Les écrans publicitaires d’Epinal en passe de devenir un enjeu national

La grogne contre les écrans publicitaires progresse de jour en jour à Epinal et partout en France.

A l’initiative de Résistance à l’Agression Publicitaire un appel national a été lancé pour une mobilisation d’opposition aux écrans publicitaires. Les écrans sont de plus en plus nombreux dans nos villes et l’industrie publicitaire a d’ores et déjà massivement investi pour coloniser nos rues.

Si dans une ville comme Épinal, des écrans publicitaires peuvent tranquillement venir harceler les habitants et mettre en danger de mort les usagers de la route, alors plus aucune ville Française n’est à l’abri. Pour notre tranquillité d’esprit, l’éducation de nos enfants et au nom de l’émancipation collective il nous faut réagir. Ces machines ne sont pas seulement des machines à fric, ce sont aussi des camisoles mentales qui dressent un mur invisible entre notre vie quotidienne et notre liberté de conscience. Agir contre les écrans publicitaires c’est aussi une lutte symbolique contre le capitalisme financier triomphant et dévastateur qui a presque investi tous les espaces visuels de notre quotidien. Contre la servitude mentale, pour la liberté de réception, ce combat est d’avant garde et il nous faut user de tout notre poids pour nous libérer des chaines qui tiennent nos esprits sous anesthésie.

Je vous invite à participer aux mobilisations du 26 avril qui, je l’espère, provoqueront une contagion de la contestation contre les écrans publicitaires !

10289802_756597087707614_3853401277133332341_n

Les écrans publicitaires décolorent l’image d’Epinal

Épinal_-_Cendrillon_12-gPas moins de dix écrans publicitaires géants ont été posés dans la ville d’Épinal. La municipalité d’Épinal sous l’impulsion du maire Michel Heinrich a investi dans la startup EVEACOM qui a pour projet de vendre le temps d’attention des habitants. C’est la première fois qu’en France une municipalité s’engage de façon aussi significative dans la colonisation de l’imaginaire de ses propres habitants !

Comment est-il possible qu’une ville de taille moyenne de 30 000 habitants ait pu être envahit par le support publicitaire le plus coercitif du marché ?

Le Règlement local de publicité a été court-circuité. En effet, le maire a fait passer ces écrans publicitaires pour du mobilier urbain, et donc le RLP ne s’applique pas… Grande faille de la loi nationale, cheval de Troie de JC Decaux, ce dispositif permet aux afficheurs d’organiser le bourrage de crâne sans que nous ayons notre mot à dire. Poursuivre la lecture

Qui s’opposera à l’invasion des écrans publicitaires ?

 

Mais que fait le politique face à la déferlante des écrans publicitaire ?

Les écrans publicitaires continuent de se répandre à travers le monde. En 2012, pas moins de 12000 écrans avaient été installés par la seule entreprise JCDecaux. Le lobbying forcené de JCDecaux[1] auprès des politiques, notamment dans le cadre du Grenelle 2, montre que les écrans publicitaires sont sa principale source d’expansion pour les années à venir. Sans résistance, le temps d’attention de l’individu sera encore d’avantage sollicité par la grande industrie.

L’invasion est mondiale, à Chicago des écrans publicitaires pouvant faire jusqu’à 111 mètres carrés ont été installé en 2013. São Paulo, la ville  brésilienne renommée comme sans pub, a commandé à JCDecaux 1000 horloges numériques publicitaires. A Shangaï, le leader mondial a décroché l’exclusivité de l’exploitation publicitaire du métro et totalise 38 000  surfaces numériques de différentes tailles sur 12 lignes.

En France, c’est au mois de décembre 2008 que les premiers écrans publicitaires sont apparus dans le métro parisien. Moins de trois jours plus tard, les premiers signes de contestation étaient déjà visibles. Depuis, les actions de rejets par les usagers se succèdent. Pourtant les écrans publicitaires sont de plus en plus nombreux dans le métro Parisien, plus de 1200, dans les gares SNCF des grandes villes de France (Paris, Lille, Toulouse, Orléans…etc), et même quelques uns dans la rue, comme c’est déjà le cas à Niort ou Dijon par exemple.

