Le troisième data hold-up de facebook est pour 2014

Après le « photocopillage » et le piratage, le data hold-up ? Mais que fait l’industrie de la culture pour protéger les  créations originales des contributeurs ?

Cruelle nouvelle pour les contributeurs d’instagram. Racheté par facebook en 2012 pour un milliard d’euros, le réseau social d’images annonce l’arrivée de la publicité sur sa plateforme. Les photos des contributeurs, créations originales régies par le droit d’auteur, vont être marchandisées sans autorisation préalable, en complète contradiction avec le droit national.

La pub est une prédatrice expansionniste par nature. Elle se nourrit toujours plus de nous, de nos données, de notre temps d’attention ET de nos créations afin de mieux capter le regard de nos ami-e-s.

Alors que l’industrie publicitaire coupe le « robinet » à pub pour assécher les vilains sites de téléchargements « illégaux » sur ordre de l’industrie culturelle, facebook s’apprête à renouveler  son data hold-up sur les photos des contributeurs d’instagram. Le contraste est saisissant, d’un coté le droit d’auteur en faveur de l’industrie culturelle est défendu avec vigueur par le gouvernement américain, de l’autre il est totalement piétiné par la machine publicitaire quand son principe profite aux contributeurs.

Cet état de fait montre, s’il était nécessaire, la domination complète de ces deux grandes industries dont les intérêts ne divergent plus et qui ont transformé l’internet en une prison-poubelle virtuelle. Les contributeurs sont à genoux en train de sucer les bites des actionnaires sans que ce besogneux travail ne leur rapporte un sous.

« Fuyez, pauvres fous ! », prenez vos cliques et vos claques et barrez vous d’instagram. Ne faites pas la connerie de rester et vous soumettre à nouveau aux conditions du mac facebook. En attendant, nous pouvons faire des galeries photos avec piwigo. Il y a de super applications pour ordiphone, c’est du logiciel libre, il y a un service en ligne sans publicité, alors que demander de plus ?

Banzai ! Faites passer le mot à vos ami-e-s et surfez couvert.

Le data journalisme au service des libertés du citoyen !

Le journalisme de données fait parler de plus en plus parler de lui ! En pleine campagne présidentielle, nous voyons de nouvelles applications fleurir ici ou là qui participent à une meilleure information du citoyen. Malheureusement, si les données exploitées sont la plus part du temps libre, le logiciel ne l’est souvent pas.

Un nouveau projet innovant d’open data et extrêmement utile socialement est sur le lancement, il se nomme Feowl et a pour objet de rendre transparent l’état des réseaux électriques. La première plateforme sera déployée au Caméroun. L’électricité première cause de la fracture numérique et de la censure en ligne, 80% des Camérounaises et Camérounais n’y ont pas accès de façon régulière.

Internet Sans Frontières, Journalism ++, Tesobe et Wasamundi prennent une part active dans ce projet dont le logiciel sera publié sous licence libre. L’idée est de permettre aux Camérounais d’envoyer des informations facilement sur l’état du réseau et de matérialiser son état par des cartes, graphes et statistique. Le tout en temps réel et publiquement afin de pousser les pouvoirs publics à moderniser le réseau !

On peut penser à un tas d’autres applications pour d’autres réseaux ou d’autres zones géographiques. D’où l’intérêt que le code source soit ouvert aux quatre vents et que la communauté du libre soit encore un peu plus riche et fournie.

Pour que ce projet puisse prendre corps, Feowl doit remporter le concours de la Knight Fondation. Actuellement en seconde position sur plus de 80 concurrents, Feowl a de bonnes chances de l’emporter s’il dépasse l’actuel premier en terme de visibilité. Le projet a jusqu’à 2:00 am pour parvenir à ce résultat ! Et c’est possible avec votre soutien !

Pour ce faire, rendez vous sur la page du projet et désactivez votre Ghostery ou extensions anti-traceurs deux minutes, puis cliquez sur le « like ».

Ou bien sur le cœur en haut si vous possédez un compte tumblr ou que vous voulez en créer un pour l’occasion (3 clics 😉 ).

