dans Guyancourt

François Deligné, plus de 14 ans au service de Guyancourt

DSC_2604

Enfin, c’est officiel. Cela semble long et pourtant c’est la durée pendant laquelle François Deligné a exercé la fonction de maire à Guyancourt. Son mandat a été renouvelé à trois reprises par les électeurs 67,24%(4675 voix) en 2001, 73,14% (6278 voix) en 2008, 67,74% (5 949 voix) en 2014. C’est évidemment beaucoup trop long pour un seul homme, aussi bien sur le plan personnel que démocratique, mais l’engagement doit tout de même être salué pour le dévouement.

La campagne de 2014 a manqué de clarté sur le désengagement de sa position de maire qui intervient en cours de mandat, cette volonté aurait été connue très tôt selon certains, néanmoins il ne démissionne pas pour autant et reste en position de conseiller municipal. Peut-on vraiment considérer qu’il y a rupture d’un engagement public ?

La difficulté avec la communication politique personnalisant le pouvoir à outrance est de créer le flou pour l’électeur qui ne sait plus s’il vote pour une personne ou pour une équipe. En l’occurrence, administrativement nous élisons une équipe et tous les noms sont portés à la connaissance de l’électeur. Ayant voté pour François Deligné en conscience de cette rumeur qu’il n’irait pas au bout de son mandat de maire ainsi que des différentes personnes qui composent son équipe, je ne me sens pas floué par ce départ.

Les animateurs de campagnes électorales municipales gagneraient à mettre en avant les différentes personnalités de l’équipe afin de mettre en valeur les compétences et sensibilités en son sein. Le plus souvent les rassemblements citoyens en faveur de municipalités alternatives, comme à Saillans par exemple, se servent de cette dimension collective comme d’un atout pour gagner. Le partage du pouvoir de décision augmente l’implication et la force de la mobilisation collective.

A l’inverse, les campagnes qui focalisent trop sur le leader sont souvent un prisme déformant de la réalité du pouvoir municipal. Cette propagande jette un masque sur la complexité de la résolution des problèmes municipaux dans un contexte de perte de pouvoir de l’institution (baisse des dotations d’état, retrait de certaines compétences au profit de l’agglomération) et éloigne le citoyen de la participation directe au projet de ville. Malgré ce contexte, à Guyancourt, l’équipe municipale conduite par François Deligné n’a pas pris acte de la mort de cette posture providentielle qui empêche de capter les contributions des citoyens, quelles soient sous formes d’expertises, d’énergie humaine ou de soutien financier et qui ralentit l’adaptation de notre ville aux enjeux sociaux et climatiques.

La réalité de la gestion du pouvoir municipal Guyancourtois est rendue quelque peu illisible par l’image de François Deligné. François Deligné est connu pour être un maire bavard et plutôt frontal, assez impitoyable avec ceux qu’il considère comme ses ennemis politiques, mais aussi très sympathique en interpersonnel et ayant le goût des rencontres.

Pendant que cette image répétée est communiquée, aucune explication n’est donnée quant à l’organisation de la municipalité pour construire le projet de ville, alors que cette explication permanente serait un moyen d’associer et intégrer les citoyens dans la complexité de la question, d’attirer les relais d’opinions, des expertises… D’un certain point de vue cette communication personnelle a montré son efficacité électorale, mais peut-on aujourd’hui se contenter d’être électoralement performant dans un contexte de crise sociale et climatique ?

La concertation sur le réaménagement des Saules a été une belle illustration de la faiblesse de l’équipe municipale conduite par François Deligné sur le thème de la démocratie locale. Outre le fait que la technique de concertation n’était clairement pas à la hauteur le jour J (par manque de formation sans doute), le projet d’aménagement a été choisi par l’équipe municipale sans consultation préalable. Le processus même de mise en place des politiques publiques est à revoir.

