La révolution passera par la remise en cause du système publicitaire

La désobéissance civile semble plus que jamais une alternative pour contrer la propagande de la société marchande véhiculée par le troisième média de France, la publicité. Ce samanche ont eu lieu de nombreuses révoltes dans toute la France, l’Europe et le monde. La situation ne peut plus durer, la démocratie est captive des marchés financiers et nous sommes traités comme de vulgaires marchandises dont le seul objectif dans la vie devrait être de consommer et de produire, surtout pas de penser. Toute remise en cause de ce système est dénoncé par ses gardiens comme « violent », « illégitime », « extrêmiste » ou « gauchiste » et donc forcément marginal. Mais la vérité, c’est que cela fait un moment déjà que le système est devenu anti-nous. La transgression de ses normes et de ses lois est un devoir éthique et civil que nous ne pourrions ignorer sans cesser d’être.

Le grenelle de l’environnement est un échec total qui a permis aux annonceurs de mettre toujours plus de publicité dans l’espace public et ainsi le privatiser encore un peu plus. Les rares affichages associatifs et libres sont réduits à des portions ridicules, cela nous montre bien où sont les priorités du système politique et son cadre idéologique qui pourrait se résumer à « Penser, non ! Consommer, oui ! ». Mais nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques, qu’ils soient socialistes ou UMPistes, ou des banquiers. La surconsommation est la norme, le gaspillage des ressources un passe-temps qui enrichit une minorité d’ultra-riches. Notre environnement crève sous nos yeux et nous ne faisons qu’aboyer alors qu’il faudrait mordre.

Le collectif des déboulonneurs s’est réuni pour les rencontres annuelles nationales à Lyon afin de faire un point sur leur action et repartir sur des bases renouvelées. La nécessité de l’existence du collectif des déboulonneurs est toujours aussi forte. La publicité et la société consumériste doivent être attaquées sur tous les fronts, nous ne pouvons nous permettre de baisser dans l’intensité de nos actions. Les déboulonneurs ont réalisé pour l’occasion deux actions à Lyon, l’une samedi soir et l’autre dimanche après-midi.

J’appelle tous ceux qui souhaitent prendre une part active au rapport de force contre la société consumériste à rejoindre les déboulonneurs et à participer à nos actions de réappropriation de l’espace public.

http://deboulonneurs.org

Les déboulonneurs sont actifs à Tours, Lyon, Paris, St-Quentin-En-Yvelines, Rouen… et peut être dans votre ville !

Dernière version du document de coordination national informel des révoltes françaises

Sauvegardé à 3h du matin environ.

Le document collaboratif étant victime de son succès, voici un deuxième moyen de le consulter.

25 mai 2011:

Bilan: Le mouvement s’amplifie et se structure. Une organisation se dessine petit à petit sur Paris et certaines grosses villes comme Toulouse, Nantes ,Lyon ou Rennes. Bon commencement pour les 1ers rassemblements de Bayonne,Nice, Clermont. Positif.

Lyon
autant de monde qu’hier grosso modo (environ 200 personnes)
début des rassemblements en commission pour discuter plus efficacement de sujets plus ou moins précis (extension du rassemblement, information/communication, logistique et cuisine en vue du montage prochain d’un camp permanent, économie, écriture, etc…)
on devrait se méler à une manif contre le racisme samedi et peut être essayer de rameuter la vélorution a notre auto-invitation à la fête des consulaires sur la place Bellecour.
on a décidé de mettre en place un mur d’info pour faire connaitre les autres mouvements contestataires du coin.
impression de quelques tracs et affiches d’information et début des tractages.

Paris:

Grosse Assemblée Générale. Entre 600 et 800 participants. L’organisation se structure petit à petit. Avons récupéré de l’argent grâce à une caisse de solidarité. Tractage dans les facs, métros etc pour faire de la journée de dimanche une grosse réussite! 

Une action « dying » sur la Place de la Bastille, franc succès, les passants étaient interpellés et s’arrêtaient.

Actions prévues pour la journée du 26/05: 

RDV 9h métro Porte de Clignancourt pour un tractage
RDV 18h Bastille pour les actions (notamment l’action dans les métros)…

19h réunion des commissions  (communication, logistique, action, France, Espagne, International, réflexion sur l’auto-organisation du mouvement)

Union des causes:
-Appel à participer à la manifestation anti-raciste de samedi
-Appel à participer à l’action massive contre la finance de jeudi 26 mai à la place de Rotonde (9h)

Décisions AG

Nantes
200 participants

Rouen
20 participants
Réunion Place du théâtre des arts.
Decisions sur le prochain rassemblement:
Distribution de tracts Vendredi 27, à la station de metro  Saint Sever à 17h.

