La Liste Participative Guyancourtoise propose à tous de choisir sa tête de liste

C’est une première à Guyancourt, la liste décidons ensemble à Guyancourt organise le mardi 5 novembre 2019 prochain un événement public accessible à tous dont l’objet est de choisir la tête de liste.

Après de nombreux ateliers publics organisés tous les mois depuis un an pour construire collectivement le programme, ce processus d’habitant-e-s exemplaire démontre par les actes qu’une gestion municipale directe est désirable et possible.

Création collective du programme

Cet événement majeur proposera une méthode de désignation sur le principe de la coopérative municipale, un-e habitant-e = une voix. Chacun-e compte et chacun-e est la ou le potentiel-le tête de liste. Le choix se fera lors de l’événement.

La dimension public de l’événement n’est pas anodin et tranche avec toutes les autres listes pré-senties.

  • Rudolph Bari, Vicynois de droite fraichement débarqué à Guyancourt s’est auto-déclaré candidat dans nos boites aux lettres.
  • Grégory Pape, choisi par le parti d’Emmanuel Macron, LREM.  Y-a-t-il quelque chose à ajouter ?
  • François Morton, désigné par l’équipe municipale sortante qui se coopte depuis l’élection de Roland Nadaus en 1983.

Alors, outre le programme extrêmement important, qu’elle légitimité démocratique allez vous choisir ? Celle de l’homme seul ? Ou bien peut-être celle du parti ? Ou bien encore celle de la continuité de gestion ?

Une autre option est possible ! Le choix de la légitimé par la décision public et ouverte. C’est une autre paire de manche mais ça en vaut la peine !

Quand toutes les autres listes ont opté pour une forme de choix privatisé, accessible à un cercle restreint, Décidons Ensemble à Guyancourt alias « La Liste Participative » ose le choix publique par l’élection sans candidat.

Cette méthode de désignation inclusive favorise les personnes habituellement plus timide qui n’osent pas se mettre en avant et contraint les « grandes gueules » à faire un retour sur eux même et se poser la question : « à part moi, qui verrais-je en tant que tête de liste ? ».

Exercer le pouvoir dans l’optique de le partager ne nécessite-t-il pas avant tout un décentrage de soit au sein du collectif ?

Voici un petit aperçu du processus en vidéo.

En venant participer le mardi 5 novembre à 20h30 à Yves Montand, le seul risque que vous prenez, c’est le risque d’être surpris.

La ville coopérative que je défend avec bien d’autres habitant-e-s depuis plusieurs années pourrait bien prendre racine ce mardi 5 novembre 2019. Il ne pourra plus jamais être dit qu’il n’est pas possible de prendre des décisions en ouvrant à tou-te-s les habitant-e-s la délibération.

Ce sera nécessairement la première victoire d’une longue série !

En route vers l’urbanisation !

Madame Marie-Christine Letarnec est très fière de militer pour l’urbanisation des terres agricoles ! Plutôt que de défendre un projet de petite desserte qui limiterait l’expansion urbaine et la délocalisation des travailleurs, madame Letarnec est dans une autre optique que Guyancourt autrefois qui luttait contre la RD36 et la A126.

Il n’y a pas de doute, le lancement d’un tel projet relancerait la consommation d’espace agricole sur la zone dans un contexte où la relocalisation de l’alimentation et du travail est indispensable pour répondre à l’urgence climatique.

De l’AN à la petite minière: Plus que quelques heures pour bloquer le glyphosate !

Aujourd’hui à 16H les députés choisiront les amendements qui peuvent sauver notre agriculture et la biodiversité. Mais pour cela faut-il encore qu’ils fassent le bon choix. L’amendement qui propose de mettre fin au glyphosate d’ici trois ans a été évacué par le conseil économique. Il est encore temps de faire pression pour qu’il revienne dans la proposition de loi en interpellant les députés.

Interpellez directement vos députés sur la question du glyphosate

L’action nationale est essentielle pour changer l’environnement dans notre lieu de vie et beaucoup d’autres. On le voit, malgré la bonne volonté des habitants des territoires, il est difficile de changer les habitudes des agriculteurs en conventionnels complètement intoxiquer par les méthodes petro-chimique.

Chez moi, sur la petite minière par exemple, malgré les mouvements citoyens et la bonne volonté de certain-e-s elu-e-s de la majorité, l’agriculteur locale poursuit ses épandages de pesticides réguliers au mépris de l’avis des riverains. Angluer dans les contraintes économiques de l’endettement lié à l’investissement dans les machines, ce gros exploitant qui pense avoir tout à perdre dans le changement d’agriculture ménage ses efforts tout en gardant un discours ouvert par rapport aux changements de méthodes.

Sans loi contraignante et de plan de financement de l’adaptation par l’état cet exploitant comme tant d’autres resteront pour encore des décennies dans une logique d’assechement du sol et du vivant pour assurer sa propre survie économique. Si l’exploitant a ses responsabilités, l’état aussi. La PAC et les méthodes intensives petro-chimique ne font qu’un et l’ensemble des incitations ont conduit à la voix de garage que nous connaissons.

Malgré l’implication des habitants et de la collectivité locale rien ne pourra bouger à Guyancourt et partout ailleurs en France si l’interdiction du Glyphosate passe à la trappe.

