Antonin MOULART Blogue d'un Guyancourtois engagé

15oct/140

L’enjeu de la fondation UVSQ, porter le discours de l’université pour tous et non celui de l’élitisme

Posted by Antonin Moulart

Débat entre ma pomme et Grégory Quenet directeur de la fondation UVSQ. Je n'ai pas regardé, vous me direz ce que vous en pensez.

  • En aucun cas la fondation peut et doit servir de caution au désengagement de l'état. Bien au contraire, la fondation UVSQ doit porter le discours de l'université pour tous et non un discours de l'université de la sélection. Parler de la fondation et s'inscrire dans ce débat est un moyen de construire un rapport de force pour une meilleure gestion de l'université.

 

  • On demande aux étudiants de s'investir mais il n'y a pas un seul étudiant au CA. Nous n'avons pas un temps illimité et je ne souhaite pas que d'autres pensent et décident pour moi. Les élections étudiantes ne marchent pas bien, il faut des espaces de prise de décision direct avec délégation de gestion d'une partie du budget à la communauté universitaire pour faire les meilleurs choix possible et impliquer chacun-e dans la gestion de sa fac et son budget.

Chacun et chacun-e peut être acteur de l'université et de son orientation, il faut créer des espaces de délibération ors du CA, c'est ainsi que nous pourrons redonner du pouvoir d'agir à la communauté universitaire et défendre une université de prestige pour tous.

 

14oct/140

Un déjeuner à 100 000€ avec le président d’université ?

Posted by Antonin Moulart

Le déjeuner à 15€ en privé avec Jean-Luc Vayssière s'est déroulé convenablement. J'ai sans doute été traité comme un mécène à 100 000€... Nous avons déjeuner au Marina et le déjeuner m'a été aimablement offert au frais personnel du président de l'université. Malheureusement pour la démocratie, cette entrevue privé n'a pas grande valeur pour le débat public puisqu'il n'y a eu aucun témoin des propos qui ont été échangé. C'est un manque total de transparence dans la pratique, et c'est ainsi que se dérouleront potentiellement ces déjeuners avec des personnes bien plus influente que moi petit étudiant insignifiant.

Je livrerais autant que possible, en tant qu'étudiant m'exprimant en mon seul nom, ce soir sur TVfil78 dans un débat télévisé avec la directeur de la fondation UVSQ Grégory Quenet ce que j'ai pu exprimer en substance à monsieur Vayssière durant notre déjeuner.

8oct/140

Je suis étudiant à l’UVSQ et j’ai fais un don pour sauver ma bibliothèque universitaire

Posted by Antonin Moulart

La bibliothèque universitaire est un lieu central et essentiel pour toute université qui se respecte. Je suis étudiant à l'UVSQ en M1 de socio-démographie et j'aime cet endroit, il m'est très utile, je peux grâce à lui pratiquer la recherche et réaliser de bons devoirs (dans les temps impartie, on essaye.) à l'aide d'une base documentaire riche. C'est aussi un espace de collaboration intense, les étudiant-e-s de l'UVSQ s'y retrouvent pour travailler en groupe. Il n'y a pas tout le temps de places disponible mais le confort et les moyens mis à disposition (informatique, salles de travail...) sont réels. Si l'UVSQ a pu mettre en place cet espace formidable dédié au savoir et accessible au grand nombre dans de bonnes conditions, c'est uniquement parce que l'université a été jusqu'à présent financée par le grand donateur "État" de son nom et "providence" de son prénom.

10712829_10152783534644885_5670794086292072519_n

Je suis devenu membre cristal. Et vous ?

