dans Non classé

« Aucun sytème n’est invincible »

« Car les balles se perdent dans l’Histoire, mais les écrits restent.
Voilà pourquoi on traque l’esprit qui ne retourne pas sa veste.
Aucun système n’est invincible,
Au même titre que l’homme qui s’élève et devient une cible… »

Nous ne nous laisserons pas faire.

free music

« Une nouvelle fois bloqués par des questions restées sans réponse.
 » Le futur que nous réserve-t-il ? « 
Ce n’est pas après un album que l’on renonce.
Non, non, non Assassin n’en est vraiment pas là,
Chaque mot, chaque note résonne et résonnera.
Au dessus des lois,
là où se trouvent les forces vives du prolétariat.
Car l’on glisse aujourd’hui en l’honneur, des Droits de l’Homme traduits par la liberté d’expression.
Trop d’hommes, trop de femmes pourrissent en prison.
Pour leurs idées à vocation humanitaire,
Il n’est pas rare de finir nu entre 4 murs sous un régime totalitaire.
L’absence de relations, aucune communication,
Les conditions de détention pour les révolutionnaires en action
Sont souvent dramatiques.
Mais même si le corps est enfermé, l’esprit est en fuite.
Parfois un poème suffit, pour se faire enfermer à vie .
Demande à Nguyen Chi Thien au Vietnam, il en a écrit des tonnes,
30 ans de prison devraient certainement suffire pour écrire plusieurs tomes.
La foi en ses idées permet,
De subir les pires tortures, enfin, il paraît.
Certains sont morts tous les os brisés pour une idée sur un papier.
Où nos droits s’arrêtent, où nos droits commencent ?
L’encre coule pour les honneurs, mais trop souvent, c’est la sentence.

En Chine, les étudiants de la place Tien An Men,
Se sont fait assassiner, même sentence au Vietnam pour un poème.
En Syrie, au Maroc, en Malawi.
Tu critiques ton gouvernement en prison tu pourris.
Au Nigeria, tu voles c’est la mort.
Même sentence en Iran si tu dis que le pouvoir a tort.
Où est passée la liberté d’expression ?
J’écris contre l’oubli, mais ça ne reste qu’une chanson.
En France, la justice est une chienne.
Au Etats-Unis les indiens sont parqués comme des hyènes.
Où est passée la liberté d’expression ?
J’écris contre l’oubli, mais ça ne reste qu’une chanso.

Assassin garde sa position consciente,
Trop de prisonniers politiques sont enfermés en attente
D’être jugés, d’autres n’ont pas cette chance;
Ils se sont fait shooter pour leur liberté.
Comme j’ai le droit, comme la loi me soutient cette fois.
Je parle, je m’arme, je transforme mes larmes;
En rimes, en textes, en musiques tranchantes comme une lame.
Pour les hommes, les femmes enfermés pour leurs idées,
Chaque nation a ses moyens de répression pour stopper net.
Les courants qui alertent notre intellect.
Une plume qui vacille sur le papier,
Peut-être plus dangereuse que n’importe quelle armée.
Car les balles se perdent dans l’Histoire, mais les écrits restent.
Voilà pourquoi on traque l’esprit qui ne retourne pas sa veste.
Aucun système n’est invincible,
Contrairement à l’homme qui s’éléve et devient une cible…
Mais même au milieu des montagnes,
L’aigle prend son envol, mais garde sa vision des rases campagnes.
L’émanation des mouvements contestataires,
M’amène à penser que la crise est une chose positive,
Elle plonge l’ordre dans le désordre de façon active.
Afin de trouver des solutions;
Obéir à une doctrine ne peut que découler sur une révolution .
Qui peut empêcher l’être humain de parler ?
La souffrance a toujours été un océan de créativité.
Où nos droits s’arrêtent, et où nos droits commencent ?
L’encre coule pour les honneurs,
mais trop souvent c’est la sentence.

En Chine, les étudiants de la place Tien An Men
Se sont fait assassiner, même sentence au Vietnam pour un poème.
En Syrie, au Maroc, en Malawi.
Tu critiques ton gouvernement en prison tu pourris.
Au Nigeria, tu voles c’est la mort.
Même sentence en Iran si tu dis que le pouvoir a tort.
Où est passée la liberté d’expression ?
J’écris contre l’oubli, mais ça ne reste qu’une chanson.
L’Angleterre a des prisons remplies d’Irlandais,
Les prisonniers politiques pullulent dans les cachots de la cité.
Où est passée la liberté d’expression ?
J’écris contre l’oubli, mais ça ne reste qu’une chanson.

Ça ne reste qu’une chanson, mais le flot de la musique
Se rappelle d’où elle émane et pour qui elle s’agite.
Voilà pourquoi album après album Assassin connait sa cible .
Qui sera la prochaine victime ? »


Assumer que nous sommes des révolutionnaires

Lettre à N. Sarkozy d’une militante du Mouvement Démocrate

Ecrire un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Et soit dit au passage, bien entendu la vraie « volaille » Centriste ne se laissera pas tout gentiment tout simplement éliminer par ces gourous, seigneurs de la conservation UMP : s’ils croient nous insupporter au maximum (ces derniers temps notamment…) avec leurs commissions, leurs inspections parci parlà, bé c’est râté ; les Français bientôt, pour le plus grand nombre, s’ils continuent de la sorte, vont vraiment se retrouver enclins à encore plus ouvrir les yeux ! La lucidité dont sont « atteints » les Démocrates peut certes les blesser en se retournant contre eux-mêmes, mais vaut tellement mieux le « risque », pour tous, de continuer à être défendue ainsi que toutes les autres valeurs dont nous Français ! , NOUS nous devons de sauvegarder (si l’on veut pour toujours vivre en citoyens de plein-droits !). M. Bayrou vous êtes si loin d’être seul à bord, vous êtes aussi ô combien vraiment, plus central vous le savez que les assujettis du nc et autres ! (continuez à ne pas écouter ces médias dans leur majorité également domptés, nous MoDem et sympathisants savons rester francs en même temps que réalistes et surtout, nous restons dans le fond, solidaires en dehors des guéguerres primaires !!!).