Toulouse
250 participants
Création boîte à idées pour que ceux qui ont du mal à prendre la parole soient entendus, création « petits groupes de paroles »
Appel à une mobilisation en journée, et aux volontaires pour un campement permanent.
 nouvel article de presse       

Bayonne 
200 participants

Clermont-Ferrand
30 participants
Mouvement reconduit tous les jours à partir de 18h, au pied de la statue du Général Desaix (pour la webcam)
Camper pose des problèmes (enfants, boulot, et oui :)) / à voir quand il y aura du monde !
Présence d’un journaliste de La Montagne
Premiers affichages : http://is.gd/NJEaKh

Rennes
300 participants
mouvement reconduit tous les jours à partir de 19h et picnique samedi
camp dès demain (peut-être dès cette nuit)

Nice
Rassemblement effectué mercredi 25 à 20h Place Garibaldi
Nombre de participants : 30-40 personnes
Evènement particulier : lecture du manifeste
peu de monde :((c’est normal ça va venir, il faut persévérer!)

Pau
70 participants

Des nouvelles de la Bastille + proposition pour une coordination numérique nationale ce soir à 00:00

A chaque journée ses avancées. La journée du 22 mai a été particulièrement chargée puisque une trentaine de personnes ont dormis sur place la nuit de samedi à dimanche. Le rassemblement a commencé tôt, les commissions se sont réunis vers 15h jusqu’à 18h. Puis l’AG a eu lieux jusqu’à 22h environ avec une coupure d’une heure.

La différence avec les journées précédente, c’est l’implication des habitants permanent de France. Même si sur le réseau, médiatiquement, il paraissait que le mouvement sur le terrain émanait d’une volonté de faire changer les choses dans ce pays, en réalité sur le terrain les espagnols étaient mobilisés avant tout pour soutenir le mouvement qui a lieux en Espagne. Les espagnols ont poussés les habitants permanents de France à se prendre en mains et suivre leur exemple. Désormais le mouvement est hétérogène et un appel à mobilisation a été lancé.

Démocratie réelle, maintenant !

Depuis le début de la crise financière en 2008, nos gouvernants ont décidé de mettre à genoux les peuples au lieu de faire payer les banques. Les démocraties européennes ont été séquestrées par les marchés financiers internationaux. Nous sommes pris à la gorge par les plans d’austérité qui se multiplient partout en Europe. Le chômage a explosé et plonge dans la précarité et la misère des millions de personnes. La crise touche tout le monde. En France, alors que les profits du CAC 40 ont doublé, le chômage des jeunes atteint 25 %. En Espagne, c’est 40 % des moins de 35 ans qui sont sans emploi.

Face à cela, le peuple espagnol s’est soulevé. Depuis le 15 Mai, ce sont des dizaines de milliers d’espagnols qui occupent les places jour et nuit. Le mouvement Democracia Real Ya ! (Une démocratie réelle maintenant !) s’organise autour de deux axes de revendications : régénération démocratique du système politique et défense d’une politique sociale. Il s’agit d’une véritable mobilisation citoyenne totalement indépendante et autogérée.

Suite aux rassemblements de solidarité organisés par les Espagnols résidant en France, nous citoyens nous reconnaissons dans les aspirations du peuple Espagnol. Nous appelons chacun à devenir acteur de cette dynamique de changement. La révolte des pays arabes a traversé la Méditerranée. Le réveil du peuple espagnol envoie un message clair à tous les européens, à nous de saisir cette opportunité.

Face à cette oligarchie politique qui détient tous les pouvoirs, revendiquons la convocation d’une Assemblée Constituante pour rappeler à nos gouvernants que le seul souverain, c’est le peuple !
Face à la poignée d’ultra riches qui parasitent notre société, exigeons une nouvelle répartition des richesses !

Nous appelons donc partout en France à l’organisation de rassemblements et d’occupations pacifiques des places publiques. C’est en nous réappropriant l’espace public que nous déciderons ensemble des
revendications et des moyens d’action (culturels, artistiques, politiques et citoyens).

La seule limite à l’exploitation, c’est la résistance à l’exploitation !

Voté à l’unanimité par l’Assemblée Générale de Paris,
Place de la Bastille,
Dimanche 22 Mai 2010

Les dynamiques globales, européennes et nationales sont enclenchées. Nous nous attendons à une mobilisation de longue haleine, car le contexte n’est pas encore favorable à une occupation massive. Le boycott des médias de masses n’y est pas étranger , malgré quelques milliers de citoyens qui occupent les places publics à travers la France depuis deux jours. Nous avons pris la décision de nous réunir tous les jours à partir de 19h place de la Bastille au minimum, pour travailler au rassemblement. Les commissions sont ouvertes à tous. Si vous avez des idées d’actions, des projets… Venez, votre aide sera précieuse. L’idée c’est de faire comme en espagne. Créer un espace démocratique pour que toutes les sensibilités du pays puissent se retrouver et s’organiser pour faire émerger ses revendications.