Mais rien ne va plus depuis la LRU ! En fait, ça n'allait plus déjà avant mais j'aurai été emmerdé pour trouver un bon slogan. La crise de l'université dont on a tant entendu parler en fin d'année universitaire dernière a été complètement gommé du paysage médiatique. Pourtant les conséquences sont tangibles sur le terrain. Fermeture des STAPS et de plusieurs masters (difficile à dénombrer pour le moment mais par expérience je peux affirmer avec certitude qu'au moins un à fermer puisque ça a forcé une amie à changer d'université alors même qu'elle était venue à l'UVSQ pour faire son M2), limitation des horaires de la BU pourtant déjà limité, et j'en passe surement... L'UNEF pourra mieux vous renseigner. Alors que pendant ce temps là, l'ancienne présidente de l'université Sylvie Faucheux, "présidente engagée des PPP" (c'est son titre sur wikipedia, allez voir), a retrouvé un job au sein du cabinet de Pierre Bédier, président du conseil général des Yvelines.(je n'invente rien et vous invite à lire l'édition papier n°1 de Le Complément qui sortira autour du 13 octobre.)

Il n'y a pas de case "étudiant-e". Les ami-e-s, on est trop fauché pour être les cibles !!!

Il n'y a pas de case "étudiant-e". Les ami-e-s, on est trop fauché pour être les cibles !!!

Mais bon, ça, à la limite, on s'en fout, tant mieux pour elle tant pis pour les Yvelinois-e-s qui ont élus un multi-récidiviste. Ce qui compte c'est que l'université et ses BU continuent de fonctionner. Certes, je ne suis pas l'état providence mais je l'aime MON université et MA BU et je veux exercer un droit politique sur cette dernière. Je ne tolèrerais pas de me sentir redevable de personnes extérieures à l'université qui influenceraient les conditions de la vie universitaire sans aucune légitimité démocratique par simple "achat relationnel du président de l'université". L'université est démocratique et doit le demeurer, la démocratie ne peut être achetée ou bien elle change de nature et devient ploutocratie.

Nous, étudiant-e-s, sommes membre de la communauté universitaire, et c'est à ce titre qu'il nous appartient de faire un don, à la hauteur de nos moyens et selon notre envie, pour garder un droit politique sur notre université. Alors oui, il y a déjà le droit d'inscription qu'il faut payer qui demeure un acte obligatoire. Mais le don, tout comme le droit politique, est un acte volontaire et engagé pour démontrer un intérêt actif de chacun-e à l'orientation de notre université. Je soutien donc que cet acte est légitime et nécessaire mais qu'en aucun cas il ne peut être interprété comme une légitimation du désengagement de l'état. Bien au contraire, il s'agit d'un acte d'interpellation de nos représentants élus ou nommés afin que ces derniers changent l'orientation de leurs politiques catastrophiques qui mènent les universités à perdre leur autonomie financière, et par voie de conséquence, détruisent son système démocratique et réduisent la qualité des savoirs produits.

    Payé en quatre fois sans frais !!!

Payé en quatre fois sans frais !!!

J'ai donc fais un don à la hauteur de mes moyens et de mon estime pour l'université, de très exactement 15 euros. CE N'EST PAS DU FOUTAGE DE GUEULE. Je vois déjà le PDG de redbull et du technocentre renault pouffer de rire à la lecture de cette somme dérisoire. 15€ représente environ 2,5% de mes revenus mensuels, c'est beaucoup, je fais 4 ou 5 repas au RU. Carlos Ghosn PDG de Renault fera peut être lui aussi un don, s'il envisage aussi un don à la hauteur de 2,5% de son revenu mensuel, alors ce monsieur fera un don d'environ 20 000€ à l'université.

Avec qui monsieur Jean-Luc Vayssière fera-t-il le choix de diner ? J'aimerais bien diner avec Monsieur Vayssière, je peux même faire la cuisine !

Moi je n'ai pas de publicité pour des voitures électriques à faire sur le sol de l'université ou de la main d’œuvre à former mais j'ai quand même des suggestions. Comme par exemple ajouter un champ "étudiant" au formulaire de donation, et aussi parler des intrusions de Redbull qui fait de la pub à l'intérieur de la BU et va jusqu'à te déranger pendant que tu travail. MÊME L'UNEF RESPECTE LA QUIÉTUDE DE LA BU, c'est pour dire.

J'attends donc avec impatience l'info-lettre de la fondation UVSQ à laquelle j'ai le droit en tant que membre CRISTAL ainsi que la réponse à mon invitation à diner en direction de notre cher président d'université.