François Deligné et son équipe étaient probablement persuadés de faire le bon choix et peut-être pensaient-ils qu’un processus en amont aurait permis aux détracteurs de trouver un échos. Bien au contraire, un cadre de discussion en amont aurait permis de faire appel à l’intelligence collective des Guyancourtois, de pré-identifier les résistances potentielles au projet de réaménagement et de désamorcer les situations de conflits. De plus, une consultation bien menée en amont peut permettre d’homogénéiser l’opinion et donc par la suite proposer le projet attendu et même voulu par la population. Aujourd’hui un cahier est accessible à la Maison de Quartier Renoir pour faire part de ses demandes. Elles ne pourront cependant être prises en compte qu’à la marge, à moins que la municipalité change de prestataire, ce qui coûterait pas mal d’argent à la municipalité et n’est à priori pas souhaitable.

Clairement la question démocratique n’était pas l’atout de notre maire. En revanche, François Deligné a pu s’illustrer par ses politiques culturelles accessibles à toutes et tous. La Ferme du Bel Ébat, La Batterie et les associations socio-culturelles proposant des activités à prix accessibles sont vigoureuses à Guyancourt. Théâtre, spectacles, concerts, cadre convivial, des maisons de quartiers qui fourmillent d’activités… François Deligné et son équipe n’ont pas hésité à mettre sur la table le budget qu’il convenait de mettre pour faire fonctionner tout ça. Un grand bravo !

Cette réussite va de paire avec le « développement économique » de Guyancourt, qui a permis de financer tout ça. Les investissements réalisés et nécessaires à ce développement ont été largement favorisés par la position de la ville au sein de la CASQY alors présidée par Robert Cadalbert, également Guyancourtois. Un « développement économique » pourvoyeur de nombreux emplois et d’une taxe professionnelle plutôt abondante avec les nombreux sièges sociaux de multinationales qui se sont installés dans notre ville, aguichés par les grands espaces de l’époque et les incitations fiscales de la ville nouvelle.

Présence au rassemblement Mcdo à Guyancourt (3)Manifestation en 2012 devant le siège de Mac Do à Guyancourt

« Développement économique » avec des guillemets car Guyancourt, comme la ville nouvelle, reste une ville dortoir où de nombreux espaces publics sont déserts et les petits commerces peinent à résister à la concurrence du grand centre, qui lui-même peine à résister à cause de loyers trop élevés et d’un marché de la grande consommation saturé. Autrement dit,  les équipements culturels et le budget de la ville ne tiennent qu’à un fil : la prospérité des multinationales implantées à Guyancourt.

Aussi, dans une période critique de dérèglement climatique, il est urgent de trouver d’autres marges de manœuvre économiques pour la prospérité. Par exemple, par le développement d’une économie locale, productive d’un point de vu alimentaire avec des relais de consommation dans les quartiers, soutenue par la population  (pas moins de 5 AMAP à Guyancourt) et l’installation d’une agriculture biologique en périphérie de Guyancourt. Déjà pendant la campagne de 2014,  François Deligné soutenait l’installation des Jardins de cocagnes à Guyancourt et son équipe l’a récemment réaffirmé.

Les émissions de CO2 doivent diminuer très vite pour éviter la catastrophe climatique, le vélo reste mal-traité et relativement absent des politiques publiques de la municipalité. A la décharge de la municipalité, les relations difficiles avec la CASQY n’aident pas. L’agglomération étant propriétaire de 90% des voiries, si les pistes cyclables ne sont pas refaites ou prolongées, la municipalité n’a pas toutes les clés en mains. Par la multiplication des routes vélos sécurisées, nous favoriserions l’implantation de vélocistes sur la ville et des ateliers de réparation qui pourvoiraient des emplois locaux. Par contre, la mise en zone 30 des quartiers est tout à fait du ressort de notre municipalité.

Espérons que l’équipe municipale, qui sera peut-être conduite par Marie-Christine Letarnec si la majorité des conseillers en décide ainsi, tienne compte des forces et faiblesses du mandat de maire de François Deligné. Il apparait clairement que la méthode d’implication des citoyens dans le projet de ville doit être pensé, et même si Marie-Christine Letarnec est issue de l’associatif Guyancourtois, aura-t-elle les outils pour mettre en place ce dispositif indispensable ?

Ecrire un commentaire

Commenter