 

Débat « Surfons libre », le samedi 4 février après midi !

 

Réservez votre 4 février après midi pour une convergence maximale des luttes ! Surfons libre. Nous débattrons notamment des alternatives libres aux services de google& co. Ça causera auto-hébergement à n’en pas douter 🙂

————-

Après-midi de débats surfons libre
Le Samedi 4 février de 15 à 18h
Au Moulin à Café, 9 Pl. de la Garenne
Paris 14ème , M° Pernety

Au programme:

Présentation de l’idée du Collectif Surfons Libres – Surfons libres c’est l’idée de faire dialoguer les organisations et citoyens qui défendent un Internet libre ! – 15 minutes

Les services en ligne à la solde des publicitaires ? Surfez couverts ! (Avec l’association Résistance à l’Agression Publicitaire)
15 minutes + 25 minutes débat

Plate-forme de mobilisation citoyenne en ligne pour la protection des données personnelles (Avec Internet Sans Frontières)
15 minutes + 25 minutes débat

Débat citoyen et libre sur les alternatives aux services non respectueux des données personnelles et logiciels propriétaires
40 minutes

La constitution d’un collectif SURFONS LIBRES, collectif d’individus et d’organisations pour la défense d’un Internet libre
30 minutes

Un Internet libre et accessible pour toutes et tous c’est possible !

TrueBlock Plus: Qui peut le plus, peut le moins !

Et voilà, il n’aura pas fallu bien longtemps pour voir une fourchette de l’excellent Ad Block Plus se mettre en place après l’horrible mise à jour… True Block Plus est dans la place de Mozilla et les commentaires sur l’initiative de Éric Bishop, le mainteneur, sont plutôt positifs. Son initiateur affirme ne pas vouloir, pour le moment, un développement parallèle mais seulement conserver les acquis sans cette case à cocher étrangement inutile qui laisse passer certaines pubs. Ce dernier appelle aux dons, mais pas pour lui, pour le projet Ad Block Plus. Je ne peux m’empêcher d’y voir une certaine ironie, voire un message caché, qui pourrait être « Si tu veux du fric, on va t’en donner, mais s’il-te-plaît ne prostitue pas cette belle extension aux pubards ! ».

Poursuivre la lecture

Je quitte facebook

Après quatre ans d’activité sur Facebook, j’ai décidé de quitter ce service dans moins d’une semaine, de récupérer toutes mes données personnelles et les faire supprimer du serveur de l’entreprise. C’est avec un peu de tristesse et dans un certain esprit de sacrifice que j’ai pris cette décision il y a quelques mois de cela. Depuis quelques années – ceux et celles qui me suivent sur le réseau social ont pu le constater – le nombre d’informations mettant en garde les utilisateurs contre Facebook, à tous les niveaux, va croissant. Le plus inquiétant et le plus palpable est sans doute le problème de la maîtrise des données personnelles de l’utilisateur. Malgré des initiatives dont le but premier est de rassurer les utilisateurs et les marchés financiers en vue d’une entrée en bourse imminente, Facebook reste un espace d’insécurité numérique où l’internaute est à la merci d’une seule logique : récolter toujours plus vos données personnelles et augmenter toujours d’avantage leur caractère publique.

Poursuivre la lecture

Faut-il initier un fork de Ad Block Plus ?

Ad Block Plus annonce qu’il ne bloquera plus toutes les publicités. L’extension phare de firefox vient de remettre en question l’utilité de sa vocation. Il fallait le faire et ils l’ont fait… Serait-ce dus à irrésistible pression de google, principale financeur de mozilla firefox ? La communauté serait-elle arrivé à la conclusion que la publicité présenterait un intéret pour l’internaute ? Queneni !

L’argument avancé est l’argument du pire: « Un peu de publicité c’est bien pour faire vivre les petits sites ! ». Tout le fatalisme d’une pensée dominante résumé en une seule petite phrase TINA « There Is No Alternative ». Poursuivre la lecture