Une grande manifestation aura lieux à Bastille le dimanche 29 mai à 14h, date anniversaire du Traité Constitutionnel Européen.

Nous sommes actuellement des petits rassemblements multi-localisés. Ce multilocalisme fait notre force car permet d’être au plus proche des citoyens, à condition que nous parvenions à mettre en place une coordination forte. Nous avons tous les outils pour cela.

Il sera proposé aux AG de Lyon, Bordeaux et Paris de nous retrouver ce soir pour échanger des informations et se coordonner sur le chan jabber #frenchrevolution à partir de 00:00. Donc si vous avez des infos ou que vous voulez des infos, venez les partager. Vous pouvez également proposer dans vos AG l’utilisation de cet outil et la rencontre nocturne.

 

Photos de la journée d’hier

La pub, Hulot et EELV

Suite au premier billet que j’avais écris le 13 janvier dernier intitulé « Nicolas Hulot, le candidat du greenwashing ? », il était impossible de faire l’économie d’un second billet maintenant que ce dernier semble disposé à construire un discours politique.

J’ai écouté son interview de déclaration de candidature sur terra éco, et je ne peux m’empêcher d’éprouver de la sympathie pour cet homme sincère. Sincérité est le premier mot qui me vient à l’esprit pour qualifier la candidature Hulot, dépolitisation est le second. Poursuivre la lecture

Faut-il supprimer la liberté d’expression aux publicitaires ?

La publicité est partout et propage des normes qui construisent les représentations. Afin de réguler l’expression publicitaire, l’ARPP valide les publicités ou non afin qu’elle ne heurte pas la sensibilité des personnes. En plus de l’ARPP, les associations, lobbyes et politiques qui défendent une cause particulière font pression constamment sur l’expression publicitaire afin de faire triompher ses intérêts particuliers. Que ce soit J-Y Ledrian qui porte plainte contre France Nature Environnement qui montre une plage Bretonne pleine d’algue verte, les groupes féministes comme chienne de garde contre Lise Charmel ou même les groupes masculiniste qui commencent à faire parler d’eux… Ce ne sont pas les exemples qui manquent, on pourrait continuer longtemps.

La publicité est un média, et comme tous les médias, la publicité doit pouvoir s’exprimer librement, quelque soit le message. Je ne jette  pas la pierre à ces associations qui ont raison de s’exprimer sur ces problématiques, car en effet, la publicité pose un réel problème de société. Mais ce n’est pas le contenu des messages le problème. Non, le problème est leur omniprésence et leur pouvoir coercitif. La publicité, et donc ses messages, s’impose à nous à cause de son format démesuré. Les panneaux de 4m par 3 ne peuvent être évités, fatalement, notre regard balais ces images immenses et nous absorbons, telles des éponges, les messages consuméristes. Ne parlons pas de ces bâches publicitaires gargantuesques, comme sur l’opéra Garnier, qui occupent et défigurent l’espace public. Désormais, des panneaux vidéos publicitaires apparaissent un peu partout en France, que ce soit à Paris ou en province. Le mouvement de l’image capte irrémédiablement l’attention du passant, qu’il en ait envie ou non, la source de lumière est un appel mécanique à s’imprégner du message.

La profusion de l’information dans notre société en pleine révolution est une chance incroyable d’accéder au savoir et à la connaissance. Seulement, on croule sous des tonnes et des tonnes d’infos  au quotidien que nous avons beaucoup de mal à digérer. Mais peut-on trier une information qui nous est imposée ? Bien sur que non. Pour relever le défis du tri de l’information, il est indispensable que  les messages non-sollicités puissent être ignorés. C’est le cas pour la publicité sur internet, il est possible de bloquer la pub avec des extensions de navigateurs comme « ad block plus ». C’est le cas aussi de la boite électronique où il est permis de qualifier un message de pourriel. Malheureusement, nous ne jouissons pas de moyens comparables pour faire le ménage dans l’espace public physique. La question se pose alors, quelle réglementation pour garantir la liberté d’expression des annonceurs, qu’ils soient marchand ou non, ET la liberté de réception des citoyens ?

La solution qui me parait la plus crédible et qui est portée par des organisations comme les déboulonneurs ou le RAP est la réduction de la taille des publicités. Si les publicités sont plus petites et qu’il est nécessaire de se rapprocher pour en saisir le message, alors elles ne sont plus imposées aux citoyens. Une réduction à la taille réglementaire de 50x70cm serait plus que la bienvenue et permettrait de désengorger nos rues d’informations non-désirées par le public.