dans Divers

Facebook ou le totalitarisme de la transparence

La transparence croissante de notre vie nous contraint-elle à réguler plus fortement nos comportements ? Voilà la question que je me suis posée à l’écoute de l’anecdote d’une rencontre de ce soir.

Cet homme a une vingtaine d’année, jeune travailleur, il aime aussi faire la fête.

Il racontait avoir été obligé de s’expatrier de facebook. En effet, il voulait éviter que sa famille ne tombe sur des photos de fêtes avec ses amis car cela le dérangeait. Quand un de nos « amis » est taggé sur une photo, nous recevons l’information sur notre « time line » (ou rapport d’activité social). Parfois nous nous retrouvons dans des situations embarrassante que nous préférerons ne pas montrer à certaines personnes… Sur ces plateforme, le seul élément que nous maitrisons, ce sont les informations que NOUS divulguons. Si quelqu’un d’autre diffuse des informations sur nous, nous n’avons pratiquement aucune emprise. Nous pouvons toujours décider de briser le lien que nous avions avec ce contact afin qu’il ne puisse plus nous tagger directement sur photos, mais le mal est déjà fait et il peut continuer à nous porter préjudice dans une moindre mesure.

Le seul moyen trouvé pour éviter que ses photos ne circulent dans le cercle familiale a été de supprimer son compte facebook.

Le phénomène est intéressant, le réseau français est arrivé à une masse d’utilisateur tellement importante que nous tombons de plus en plus courament sur des membres de notre famille. (frère, sœur et parfois parents)

Nous sommes tous membre de différents cercles, et les plateforme sociales tel que facebook tendent à les connecter de plus en plus les uns aux autres. Ce que l’on pouvait cacher hier, on ne peut plus que difficilement les cacher aujourd’hui… A moins de s’auto-exclure socialement de facebook, comme a été obligé de le faire à regret notre malheureux fêtard.

Les réseaux sociaux sont des centres d’activité sociale de plus en plus important. Aujourd’hui il est encore possible d’en faire l’impasse et d’entretenir ses liens sociaux d’une autre manière. Mais demain, est-ce que ce sera encore le cas ?

Finalement, la sur-médiatisation de nos vies dans nos réseaux ne va-t-elle pas nous contraindre à modifier nos comportements dans la vie réelle de manière à les rendre le plus acceptable possible aux yeux de l’ensemble de nos réseaux ?

De nouvelles règles implicitent régulant la diffusion de l’information vont-elles naitrent entre usager de plateformes sociales afin que les informations compromettantes soient spontanément censurées ?

Ecrire un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

19 Commentaires

  1. sur une plate forme style face book, au départ il faut y aller à reculons histoire de gérer petit à petit ce que l’on vient y faire et pour maitriser les différentes fonctionnalités. il est aussi nécessaire de bien gérer son cercle d’amis et de faire attention aux groupes auxquels on participe.

    le problème des photos est complexe car comme tu le dis il peut y avoir des dérives .

    Après c’est à chacun de savoir jusqu’ou il peut aller au niveau de la transparence qu’il souhaite exprimer.C ‘est comme dans la vie réelle, le respect des autres doit être la règle. comme dans la vie réelle certains sont incapables de prendre du recul par rapport aux actes qu’ils commettent….

    tu écrits
    « Finalement, la sur-médiatisation de nos vies dans nos réseaux ne va-t-elle pas nous contraindre à modifier nos comportements dans la vie réelle de manière à les rendre le plus acceptable possible aux yeux de l’ensemble de nos réseaux ?

    De nouvelles règles implicites régulant la diffusion de l’information vont-elles naitre entre usager de plateformes sociales afin que les informations compromettantes soient spontanément censurées ? » …… c’est évident!!!!!

  2. Excellent billet et je suis bien d’accord. Plusieurs expl :
    Tu sais que je bosse à la fac et que j’exerce des tâches sérieuses bien que je sois un gros bringueur et déconneur. Bref, j’ai des « amis » forts différents sur Facebook et dans la vie. Du coup, j’ai mis mes « amis » collègues de la fac « sans news » pour éviter qu’ils suivent mes actu. Raté, certains viennent voir mon profil abondamment commenté par mes potes de bringue…
    – il y a des pics de moi qui traînent par expl dans un bar. J’ai pu certes retirer le tag mais je ne peux rien faire d’autre. J’ai demandé à la fille de les virer mais bon…
    – Un pote à moi très haut placé dans une grosse boîte a mis en place deux comptes : un sérieux et un déconne. Mais j’ai la flemme. Alors je ne changerai pas dans la vie mais je fais attention sur facebook.

  3. @Defaite,
    Oui, ce serait intéressant de savoir s’il finira par se réinscrire.

  4. Oui c’est LE point très intéressant : On croyait trouver une évolution dans les réseau sociaux sur le web, mais au final, ne serait-ce pas eux qui vont nous faire évoluer ?

    Le fêtard qu’on a vu hier soir à fait un choix : il s’est retiré de Facebook. Ce choix comporte une petite note de plus qu’il ne laisse penser. Parce qu’en se retirant de Facebook, on protège une partie de sa vie privée, ok. Mais on perd également la visibilité sur les autres ! Et ça c’est très important, de regarder ce qui se passe chez les autres.

    Perso je me demande s’il va tenir, où s’il va finir par se réinscrire 😉

    Je te tiendrais au courant.