EDIT:

De façon assez inattendue, Jean-Luc Vayssière a accepté publiquement mon invitation à déjeuner. La fondation UVSQ serait-elle également un lieu de pouvoir pour la communauté universitaire ?

Si vous avez des idées/question à transmettre, je suis à votre écoute.

3oct/140

Propagez l’agenda des alternatives de St-Quentin-en-Yvelines !

Posted by Antonin Moulart

A St-Quentin-en-Yvelines aussi nous avons notre agenda maintenant ! L'association Dédale lance l'agenda des alternatives sociales, écologique et démocratique en s'appuyant sur la plateforme demosphere.eu. Demosphère est un agenda des mobilisations bien connu en île-de-France, Dédale a créé une page spécifique où tous les évènements de St-Quentin-en-Yvelines et alentours sont recensés !

Vous pouvez donc le consulter sur le site de démosphere, de dédale et possiblement sur votre propre site internet. L'agenda peut être installé très facilement sur n'importe quel site internet. Il suffit pour cela d'intégrer ce petit bout de code comme je l'ai fais sur la barre de navigation de mon blogue:

<script src="http://paris.demosphere.eu/widget-js?uid=1322"></script>

Pour toutes questions techniques, il est possible d'écrire contact@dedaleasso.org ou bien en commentaire de cet article, ça servira de ressources pour les autres ;-)

Si vous souhaitez ajouter un événement, soit vous l'ajoutez directement sur demosphere.eu soit vous envoyez un courriel à dédale. Il est possible que les ateliers ne soient pas validés par demosphere.eu, dans ce cas, il faut passer directement par dédale.

 A nous les alternatives !

29sept/140

Le Complément: Pourquoi je me lance dans la création d’un journal

Posted by Antonin Moulart

10683014_10154668865130188_2126910593_oÇa y est, Le Complément le journal d'actualité locale de St-Quentin-en-Yvelines et alentour pointe le bout de son nez ! Depuis le début de l'été nous travaillons en équipe restreinte à son lancement, et après la parution d'un exemplaire de démonstration samedi dernier, le numéro 1 paraîtra le 13 octobre.


Le Complément est un projet totalement neuf piloté par une association étudiante de l'énergique Université de St-Quentin-en-Yvelines. La ligne éditoriale est basée sur des valeurs de solidarité et d'écologie et il se fonde sur une idée simple: la production d'information locale de qualité est une condition de l'émergence d'une démocratie plus vivante. Tout comme il est nécessaire de s'alimenter de fruits et légumes locaux pour être en bonne santé, il est aussi nécessaire d'avoir accès à une information locale de bonne qualité pour gagner en pouvoir d'agir. Face au verrouillage des espaces politiques, il est urgent d'améliorer le niveau d'information de la population.

Fort de ce constat, Le Complément invite les étudiant-e-s et les citoyen-ne-s à s'approprier la méthode journalistique de traitement de l'information afin de combattre la désinformation organisée par la grande industrie dans le but d'écouler les stocks de marchandises; également il est nécessaire de remettre en question la mal-information servie quotidiennement par une presse écrite en lambeau dont le contenu fait de moins en moins l'objet de traitement sérieux.

A l'heure où les pages de la presse écrite se remplissent de publie-rédactionnels (intrinsèquement) manipulateurs, à l'heure où les ventes des journaux papiers déclinent, Le Complément fait le pari radical et réaliste d'un journal sans publicité et dans un format papier. Si pour certain-e-s le choix peut sembler suicidaire, en réalité il a été mûrement réfléchis et repose sur quatre idées fortes:

