quelques mots dans la barre d’adresse, il est possible que tu tombes également sur google.
    Il y a quelques temps, lorsque tu tappais une url qui n’existait pas, tu étais redirigé vers le monde.fr. Voilà une autre source de revenu.

    En fait, le nouveau modèle économique consiste à faire créer de la valeur aux utilisateurs pour réduire à presque zéro les coûts de production et vendre des services professionnels connexes à des groupes (Pratiquement jamais aux particuliers. Ca ne serait pas incitatif et non-éthique.)