  5. @Europium,

    Oui, c’est une évidence. Ce qui serait intéressant d’étudier: « dans quelle mesure ? »

    @LCDM,

    Tu peux toujours retirer les tags que l’on t’as assigné sur ces photos ou encore supprimer tes liens d’amitiés avec ces personnes si elles ne veulent pas retirer la photo.

    On ne peut que limiter la casse. Il est tout à fait impossible de se parer à 100% contre ce problème.

    D’ailleurs, l’enquête sociolo-geek devrait être intéressante. J’espère qu’elle sera publiée.

  6. @CD, il lui aurait suffit de gerer les droits d’accès aux differents élements de son FB.

    pour ma part j’ai crée un certain nombre de liste d’amis ayants des accès différenciés et en particulier à mes photos.

    Pour chaque album que je met en ligne, je choisi qui a le droit de voir et c’est comme ca que je gère le maintien d’une vie privée malgré les risques de facebook.

  7. Les tenants de la culture diffuse seront -ils les seuls survivants des réseaux websociaux ?
    Les tenants de la culture spécifique deviendront-ils des Pasteurs, des Prêcheurs Moraux sur les réseaux websociaux ?

    Sujet de mémoire pour étudiants voulant bosser à la Fing, et particulièrement leur programme villes2.0.fr :))))

  8. « Comme quoi, ce qui est nécessaire, c’est surtout une bonne maîtrise de l’outils. » oui…..

    ce sujet sera abordé demain dans l’émission « envoyé spécial »

  9. Un proverbe, chinois bien sûr, affirme que « si tu veux vraiment cacher ce que tu fais il serait peut-être aussi bien de ne pas le faire. »
    C’est une première attitude, celle qui entraine un comportement ‘moral’.
    Une autre est aussi de se foutre (plus ou moins) du regard des autres.
    Sans compter la troisième voie, exhibitionniste, qui consiste au contraire à s’exposer en y prenant plaisir.
    Sur la toile ou dans la réalité, l’humain reste le même, et la complexité des influences est la même: on se crée des règles pour vivre en société. Après quoi on les suit de manière rigide ou non. On les contourne, on s’en fout (avec les conséquences), ou on les bafoue. Et tout cela peut être vécu par plusieurs personnes enfermées dans chaque catégorie, ou par une seule en des moments différents.

  10. Des questions très intéressantes en effet.

    Il reste le problème que l’on n’a aucun moyen de faire retirer une photo que l’on n’a pas posté soi-même…

  11. « Il reste le problème que l’on n’a aucun moyen de faire retirer une photo que l’on n’a pas posté soi-même… »

    si, demander à celui qui a posté de retirer notre image car elle nous appartient. à la limite pour respecter le droit français toute photo publiée devrait être soumise à autorisation.

    les sites sociaux sont publiques et en ce sens tout doit être fait pour respecter la législation. le hic, c’est qu’elle diffère d’un pays à l’autre et en particulier ce qui concerne le droit à l’image.

  12. C’est vrai. Il serait de bon aloi de pouvoir retirer les photos sur lesquels nous sommes.

  13. @ Europium : alors là, vu la rigueur de vos contributions sur le net, je vous aurais décrit comme tout sauf angélique… vous imaginez bien qu’en cas de réponse négative il n’y a aucun moyen d’agir – et même si cela existait, il y aurait un délai mis à profit par la personne qui souhaiterait vous en « faire baver »… et ce n’est pas de la paranoïa, croyez-moi.

  14. @ florent
    moi rigoureux?

    plus sérieusement, je ne fais qu’exprimer le droit à l’image en fonction du droit français, c’est tout.. c’est peut-être simpliste, pas beaucoup appliqué mais c’est une réalité.

    sur un site social, a priori seul vos « amis  » peuvent publier des photos de vous et des fois sans en mesurer les conséquences. s’ils sont réellement vos amis ils pourront comprendre et retirer la photo , s’ils ne le font c’est qu’il y a un gros problème.

  15. @KPM
    Tu peux limiter la casse en enlevant le tag qui te désigne. Ca permet à ton réseau de ne pas retrouver la photo.

  16. @Sms : on peut contrôler la confidentialité des photos qu’on poste soi-même, pas celles que postent les autres. Si facebook permettait de contrôler avec la même finesse les informations que les autres diffusent de nous, il n’y aurait pas de problème de vie privée. Là, c’est, il est vrai, un peu comme un bureau en open-space : même si on veut fermer la porte on ne peut pas… vu qu’il n’y en a pas. Et ça a effectivement un côté totalitaire à ne pas négliger. On relira Hannah Arendt à ce sujet 🙂

    @europium : non, on n’a pas le « droit » de demander à faire retirer une photo de soi. Le droit français ne prévoit de faire cesser la diffusion d’une photographie qui nous représente que si l’on est capable de prouver qu’elle nous porte préjudice ET qu’elle n’est pas un acte public. En résumé : une photo de toi avec ta maîtresse sera interdite, une photo de toi en train de flâner dans un parc au lieu d’être à ton poste de travail sera interdite, une photo de toi en train de dégueuler sera interdite ; mais une photo de toi avec une pancarte « Soutien à Le Pen » dans une manif sera autorisée, et une photo de toi en train de danser un vendredi soir sera autorisée également…