  • Le Complément est un journal connecté et déconnecté: le journal papier dispose d'un contenu exclusif et adapté à son format, le journal en ligne vient le compléter par l'utilisation de formats multimédias et un accès complet aux documents sources de l'article(une vidéo, un rapport au format pdf, un entretien en podcast...etc). Ce travail de mise en valeur des documents sources peut également ouvrir la pratique journalistique aux lecteurs qui seraient tentés de re-traiter autrement ces sources.
  • Le Complément est un journal participatif qui encourage la pratique du journalisme amateur : la rédaction est constituée par les membres de l'association Faculté d'Agir qui pratique le journalisme amateur. Il est également ouvert aux contributeurs ponctuels extérieurs; des modalités sont en réflexion pour mettre en place un statut de coopérateur.
  • Le Complément est distribué sans intermédiaire: nous faisons le pari de pratiques sociales audacieuse dans sa distribution, nous nous appuyons sur des groupes de sociabilité pré-existant comme par exemple les AMAP, les associations, les laboratoires de l'université ou les promotions pour distribuer le journal. Un lecteur engagé s'est même proposé de faire "crieur" bénévole dans son quartier, une piste que nous envisageons.
  • Enfin, Le Complément est distribué à prix libre et s'appuie sur la générosité public pour perdurer. Les moins nantis comme les plus nantis peuvent s'y retrouver et le prix n'est pas un frein à l'accès ni au soutien.

Si vous habitez St-Quentin-en-Yvelines ou alentour, je vous encourage à vous abonner dès maintenant, vous et votre groupe d'ami-e-s, en vous rendant sur le site internet.

lecomplement-223x300

26sept/140

Des congès illimités pour tous ?

Posted by Antonin Moulart

Le PDG de Virgin offre des congés illimités à ses salariés

Le milliardaire britannique souhaite que ses salariés prennent autant de jours de congés qu'ils veulent, sans avoir à en référer à leur supérieur. A condition qu'ils soient à jour dans leurs projets.

Lien

Je suis curieux de savoir ce qu'ils appellent "être à jour sur son projet". Le management participatif s'impose, en plus de mettre la mains sur la force de travail du salarié, il s'accapare aussi la "charge mentale" de ce dernier. Puisqu'il n'y a à priori plus de donneur d'ordre, le salarié doit lui même organiser son autonomie relative afin de remplir les objectifs fixés. Attention aux burn out !

Les partisans du management participatif argüeront que ce sont les objectifs qu'il s'est lui même fixé. Probablement, mais encore une fois l'autonomie est relative, surtout quand on demande au salarié de fixer ses objectifs à l'issu d'un séminaire d'embrigadement carriériste intensif. Si on lui demandait de les fixer après une dure journée de travail, nul doute qu'ils seraient revus à la baisse.

De cette façon, la grande entreprise pourrait avoir besoin de moins de fonction cadre, ce qui aurait pour conséquence de réduire la masse salariale et les actionnaires pourraient ainsi augmenter leurs marges.

On est bien loin de la figure du gentil patron racontée par Richard Branson:

«Ma fille a lu un article du Daily Telegraph (daté du 14 août 2010) et me l'a immédiatement envoyé par mail en me disant: ‘Papa, regarde ça. C'est quelque chose dont on m'a parlé depuis un moment et je pense que ce serait une bonne chose à faire chez Virgin pour éviter de poursuivre les gens pendant leurs vacances»

C'est un peu comme si chaque salarié devenait chef d'entreprise en terme de charge mentale, il "s'auto-cadre", sans détenir, bien sur, la propriété de leur entreprise et en restant dans une relation de subordonnée: gare à ceux qui oseraient réellement faire leur propres choix...

Remplis sous: Divers Aucun commentaire
24sept/140

Les « ProPro », petit espace de recherche personnel sur les métiers de la propagande

Posted by Antonin Moulart

J'ai ouvert cet été sur la plateforme de recherche Hypothèses un petit espace de recherche personnel. Ce dernier servira à publier quelques éléments de recherche sur mon sujet de mémoire qui tournera autour des propagandistes professionnels (de leur petit nom facile à retenir les "ProPro"). Au programme, des références bibliographiques, des hypothèses de travail et sans doute un peu de veille.

Les contributions intéressantes s'adressant à un public large seront relayées également sur ce blogue. Les contributions plus spécifiques resteront sur cette page propro.hypotheses.org. Vous pouvez déjà y retrouver mon travail de l'année dernière "Recherche exploratoire sur l’évolution de la propagande moderne à partir du XXe siècle" qui servira de base pour cette année.

Remplis sous: UVSQ Aucun commentaire