A St-Quentin-En-Yvelines, le centre commercial Hammerson projette d’en installer sur les voies piétonnes. Chaque St-Quentinois est invité à venir participer à la mobilisation samedi 23 novembre à 10h30.

Le politique s’efface au profit des intérêts des industriels. Le Grenelle 2 a assoupli la loi et la réglementation encadrant les télévisions publicitaires : leur statut est désormais reconnu et différent de la publicité lumineuse ; la taille des écrans peut aller jusqu’à 8 m² – soit 4 fois la taille des écrans du métro parisien. La reculade ne fut guerre surprenante de la part d’un gouvernement sarkozyste, le gouvernement socialiste n’est pas en reste.

Dans le cadre du projet de loi sur la consommation, le ministre Benoît Hamon ne semble pas plus enclin à freiner l’expansion des écrans publicitaires. Dans la séance du 13 septembre, en réaction à un amendement porté par le sénateur EELV, Joël Labbé, sur l’interdiction des écrans publicitaires, le ministre de la consommation a estimé qu’il ne fallait pas mettre en péril l’investissement de l’industrie publicitaire mais qu’il faudrait tout de même éteindre les écrans la nuit.

Plus rien désormais, ou presque, ne s’oppose à l’expansion sans limite des écrans publicitaires dans l’espace public. C’est au nouveau ministre de l’écologie, Philippe Martin, que revient la charge de protéger nos paysages et l’environnement de l’agression visuelle ainsi que la surconsommation énergétique des écrans publicitaires.

Résistance à l’Agression Publicitaire démarre sa campagne de mobilisation contre les écrans publicitaires le 23 novembre. Il est important d’y participer. La seule limite à l’expansion des écrans publicitaires, c’est nous !
[1] 1 juin 2011- Canard Enchaîné – Ça vole bâche
people of europe

people of europe

Retour sur les JDE: Internet, publicité et gratuité

Journée d'été EELVTrès bon atelier ce matin avec Charlotte Nenner, Sandrine Bélier, Khaled Gaiji, moi ainsi que toutes les personnes présentes dans la salle aux Journées d’été de Europe écologie les verts à Marseille.

J’étais attentif, malgré ce que la photo laisse paraitre 🙂

Ce que j’en retiens, la gratuité d’une grande partie du web n’est qu’apparente, nous échangeons le droit d’accès contre notre temps d’attention et nos données personnelles. Un consensus s’est dégagé entre les intervenants sur l’importance d’une liberté pour le récepteur d’information afin d’éviter une domination suprême de l’émetteur dans tout processus de communication, et plus particulièrement dans le cas de la publicité sur internet, de protéger par défaut l’internaute de la récolte des données personnelles ET de la pollution visuelle qui détourne notre attention, surcharge nos pages, gaspille l’énergie.

Merci aux EELV pour les échanges passionnés et la conscience développée sur ce sujet, poursuivons nos engagements.

Pour vous protéger de la publicité sur internet, une seule adresse, surfezcouvert.net et adhérer à Résistance à l’Agression Publicitaire.

A faire tourner !

Vous pouvez écouter une partie des échanges en audio (.flac) (1h)

Internet, publicité et gratuité

logo2

Je serai aux journées d’été de EELV pour participer à l’atelier de Résistance à l’Agression Publicitaire: « internet, publicité et la gratuité ».

 VENDREDI 23 aout au JDE EELV DE MARSEILLE, DE 11H30 A 13H – LSH 205

Parce qu’un internet gratuit ne peut pas vendre nos données ou notre attention, explorons ensemble les modèles économiques réellement gratuit.

Internet, la publicité et la gratuité Free, bloquant la publicité, a déclenché une tempête dans le monde d’internet et des médias, qui dépendent de la pub. Internet a-t-il vocation à vendre du temps de cerveau disponible ? Y a-t-il des modèles internet et médias sans pub ? Comment se protéger de la pub sur la toile ? Animation : Charlotte Nenner. Avec : Sandrine Bélier, eurodéputée ; Antonin Moulart, animateur de la campagne « Surfez couverts » ; Khaled Gaiji, co-président de l’association RAP (Résistance à l’Agression Publicitaire).