Interpellez directement vos députés sur la question du glyphosate

Le maire de Guyancourt inaugure l’année 2017 sous le signe de la Ryder Cup

Le choc de compétitivité aura lieu à Montigny-le-Bretonneux ! Après Michel Laugier et son vélodrame national, Marie-Christine Letarnec célèbre un sport « ô combien populaire » chez les professions libérales, Le Golf !

Voici une photographie très connue du célèbre sociologue Pierre Bourdieu représentant les centres d’intérêts de la population Française en fonction des catégories sociaux professionnelles.

espace_social_de_bourdieu-svg

Nous pouvons observer que le golf occupe une place de choix pour les catégories sociales les plus élevées. Pour les non initiés cela ne signifie pas que toutes les professions libérales adorent le golf mais que si tu es profession libérale tu auras plus de chances d’aimer le golf que si tu es professeur du secondaire.

Marie-Christine Letarnec qui était « Cadre privé » a donc plus de chance d’aimer le golf qu’un instituteur par exemple.

Et dans ce contexte précis, qu’est-ce que cela nous dit ? Que peut-être, Marie-Christine Letarnec veut être la femme de la « Synthèse » et s’adresser aussi à l’électorat de droite Guyancourtois.

Ça me rappel un certain Benoit Hamon qui a déclaré hier vouloir concilier Macron et Mélenchon… Tout en souhaitant convoquer « un puissant imaginaire de gauche »…. « On aura Marine Le Pen si la gauche ne projette pas un imaginaire puissant » a-t-il dit à Reporterre.

Tout un programme !

Une municipalité de Guyancourt qui s’affiche à l’ancienne ?

marie-christine-le-tarnec1_largeLa rituelle propagande municipale visant à donner un « visage » à Guyancourt a reprise. Le traditionnel Guyancourt Magazine porte à connaissance des Guyancourtois-es le visage de la nouvelle personne qui est garante des orientations de la municipalité et personnalise le pouvoir.

Le « Allo madame le Maire » a pour nouveauté  de masculiniser le féminin en refusant l’évolution des règles orthographiques proposée par les courants féministes, pourtant majoritaire dans la population jeune éduquée.

Cependant il est juste de respecter l’auto-détermination de chacun-e et donc d’utiliser « Madame le Maire de Guyancourt ». Poursuivre la lecture

Guyancourt : Agir avec goût pour éviter l’emballement climatique

La faiblesse des accords de la COP21 renforce l’hypothèse d’un emballement climatique lors des 5 à 10 prochaines années. La barre des trois degrés de réchauffement planétaire risque d’être dépassée et l’inaction des états face aux grands pollueurs favorise le processus. De cette urgence est née début octobre 2016 une nouvelle organisation Guyancourtoise agissante, l’Assos’REGAL.

Durant l’été 2015, Guyancourt a vu naître un collectif de citoyen « La Minière Maraîchère » afin de prévenir la bétonisation de la petite minière autour des étangs. Un an plus tard, un rassemblement d’initiatives pour une agriculture saine et durable s’est constitué au sein de L’Assos’REGAL. L’organisation propose de changer la vie quotidienne par l’action festive et l’animation de circuits courts.

« Avec le goût, ça change tout», c’est le slogan de la nouvelle association Guyancourtoise. L’association anime notamment une AMAP de quartier tous les mardis soir. De délicieux légumes biologiques toutes les semaines à prix très raisonnable, ça change la vie !

La petite minière, à deux pas de l’AMAP de l’association, est régulièrement arrosée de pesticides et d’engrais chimiques pour produire colza ou blé. Une situation qui déplaît de plus en plus aux riverains à proximité : la municipalité s’est engagée à mettre en place sous deux ans sur 6 à 7 hectares de l’agriculture biologique en chantier d’insertion. Une nouvelle bien accueillie par L’Assos’REGAL qui rappelle néanmoins qu’il y a 18 autres hectares d’agriculture conventionnelle à proximités qui risque de contaminer les futures parcelles biologique.

L’agriculture est le secteur mondial rejetant le plus de gaz à effets de serres (24 %) et plus d’un quart de ces rejets sont issus des engrais de synthèses de l’agriculture conventionnelle et de la déforestation (sources). La conversion de la parcelle en agriculture biologique représenterait une contribution importante des Guyancourtois au combat contre le réchauffement et participerait à la prospérité économique de la ville. Cela éloignerait encore davantage la petite minière d’un scénario catastrophe de bétonisation.

http://lassos.regal.bio

contact@lassos.regal.bio

François Deligné, plus de 14 ans au service de Guyancourt

DSC_2604

Enfin, c’est officiel. Cela semble long et pourtant c’est la durée pendant laquelle François Deligné a exercé la fonction de maire à Guyancourt. Son mandat a été renouvelé à trois reprises par les électeurs 67,24%(4675 voix) en 2001, 73,14% (6278 voix) en 2008, 67,74% (5 949 voix) en 2014. C’est évidemment beaucoup trop long pour un seul homme, aussi bien sur le plan personnel que démocratique, mais l’engagement doit tout de même être salué pour le dévouement.

La campagne de 2014 a manqué de clarté sur le désengagement de sa position de maire qui intervient en cours de mandat, cette volonté aurait été connue très tôt selon certains, néanmoins il ne démissionne pas pour autant et reste en position de conseiller municipal. Peut-on vraiment considérer qu’il y a rupture d’un engagement public ? Poursuivre la lecture