dans Non classé

Il y a déjà eu des minarets en France !

Le débat fait rage suite au référendum d’initiative populaire suisse sur l’interdiction de construire de Minarets… 

Certains disent que la communauté Musulman ne devrait pas construire car il n’est inscrit nulle part dans le Coran qu’il faut un minaret pour prier.

A-t-on besoin d’un clocher d’église pour prier ? Je crois que non. Pourtant il y a beaucoup de clochers en France.

Je pense que les règles doivent être les mêmes pour toutes et tous. Il est ridicule de soumettre à un vote un élément culturel particulier. La question doit être prise entièrement et sans discrimination selon les valeurs républicaines car « Tous les citoyens naissent libres et égaux ». Nous parlons ici de liberté culturelle au sens large.


Chacun devrait avoir le droit d’exercer sa liberté culturelle tant que cette dernière ne nuit pas à autrui.

Seul le Front national s’est réjouit du résultat du vote suisse. Cependant, Nicolas Sarkozy a fait quelques confidences aux députés UMP:

« Il nous a dit que c’était l’illustration que les gens, en Suisse comme en France, ne veulent pas que leur pays change, qu’il soit dénaturé. Ils veulent garder leur identité. Selon l’analyse du président, les Français ne veulent pas voir des femmes en burqa dans la rue, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont hostiles à la pratique de l’islam »

Comme d’habitude, Nicolas Sarkozy fait référence à la culture française d’ il y a 200 ans sans prendre en compte l’évolution des pratiques culturelles en France. Et pire que cela, il fait un amalgame tordu entre la burqua ayant pour vocation d’asservir le sexe féminin et un minaret dont la fonction est d’appeler à la prière.

La chimérique république assimilationiste, c’est terminé. Nous sommes dans un monde ouvert où la connaissance circule librement. De quel droit interdirions nous certaines expressions culturelles qui ne sont pas celle de la majorité ?

Dépouillez un individu d’une parti de sa culture et vous tuerez tout l’être humain.

Et oui, lorsque l’Algérie était Française, il y avait des minarets en France et ça ne dérangeait personne. Alors je ne vois pas pourquoi il faudrait en faire tout un fromage maintenant.

Ecrire un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. J’abonde dans ton sens, Antonin.

    Il y a des amalgames indécents, burqa et minarets.. Si je me réfère aux contours géographiques de la France actuelle, la première mosquée construite en France fût celle de Saint-Denis de la Réunion (je n’ai pour ma part jamais considéré que l’Algérie ou toute autre terre colonisée soit française), c’était en 1905. Elle fût inaugurée le 28 novembre 1905, année où fût votée la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, et donc de l’avènement de la laïcité dans la loi française…
    Elle possède un minaret, donc le premier minaret fût construit sur cette île, toujours française aujourd’hui, mais qui recèle la particularité d’avoir su faire vivre en harmonie des humains d’origines différentes : africaines, arabes, indiennes, chinoises, européennes…
    Les termes que j’emploie sont réducteurs, car derrière indien, arabe, européen africain, chinois, de multiples cultures sont sous-sous-jacentes. Et l’entente et les mélanges de l’île, montrent qu’il est possible de vivre ensemble. La culture de la réunion est exemplaire car forte de l’apport de nombreuses cultures. Cela se retrouve un peu à Maurice. Ce n’est pas parfait, mais c’est beaucoup plus humain que tout ce que nous pouvons voir ailleurs.

    Ce qui me blesse le plus dans cette histoire de « votation » suisse pour ou contre l’architecture (c’est comme cela que c’était présenté), c’est qu’un parti d’extrême droite joue sur les mots pour rejeter une partie de la population de son pays. Un référendum déguisé pour ou contre des êtres humains. Et le pire, est que ce parti ose porté l’adjectif de Démocrate dans sa dénomination….

    Autant je souhaite que chacun puisse exercer sa spiritualité, autant je réfute des lois, ou des pays, qui en imposent une. Ma spiritualité est personnelle.

    Autant les édifices religieux ne me choquent pas, autant l’état, les municipalités ne doivent participer à leur construction, ne serait-ce que par l’entremise de baux antiphéotiques. C’est l’affaire des églises et religion. J’accepte que les lieux de cultes créés avant 1905 soient entretenus par la puissance publique (Etat pour les cathédrales, municipalités pour les églises), dans la mesure où la loi de la même année ont signifié la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Les lois, en France ne sont pas rétroactives, et tous les lieux de cultes créés avant la promulgation de la loi doivent pouvoir être entretenus avec les deniers de la puissance publique, qu’importe le culte. Restera à statuer sur la particularité de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine qui, à l’époque de la promulgation de la loi, était hors de France…

    Autant je réfute que l’on interdise la construction de lieux de Culte, tant qu’ils respectent l’urbanisme environnant et obtiennent un permis de construire… en accord avec l’environnement.

    Les suisses ne se montrent pas sous un beau jour, et certains commentateurs politiques Français devraient réfléchir avant de s’exprimer. Mr Paillé le premier.

  2. Il faut enfin lancer le ébat en France : Faut-il authoriser la construction de mosquées sur notre territoire ?

    J’ai mis en lien ma pétition en ce sens

  3. @Citoyen Lambda:

    Ayez le courage de vos opinions, abandonnez l’anonymat ! Cela me fait mal au cœur de voir ce genre de pétition cité sur mon blog… mais je ne la supprimerais pas.

    @Michel Hinard,

    Merci pour ton commentaire très intéressant.

  4. Pour moi, tant que les mosquées s’inscrivent dans le P.L.U. de la commune, aucune objection.

    Mais par définition, (le minaret est étymologiquement un « phare » qui devrait logiquement dépasser les autres bâtiments) cela risque d’être difficile car les dérogations pour les hauteurs maximales se délibèrent (depuis peu, mars 2009 seulement) pour un secteur et non pour un bâtiment particulier (c.f. code de l’urbanisme) : principe d’égalité oblige.

  5. Je suis d’accord avec toi Antonin, mais je dois ajouter que c’est justement il y a 200 ans (207 pour être plus précis) que la porte a été ouverte à l’égalité des cultes, lorsque Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, a fait accepter au Pape Pie VII que la religion catholique seraient désormais celle « de la majorité des Français » et non pas celle de l’Etat. Avec les Articles organiques, il a donné aux protestants une organisation et le même appui qu’aux catholiques, et par la suite il a donné aux Juifs un statut comparable (il serait allé plus loin vers l’égalité, mais leur donner les mêmes droits civils passait très mal déjà, et a suscité de très vives hostilités).

    Reste à rappeler qu’en Alsace et en Lorraine, ce serait toujours l’Etat qui paierait les minarets si on est pour l’égalité, puisque comme j’ai rappelé ailleurs, ces régions faisaient partie de l’Empire allemand en 1905 et ont insisté pour garder le Concordat lorsqu’ils sont rentrées en France en 1918.

    « Elu local » a soulevé aussi un point pertinent vis-à-vis de l’urbanisme… l’Egalité devient inopérante si elle n’est pas respectée dans les deux sens.