Quelques liens

Voici une tribune de RAP sur le sujet publié en janvier dernier.
Quelques articles que j’ai écris sur le sujet cette année:

Et le guide internet que nous entretenons : surfez couvert

En espérant vous y voir 🙂

Il y aura également:

Affichage publicitaire : que peut faire l’Etat ? et la Mairie ?

LSH 206 de 16h à 17h30 le vendredi

Après les reculs du Grenelle, il est possible pour le gouvernement d’agir et de lancer une grande réforme pour réduire la pub. Les municipalités aussi peuvent agir, en instaurant des règlements locaux de publicité ambitieux.

Avec : Charlotte Nenner et Khaled Gaiji, Co-présidents de l’association Résistance à l’Agression Publicitaire ; Pierre-Jean Delahousse, président de l’association Paysages de France.

Emergence des mouvements sociaux multi-situés, vers une révolution universaliste pour dégager les oligarques ?

We-are-the-99-percent_Occupy-TogetherLes femens sont rentrées chez elle après plusieurs semaines de détention dans une prison Tunisienne. Inna aura beau dire ce qu’elle veut, l’action des femens à Tunis en soutien à Amina a été mal mesurée.. Les femens se considèrent comme des soldats, mais un bon général ne sacrifie pas ses troupes pour la gloire. Bien que l’objectif stratégique du groupe d’activistes demeure nébuleux, l’ennemi idéologique est lui bien identifié: la religion et le patriarcat. Les femens considèrent les religions comme un ennemi universel assurant la domination masculine sur l’ensemble de l’humanité. Dans bien des cas, il est difficile de leur donner tort sur ce constat.

Le mouvement se déploie mondialement dans des contextes locaux parfois inattendus et il répond à une nécessité en même temps de construire socialement cette même nécessité localement. L’action directe symbolique sort du territoire par l’intermédiaire des médias de masse et de l’internet, générant tout un tas de propagande et de contre-propagande, elle installe le débat dans des sociétés qui ne perçoivent pas l’événement de la même façon. L’enjeu est l’opinion mondiale.

Laissons les Femens un instant. Mais où est le pouvoir aujourd’hui ? Au niveau national ? Y a-t-il seulement une poignée de naïfs pour le croire ? Peut-on encore concevoir des politiques nationales alors que l’information produite d’un bout à l’autre du monde est accessible sur l’inter réseau au même moment ? Avec la disparition de l’état providence et l’affaiblissement de l’état nation, la séparation entre le pouvoir politique et la nation est actée. Les évolutions techniques ont mis en réseau une partie non négligeable de l’humanité et la diffusion des idées est de moins en moins rattachée au territoire géographique.

La socialisation et la construction des mouvements sociaux ne se fait plus uniquement à l’échelle territoriale et c’est une bonne nouvelle car la clique de décideurs qui dicte multilatéralement le mode de vie des peuples est organisée depuis plus de cinquante ans à l’échelle mondiale autour d’une même idéologie.  Sans doute peut-on remonter à bien avant, car la possibilité de nouer des alliances au-delà des frontières a toujours été un symbole de puissance.Les mariages de la noblesse au cours du premier millénaire étaient déjà un réseau organisé à l’échelle mondiale ou au moins européenne. Les cours de rois européennes étaient de véritables auberges espagnoles de la noblesse.

800px-Occupy_London_Tent

Je dis bien au niveau mondial et non au niveau international. L’internationalisme est une conception politique où les frontières ont encore un sens et les nations parlent entre elle parce que les pouvoirs nationaux existent. Qu’en est-il aujourd’hui ? Le mondialisme est né une première fois avec l’accélération des flux de capitaux, de marchandises et de personnes. Peut-être est-il en train de naître une seconde fois avec la création d’un territoire informationnel mondial que l’on appelle internet, enjeu de toutes les luttes de la part des états, le lanceur d’alerte Edward Snowden en fait les frais.

On l’a vu avec « occupy » et les indignés ou encore Anonymous, la mise en réseau par le biais de l’internet donne naissance à des mouvements politiques multi-situés. Partageant une même doctrine, les membres d’un mouvement peuvent se situer dans n’importe quel pays presque indépendamment du contexte culturel géographique.

Pour en revenir aux femens, les cas d’Amina (Tunisie) ou Aliaa (Egypte), sont saisissants en raison du décalage entre l’acte politique de la jeune femme et le contexte culturel de son territoire. Bien sûr, la révolution Tunisienne est passée par là et a permis aux esprits de se libérer d’un certains nombre de carcans mais la jeune femme s’est tout de même heurtée aux conservatismes de la culture locale qui reste très influencée par l’interprétation religieuse. Les deux européennes qui sont venues se « sacrifier » en soutien à Amina montre à quel point l’espace politique national parait désuet aux yeux de ses jeunes femmes. Certains pourront arguer que leurs actes sont teintés d’intention colonisatrice, il me semble pourtant que les femens ont démontré par leurs diverses actions dans le monde qu’il ne s’agit pas seulement d’un truc d' »occidental ».

  579836_des-militantes-du-groupe-feministe-femen-a-berlin-le-4-avril-2013

La religion musulmane s’exporte d’ailleurs très bien et est elle aussi multi-située à l’image des mouvements sociaux à vocation universaliste. Les vidéos de propagandes sont légion et traduites en toute les langues, il est très facile pour n’importe qui ayant une sensibilité sur le sujet d’accéder à ces vidéos de prêcheurs, parfois déjantés, et de se laisser embrigader.

Les revendications des groupes multi-situés universalistes vont souvent être ressenties comme une agression culturelle quand ces dernières sont idéologiquement trop décalées par rapport au contexte local, elles vont parfois favoriser des mouvements de réactions d’une grande intensité. Les critiques ont jasé sur les femens aussi bien chez les conservateurs Français que dans les groupes religieux du monde entier. Mais une petite graine va tout de même être semée dans ce terreau hostile, et les vents de l’histoire sont imprévisibles, qui peut dire si ce futur arbre ne va pas être capable de s’enraciner ?

Cela fait déjà un bon moment que la propagande des trans-nationales sévit dans les pays du monde entier, par le biais de la publicité notamment et les médias de masse (qui vivent de la publicité), mais aussi par des jeux d’influences subtiles et complexes qui ont uniformisé un certain nombres de valeurs, pour le pire comme pour le meilleur. La première critique que l’on a fait à la « mondialisation », à raison, est l’uniformisation du monde et la destruction des cultures locales. Un grand exemple de réussite au Mexique où le coca-cola est devenu la substance d’un rituel religieux…

Deboulonneurs_23-12-06-500x375

La propagande domestique l’opinion en prescrivant des représentations et des comportements à la population locale, ainsi les grandes industries s’installent et prospèrent en transformant leur produit en un élément de la culture locale. Ce phénomène savamment orchestré par les oligarques a une réalité mondiale et un individu ou un groupe quel qu’il soit qui n’aurait pas accès à l’inter-réseau pâtirait d’un manque informationnel certain certains pour être en mesure d’analyser ce rapport de domination.

6137-000082

40 % du budget mondial de la publicité représente 64 annonceurs, 64 décideurs économiques qui vont décider de ce que la population mondiale va recevoir comme messages au quotidien. Qui plus est des messages qui vont s’imposer directement à l’opinion sans intermédiaire et sans traitement critique ou débat. Il n’y a pas façon plus efficace et autoritaire de forger les représentations et gagner l’opinion… Sans compter le fichage généralisé que le système publicitaire s’est acharné à mettre en place ces dix dernières années par l’intermédiaire des cartes de fidélités ou des services en ligne.

Ce système publicitaire dévoué aux oligarques a une conscience de nous qui sommes plusieurs milliards d’humains que nous n’avons pas d’eux qui ne sont qu’une poignée. Surveiller les surveillants, détourner leurs vecteurs médiatiques et débusquer les contre-vérités est plus que jamais un impératif en vu d’amorcer un cadre informationnel propice à un  changement idéologique mondial.

logo2